Rochers de Chalves (1845 m) par Namière Sortie du 8 juin 2017

Sortie réalisée le 8 juin 2017.

ACCÈS et ITINÉRAIRE : Consulter le topo

Pour un petit tour en Chartreuse, et un beau belvédère en face de chez moi.

Conditions météo

Très belle journée.

Récit de la sortie

N’ayant qu’un jour de repos cette semaine, je sors mais pour une destination à proximité, pour limiter le déplacement en voiture.

Participant : seul.

Je passe d’abord à Sassenage pour un rendez-vous avant de traverser le pont sur l’autoroute, pour gagner le Fontanil-Cornillon récupérer la D.105d pour monter au Mont-St-Martin. Je m’arrête sur la route, pour prendre quelques photos de la Vallée de l’Isère que le soleil commence à illuminer.

8h15 au départ du virage à Namière, 10°, je franchis la barrière, le soleil n’a pas encore passer par-dessus la crête, un petit vent frisquet m’accompagne sur la petite route bitumée que je remonte jusqu’au lieu-dit Pré des Combes.

Je m’engage sur le chemin en direction du Col d’Hurtières, je suis seul, accompagné d’un petit vent, le seul bruit que j’entends, c’est le craquement des troncs des grands hêtres majestueux et le vent dans leurs feuillages au-dessus de ma tête.

Je sors de la forêt, après être passé par la prairie de l’Echaillon sous le Pas de l’Âne toujours interdit par un arrêté. Je remonte l’alpage, jusqu’au Col des Bannettes marqué d’un simple piquet en bois couronné de jaune.

Je croiserai d’ailleurs ici, les premiers randonneurs, 3 personnes dont une jeune femme et leur toutou. Je remonte de suite l’arête ouest, en m’élevant d’un bon pas, et en louvoyant de temps en temps avec en contrebas le Refuge des Bannettes, au soleil maintenant.

J’arrive au pied de la falaise, le sentier devient bien raide, il part d’abord sur la gauche nord, puis revient à droite sud pour passer sous la falaise. Je me souviens, un jour de février 2011, le 11 exactement, alors que la vire était enneigée, j’étais remonté droit dans la pente en taillant des marches dans la neige durcie et sans crampons. Aïe l’engueulade.

Aujourd’hui, la vire est bien propre, je rejoins le sommet où un grand piquet en bois a été planté, duquel partent trois ficelles arrimées au rocher avec des petits drapeaux décoratifs. Bigre 10h20, en 2h05 j’atteins le sommet. Il va falloir ralentir un peu si je veux prendre soin de mes vieilles articulations. D’accord je me répète...

Je reste là, quelques minutes, et me dirige au nord en suivant la crête. J’arrive en quelques minutes devant un couloir surplombant le Refuge des Bannettes. Je me souviens une année, être descendu par là. Des ronds de peinture bleu étaient peints sur le rocher. Aujourd’hui, je ne les retrouve pas. Je descends quand même, puis fait demi-tour j’ai largement le temps de continuer vers le nord comme ce fameux jour de février.

Je descends de la crête, dans un cirque dominé d’un pierrier, et là j’avais du mal à distinguer, c’est bien un troupeau de mouflons d’une dizaine de têtes. Ils s’enfuient, en m’entendant dévaler hors sentier le pierrier. Je file vers le nord, franchissant des lapiaz bien crénelés, puis en restant sur les courbes de niveau entre 1700/1750, j’arrive au bord de la falaise je domine la fontaine à proximité du point IGN 1639m dans la Prairie de Vararey.

Seulement pour y descendre c’est une autre affaire. Je vire momentanément nord-est, et tombe sur une faille. Ça a l’air d’être négociable en désescalade facile. Me voilà au pied du couloir dans un petit vallon boisé. Je le suis à droite nord-est, il vire ouest, je me trouve bientôt dans le talweg fleuri de populages des marais de la fontaine.

Je remonte ouest pour récupérer le sentier balisé et le suis jusqu’au lieu-dit Prairie de Vararey. Je casse la croûte sur une petite croupe au-dessus, il est 12h00...

Je m’arrête au Refuge des Bannettes simplement pour jeter un œil à l’intérieur. 3 randonneurs ont sorti la table au soleil, pour casser la croûte. Plus loin, au-delà de la source, un couple assis sur un rocher casse la croûte également.

Je dévale l’alpage et pénètre en forêt. Les rayons de soleil franchissent le feuillage, et éclaire désormais ce versant.

14h35, revenu au lieu-dit Pré des Combes, 2 jeunes randonneuses m’interpellent. Elles désirent monter au Rocher de Chalves. Je leur indique le chemin, puis elles me demandent s’il y a des difficultés. Je leur explique cela, puis l’une d’entre elles le compare avec les arêtes du Néron qu’elles ont déjà réalisées. Oulala si vous avez fait le Néron, vous ferez facilement le Rocher de Chalves qui est bien moins exposé.

15h00, de retour à Namière, 4 ou 5 randonneurs chargés comme des mules sont prêts, sacs à dos bien remplis, ils prennent le chemin des alpages des Bannettes.

15h30 je déguste une bière sur ma terrasse face au Rocher de Chalves. À cette heure, les 2 jeunes randonneuses sortent de la forêt et se dirigent vers le Col des Bannettes, je présume.

Dernière modification : 13 juin 2017