Le Massour (3219m)

Sortie réalisée le 14 mai 2016.

ACCÈS et ITINÉRAIRE : Consulter le topo

Un superbe 3000 ubayen assez sauvage, ascension réalisée avec neige profonde.

Conditions météo

Grand beau, assez chaud, un peu de vent bien frais au sommet et neige transformée pourrie, neige de printemps quoi.

Récit de la sortie

Préface

Le Massour, on s’en faisait une montagne avant d’y aller, c’était un objectif certain pour cette année 2016. Grosse bavante tout de même sur la fin dans ces conditions-là.
Et puis après la Tête de Louis XVI (2408m) la veille, fallait bien faire un 3000 le samedi, juste pour marquer le coup.

Sortie du 14 mai 2016

8h00 à Fouillouse, une voiture surgit au parking final : c’est nous !

Départ à la fraîche, Fouillouse c’est un coin froid en toutes saisons.

La montée se passe bien, tous les voyants sont au vert, le pied du couloir est atteint à 10h00.

Je sais, le timing n’est pas bon du tout, on a une bonne heure de retard.

On enfile le casque et les crampons puis c’est parti ! La première partie du couloir se passe bien, la neige est ni trop dure ni trop molle, la progression est ultra-rapide.

Surprise ! 8 personnes surgissent du haut du couloir, ils sont allés dormir là-haut la nuit dernière, on ne les remerciera jamais assez d’avoir fait les traces dans la partie supérieure...

11h00 on arrive dans la combe médiane (2700m) mais on commence à s’enfoncer, le moral commence à baisser surtout que Fred a un sérieux coup de fringale, je l’attends vers 2850m au replat juste au-dessus de la combe.

, on s’arrête bien 15 minutes pour recharger les batteries, on a envie d’abandonner mais en même temps on ne veut pas laisser passer une chance, les traces des gens rencontrés sont bien présentes et bien profondes, on décide donc de les suivre.

Allez ! On se motive le sommet n’est plus très loin.

On s’aperçoit qu’il reste quand même un bon couloir à 40-45° sur 350m, heureusement que c’est tracé sinon on aurait déjà abandonné.

13h30 le sommet est atteint sous un soleil éclatant, la satisfaction est grande !

Bon faut pas traîner quand même, petite pause restauration puis descente vite expédiée dans de la "soupe" de printemps.

16h00, en arrivant à Fouillouse, c’est encore les gens de ce matin qui sont au bar, assis tranquillement en terrasse, ils nous proposent de venir boire un coup avec eux, ça ne se refuse pas !

Après une bonne discute d’une demi-heure, il est temps de regagner la voiture, on est bien entamés, on n’a même pas encore sorti les tongs...

Le week-end des 13-14-15 mai sera bien marqué par cette course... inédite pour nous.

Demain, on va se faire le Pelat en conditions printanières !

Dernière modification : 21 juillet 2017

En photos Les vignettes seront mises à jour peu à peu. – Explications

Balise au Fort de Plate Lombarde Montée douce en forêt Vers le Col du Vallonnet Vue sur la Mortice (3186m) et le Pic des Houerts (3235m) On profite des zones sèches pour atteindre le couloir Le Brec de Chambeyron Vue sur la première partie du couloir Raphaël dans la montée Vers la Pas de la Couletta La Meyna (3067m) qui dépasse Première partie en neige dure On serpente entre les rochers Dans le rétro Dans le passage de la barre avant le sommet Rétro sur la galère... Vers le Parrias Coupà (3240m) Raphaël au sommet C’était long tout ça...
le 14 mai 2016

Jeune passioné de 16 ans, à 1000% de haute montagne, de rando et d'alpinisme. J'ai découvert la montagne en 2014, avec mon père, je n'avais jamais fait de marche avant et j'ai pris le virus tout de suite : la découverte de la montagne, les arêtes, les couloirs, les glaciers, les pierriers sont mon terrain de jeu. Je suis un amateur de sommets oubliés ou très peu fréquentés (tout ce qui touche au (...)

Sortie publiée le 15 juin