Rocher de Pierre d’Arbine (2647m) par les Monts et le col de l’Aiguille Sortie du 3 juillet 2017

Sortie réalisée le 3 juillet 2017.

ACCÈS et ITINÉRAIRE : Consulter le topo

À la recherche d'un "sentier perdu" sur les Monts. Départ du hameau Bonconseil et variante de montée à partir du Monal.

Conditions météo

Plein soleil avec quelques cumulus de beau temps, température de 14°C au sommet à 15h15, vent modéré.

Récit de la sortie

Une sortie au Rocher de Pierre d’Arbine n’était pas prévue pendant l’été mais la consultation de la carte IGN des années 1950 (la première de l’institut) a changé la donne. L’intérêt de cette carte est qu’elle mentionne des sentiers pastoraux peu à peu abandonnés, suite aux mutations des activités économiques en Haute Tarentaise.

Survolant le secteur du vallon du Clou, j’aperçois un trait en pointillés qui part du Monal et sillonne le versant sud des Monts (voir la carte).

À vérifier sans tarder ! L’avant-veille de la sortie (1er juillet), je profite d’une météo maussade pour faire une reconnaissance sur le terrain. Le départ de ce "sentier perdu" est facile à trouver : celui-ci se situe sur la rive droite du ruisseau du Clou, à proximité de la passerelle qui permet d’accéder au hameau du Monal.

D’après la carte des années 1950, le sentier s’oriente au nord-nord-ouest, presque tout droit en direction d’une ligne de barres rocheuses qui défend le versant sud des Monts. Sauf qu’au bout de 150 mètres environ, le sentier s’efface complètement et le terrain devient impraticable entre les mélèzes, les rochers et une végétation très dense.

Alors que je m’apprête à faire demi-tour, je vois des herbes couchées sur une raide pente en direction de l’est. Y aurait-il eu du passage par ici ? Bingo ! Je m’y engage et retrouve le sentier, quoique le terme "trace" serait beaucoup plus adéquat. Non sans quelques hésitations, j’arrive à suivre cette trace qui file plein est pour franchir la ligne de barres rocheuse vers l’altitude 1985m.

Je comprends alors que le tracé sur la carte des années 1950 est très approximatif, cette dernière n’ayant pas la précision des cartes IGN actuelles. D’autant plus que le franchissement des barres rocheuses est indiqué vers l’altitude 2100m, ce qui me semble très périlleux !

Au-dessus des barres rocheuses, il y a un replat d’où j’aperçois quelques moutons en amont. À n’en point douter, ils sont à l’origine des herbes couchées qui m’ont permis de retrouver le "sentier perdu" que j’avais ... perdu.

Fin de la reco pour aujourd’hui, l’essentiel était de passer ces barres rocheuses. Pour la traversée des Monts, qu’il y ait un bon sentier, une trace ou rien du tout, j’arriverai bien à rallier le sommet.

Me voilà de retour le 03 juillet, avec le choix d’un départ du hameau Bonconseil (commune de Ste-Foy-Tarentaise). Un sentier forestier permet de rejoindre assez rapidement le parking des Coleurs. Ensuite, c’est quasiment plat jusqu’au Monal via l’Échaillon.

Puis je retrouve mon "sentier perdu", fin content de cette trouvaille. Après franchissement des barres rocheuses, la trace évolue parallèlement à ces dernières (viser un gros rocher isolé).

À partir de l’altitude 2115m, la trace monte plein nord sur une pente très sérieuse. En haut de cette pente, j’ai dû franchir une clôture électrifiée pour continuer (aucun souci, ce n’est pas du 220V !).

S’orientant dans une direction comprise entre le nord et le nord-ouest, la trace se dirige vers une zone rocheuse puis elle poursuit sur des pentes herbeuses modérées jusqu’à l’arête ouest-sud-ouest du Rocher de Pierre d’Arbine, que j’atteins vers l’altitude 2530m. Au final, ce "sentier perdu" est assez difficile à suivre mais après l’avoir perdu à maintes reprises, je l’ai retrouvé intuitivement à chaque fois.

Le massif du Mont-Blanc pointe au loin, il ne reste plus qu’à longer cette abrupte arête jusqu’au sommet. Aucun changement pour la suite du parcours : descente dans le magnifique vallon du Clou, via le Col de l’Aiguille et le lac du Clou.

Tellement habitué à partir de Chenal, j’en oublie que cette fois-ci, je suis parti de Bonconseil. Du coup, petit supplément de distance et de dénivelé afin de revenir au Monal et récupérer le bon chemin, en passant par la rive droite du ruisseau du Clou (fin joli).

Et voilà un "sentier perdu" de retrouvé, il en reste encore quelques-uns à dépoussiérer dans cette vallée !

Dernière modification : 17 juillet 2017