Rochers du Parquet (2024m) "par le Col de l’Aupet le Pas de la Selle et le Pas de l’Aiguille"

Sortie réalisée le 21 mai.

ACCÈS et ITINÉRAIRE : Consulter le topo

Flore et vues superbes ! Tout pour une bonne journée dans le décor exceptionnel des hauts plateaux.

Conditions météo

Grand beau ! Pas un nuage.

Récit de la sortie

Belle journée annoncée ce 21 Mai. Depuis le Mont Aiguille il y a 3 ans, je ne suis pas vraiment retourné dans ce coin du Vercors pour randonner. C’est décidé, je me lance dans cette traversée des Rochers du Parquet.

Départ de Lyon très tôt. Arrivé à Vif, l’autoroute est fermée ! Pardon ? Triathlon Area du Trièves. Bof, va falloir se taper la traversée de Vif comme au bon vieux temps d’avant l’A51.

Pfff ! J’aime pas les autoroutes et leur péage (surtout dans la région, où j’ai vraiment le sentiment de me faire arnaquer à chaque passage) mais force est de reconnaitre que ça simplifie la vie ! Il me faut quasiment 30 minutes de plus pour atteindre la Richardière. Et le pire est à venir. Bouh !

Bref. Je laisse enfin la voiture et attaque l’ascension du Col de l’Aupet par le très beau sentier du versant sud. Je me souvenais de ce col comme d’une sacré bavante avec le poids des cordes et de la quincaillerie, à chaque fois que je l’ai grimpé par le versant nord. Je dois avouer que ce côté sud est bien plus sympa. En plus à part un groupe de 3 grimpeurs en route pour le Mont Aiguille, il n’y a pas un chat !

Les bords du chemin sont couvert de fleur en cette saison. En particulier, les derniers virages sous le Col de l’Aupet abritent une magnifique population d’Orchis pallens. Je prends tellement de photos que l’APN chauffe !

Orchidées vues

  • avant La Richardière : Neotinea ustulata, Orchis simia, Orchis purpurea, Orchis militaris.
  • En montant au col de l’Aupet : Orchis militaris, Orchis pallens, Orchis mascula, Ophrys insectifera, Ophrys araneola/litigiosa, beaucoup de boutons de Dactylorhiza maculata et fuchsii.

Col de l’Aupet : vue incomparable sur le Mont Aiguille. Au col même très belles Pulsatilles et aussi Orchis mascula et Dactylorhiza sambucina. J’entends gueuler dans la paroi du Mont Aiguille. Certains ont plus de mal que prévu ?

Direction maintenant le Pas de la Selle. Dans les combes de ce versant nord, la neige vient à peine de fondre comme l’atteste les nombreuses vernales : Soldanelles, pulsatilles, anémones et primevères. C’est superbe.

Pas de la Selle atteint sans problème. Les Rochers du Parquet sont en vue. A partir de là, c’est hors sentier jusqu’à ce que l’on rejoigne le chemin qui descend du Pas de l’Ours à la Cabane de Chaumailloux.

J’atteins sans soucis le point culminant en grimpant à vue au milieu de milliers de fleurs (renoncules, primevères, pensées et gentianes). La vue est à couper le souffle ! Je me mets face au Mont Aiguille et je sors le casse-croûte. Une demi-douzaines de vautours fauves me survolent. Tiens celui-ci fait beaucoup de bruit... Ha non c’est un hélicoptère de la sécurité civile qui se dirige vers le Mont Aiguille ! Oups ! Visiblement une cordée doit être en difficulté. L’hélico se rapproche de ce qu’il me semble être la voie normale puis s’éloigne, revient vers le plateau, essaie de se poser, pour finalement faire un beau vol stationnaire au niveau de la grande écaille masquant la voie normale. Chapeau le pilote ! Il finit par s’éloigner au bout d’une vingtaine de minutes, probablement après un hélitreuillage.

Temps de repartir. Je longe la crête vers le sud, sans problème tout d’abord, puis ça devient un peu galère dès que celle-ci s’élargit et que les reliefs deviennent de moins en moins marqués. Des cairns et de vagues sentes semblent me dire que je suis sur la bonne voie, mais des fois je doute. Heureusement qu’il fait beau et qu’il y a des fleurs partout. C’est superbe mais assez usant. Je finis tant bien que mal par rejoindre un bon chemin qui vient du nord. C’est bien celui du Pas de l’Ours à la Cabane de Chaumailloux. Ouf !

Au final, cette descente n’est pas très compliqué mais hyper paumatoire ! Les deux groupes rencontrés faisaient le circuit dans le sens inverse du mien. Peut-être est-ce plus simple dans l’autre sens ? J’en doute. Bref !

Une fois sur le chemin, pas de soucis on est à 5 minutes de la Cabane de Chaumailloux. Dernières photos des milliers de renoncules de Kuepfler et d’orchis sureau, photo du Mont Aiguille bien sûr. Tiens des bouquetins ! Photos !

J’avale la descente du Pas de l’Aiguille. Au bord du chemin deux brins de Corallorhiza trifida !!! Oui ! C’est une première pour moi ! Allez photos encore !

Ouf ! Enfin la voiture. Retour à la maison. Bouh ouh ! l’autoroute est toujours fermée... Ça ne roule pas. Je me retrouve bloqué à 5 km de Vif. Ça ne roule pas ! Finalement, il me faut plus de 1 h30 pour faire ces 5km et sortir de Vif. Crevant.

J’arrive à Lyon il est presque 20 h 00... C’est rageant, mais pas de quoi me dégoûter après une telle journée.

Dernière modification : 16 juin 2017

Sortie publiée le 16 juin