Sortie du 22 juin 2017 par Rapha06 La Grande Casse (3855m), voie normale des Grands couloirs

Le point culminant du 73 et de la Vanoise, c'est une belle bestiole qui ne se laisse pas atteindre facilement. Elle porte bien son appellation...

Vous consultez actuellement une sortie. Pour découvrir la carte, l’itinéraire et les infos détaillées, rendez-vous sur le topo de référence.

Topo de référence

Pour découvrir la carte, l’itinéraire et les infos détaillées, veuillez consulter le topo de référence

Conditions météo

Excellentes avec bonnes conditions de neige dans les Grands Couloirs.
Rimaye encore bien bouchée mais cela ne va pas durer...

Récit de la sortie

Introduction

La Grande Casse, le point culminant du 73 que l’on observait jusqu’à maintenant depuis d’autres sommets, il fallait arrêter de tourner autour et la faire au plus vite, c’est maintenant chose faite !

Sortie des 21-22 juin 2017

  • Jour 1 : La longue approche

13h00 au Parking de Bellecombe, les sacs sont prêts et nous nous lançons en direction du Refuge du Col de la Vanoise où nous allons passer la nuit.

Il fait beau et très chaud, tous les voyants sont au vert.

On a quand même un peu peur d’entamer la descente de 300m vers Entre Deux Eaux.

On décide de ne pas traîner, à 14h00 on arrive au Refuge d’Entre Deux Eaux.

La Grande Casse se rapproche et nous fait de plus en plus peur... 1800m de D+ entre notre position et celle du sommet, de quoi nous faire de l’ombre.

La suite est très monotone dans une zone toute plate assez longue.

À 14h20, nous attaquons enfin la montée, sans être longue, elle fait bien mal aux jambes qui fonctionnent sur du plat ou de la descente depuis 1h30 !

Fred passe derrière à son rythme (et il a bien raison) tandis que nous 5 on passe devant et montons comme des fusées.

15h00, on atteint le plateau coincé entre Grande Casse et Réchasse, c’est le début du vrai enfer.

Même si le paysage est magnifique c’est long... très long et décourageant : 2,5 km sur du plat, tout ce que je déteste. mais bon, on est obligés de faire avec.

Le Refuge du Col de la Vanoise est atteint à 15h45.

La première journée est enfin terminée après une approche des plus monotones.

Fred arriva à son tour à 16h30, énervé et voulant retourner au camion. La raison ? On ne l’a pas attendu pour monter tous ensemble, j’aurais réagi pareillement à sa place, je connais ce que c’est de se faire lâcher tout seul...

Finalement, Didier le calme et on se met à l’intérieur du refuge tous ensemble cette fois pour se détendre.

Le repas est servi à 19h00, on mange vite fait puis allons nous coucher parce que le lendemain nous nous levons à 3h30 pour un départ à prévu à 4h15.

  • Jour 2 : L’ascension

3h45 nous nous levons dans la douceur et l’excitation, avec une envie folle d’en découdre.

Après un petit-déjeuner vite expédié, l’ascension commence par une légère descente pas très longue avant une grosse remontée sur raide moraine.

Le jour se lève juste avant l’entrée sur le glacier.

Pour ceux qui se demanderaient comment passer pour rejoindre le glacier, il faut bien prendre à gauche, une belle sente et un pierrier raide mènent au glacier.

Le pied du glacier est tout en glace, une chose rare en cette période.

Nous chaussons les crampons et nous encordons en 2 cordées distinctes : Moi, Fred et Mickaël / Didier, Gégé et Cyril.

Le glacier se remonte bien et le pied du Grand Couloir est atteint à 7h30.

C’est tout tracé dans la pente, comme des escaliers taillés dans la neige, en 1h00 on atteint le haut du couloir ainsi que le Col de la Grande Casse et l’on aperçoit l’arête sommitale qui nous envahit d’émotions.

Nous nous décordons pour la partie sommitale, sans aucun danger, je pars avec Mickaël devant et laisse Fred monter à son rythme, il accepte pour une fois que l’on parte devant.

En 15 minutes le sommet est foulé et nous rejoignons l’autre cordée qui est partie devant depuis bien longtemps. On l’a foulé à 9h15 !

Un nuage s’est placé juste au sommet et nous gâche la vue, dommage mais l’émotion est toujours là, j’aperçois Cyril en train de pleurer, je ne l’avais jamais vu comme cela auparavant, ça devait vraiment être un truc infranchissable pour lui avant.

Fred arrive juste après nous et partage nos émotions.

Quelques photos et vidéos mythiques puis on entame la longue descente.

Une descente qui se passe bien, le refuge est atteint vers midi.

Longue pause d’une bonne heure pour la restauration puis nous entamons sous un ciel très chargé la descente de l’enfer : il commence à pleuvoir au bout de 5 minutes.

Cyril, Gégé et Didier partent rapidement devant et nous laissent à trois derrière.

Fred se plaint d’une forte douleur à la cheville et ne peut donc pas marcher à son rythme habituel, Mickaël décide d’aller nous chercher le camion et de venir nous chercher à Entre Deux Eaux, une bonne alternative, on n’avait vraiment pas envie de remonter surtout sous un temps lourd...

Vraiment très gentil ce Mickaël, il se met à la place des autres...

À 15h30 nous arrivons au Pont de la Renaudière (2023m), point bas de l’ascension.

Mickaël arrive peu de temps après, c’est ce qui s’appelle être "synchro".

Sensations personnelles

Même s’il y a eu quelques accros, on en gardera certainement un souvenir inoubliable, comme diraient certains guides : "Tout alpiniste qui se respecte se doit d’avoir fait la Grande Casse une fois dans sa carrière", c’est maintenant chose faite pour nous...

Dernière modification : 21 juillet 2017

A propos

Auteur de cette sortie :

Site web : Altitude Sans Frontière

Jeune passionné de 18 ans, à 1000% de sports montagne & nature ! J'ai découvert la montagne à 14 ans, avec mon père. "La Montagne ça vous gagne" se confirme pour mon cas puisque je suis de plus en plus mordu… Arpentant tous les terrains en toutes saisons, on ne peut plus s'en passer. Une belle addiction ! Je suis un amateur de sommets oubliés ou très peu fréquentés (tout ce qui touche au (...)

Randonnée réalisée le 22 juin 2017

Publiée le 21 juillet 2017

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !