Roc Diolon (3071m) et le Grand Lac des Estaris Sortie du 17 juin 2016

Pour la carte et l’itinéraire détaillé, veuillez consulter le topo

Auteur : (Avertissements et Droits d'auteur)

L'ascension épique du Roc Diolon sous un ciel chargé et pris dans une tempête de neige à quelques encablures du sommet.

Conditions météo

Temps chargé au départ, pluie, tempête de neige à 3000 mètres d’altitude, et grêle pendant la descente vers le Lac des Pisses.

Récit de la sortie

Voilà une ascension dont je me souviendrai longtemps !

Non pas que j’oublie rapidement les autres, mais les conditions météorologiques de cette journée de randonnée l’ont rendu épique.

Pourtant, la météo du secteur prévoyait temps maussade, couvert, mais sans précipitation.

Nous en avons eu pour nos frais !!!

L’ascension du Roc Diolon au départ de Prapic avec ses magnifiques forêts, ses nombreux lacs d’altitude et sa réserve naturelle des Estaris, me faisait très envie depuis longtemps.

J’avais prévu une grande boucle comprenant la visite des lacs Jujal, Sirènes, Profond, Jumeaux, Estaris, enchaînés avec l’ascension du Roc Diolon, la sublime descente vers le Lac des Pisses et la découverte de toutes les cascades dans la descente vers Prapic.

Mais voilà, à quelques encablures du sommet : Tempête de neige !

On n’y voyait plus rien, nos visages fouettés violemment par la neige fraîche qui volait dans tous les sens, transportée qu’elle était par les violentes rafales d’un vent glacial.

Il a fallu presque crier pour s’entendre, avec mon compagnon de randonnée.

Bonnets vissés sur nos têtes, avec capuches par dessus.

Gants bien installés et blouson fermés jusqu’en haut, difficile dans ces conditions d’envisager la descente du Roc Diolon en face sud, vers le Lac des Pisses comme nous l’avions prévu.

À quelques dizaines de mètres du sommet, alors que ma montre barométrique m’indique 3045m d’altitude, je crois qu’il serait bon de faire demi-tour.

Ma boussole, pour le coups, nous a été salvatrice, car lors de notre descente vers le Col de Freissinières, nous prenions, en aveugle, une direction trop orientée vers l’ouest qui nous menait vers les barres rocheuses de l’antécime.

Nos traces dans la neige laissées dans la montée, disparues, difficile de s’orienter !

Pas de panique, il faut se diriger à la boussole vers le Nord-Ouest et nous tomberons forcément sur le col.

C’est ce qu’il s’est passé, puis de retour au Lac des Estaris, une accalmie bienvenue nous a permis de reprendre nos esprits, ouf !

Du coup, nous avons emprunté la descente par Roche Rousse afin de rejoindre le magnifique Lac des Pisses... gelé lui aussi.

Mais, nos déboires météorologiques n’allaient pas s’arrêter là !

Une forte grêle s’abat brusquement sur nous pendant une bonne dizaine de minutes, afin d’être complet !

La totale !!!

La descente vers Prapic sera plus calme, et la découverte des nombreuses cascades du parcours fût un émerveillement.

Une belle et épique journée de randonnée comme je n’en ai pas beaucoup connue.

Dernière modification : 26 mai 2017