Sortie du 22 juillet 2017 par valverco Col de Roche Noire (2620m)

Le Lac Blanc, est déjà une belle sortie en Belledonne. Prolongée vers le Col de Roche Noire, cela devient une belle bambée. J'ai essayé le Rocher de l'Homme sans succès, c'est un échec.

Vous consultez actuellement une sortie. Pour découvrir la carte, l’itinéraire et les infos détaillées, rendez-vous sur le topo de référence.

Topo de référence

Pour découvrir la carte, l’itinéraire et les infos détaillées, veuillez consulter le topo de référence

Publicité

  • Sac de couchage 4 saisons Valandré, (...) PROMO

    470 € 400 €

  • Doudoune en duvet - Homme - Mountain PROMO

    280 € 168 €

  • Chaussures de Randonnée - Femme - (...)

    150 €

  • Gilet/Sac à dos de trail 12L - Homme (...)

    150 €

Conditions météo

Nuageux avec quelques éclaircies. Vent sur l’arête du Rocher de l’Homme.

Récit de la sortie

Participants : Sylvain et moi-même.

Je remonte longuement la route caillouteuse pour me garer sur le vaste parking de la Souille où stationnent déjà 2/3 véhicules. Une voiture arrive juste après moi. 2 gars pratiquement prêts en sortent, juste le temps de discuter de notre but qui s’avérera commun, les voilà partis devant moi.

8h15, je finis de me préparer, et les suis à distance sur le large chemin de départ. Le ciel est couvert, l’air est humide, la végétation aussi, le chemin laisse la place à un sentier évoluant longtemps pratiquement à plat.

Les deux gars franchissent le Torrent du Vors sur la passerelle, et se dirigent à gauche vers le Refuge Jean Collet. Je prends à droite, et remonte par les lacets, les nuages remontent de la vallée et m’enveloppent rapidement.

Ayant effectué la jonction avec le GR. 549/738 sans vraiment m’en apercevoir, je le suis à gauche. Au bout d’un moment, ayant un soupçon de ma bourde, et n’ayant pas pris la carte du secteur, je croise un jeune couple avec un joli chien marron, je demande si en continuant ainsi je rejoins le Refuge Jean Collet.

Demi-tour aussi sec, je fais un petit bout de chemin avec ce couple, et pars devant au-dessus des nuages dont quelques-uns stagnent sur les sommets.

10h40, Je gagne rapidement le Lac Blanc, en restant sur ses hauteurs, quelques randonneurs sont en contrebas.

Je repère cette sente fuyant dans le Ravin de la Lauzière de Roche Noire, que je remonte en suivant plus haut une ligne cairnée. Elle passe effectivement par un petit col, je poursuis mon ascension sur un replat garni de blocs.

En me retournant, je regarde un gars me suivant depuis un bon moment. Il me rattrape un peu avant le Col de Roche Noire, c’est le gars plus jeune du parking, son ami est resté au bord du lac, il me dit avoir eu du mal à me rattraper.

11h40, il passe devant, j’essaye de lui coller au train. C’est qu’il est rapide ! 11h45, arrivés au Col de Roche Noire, nous ne distinguons rien de l’autre côté, juste le haut de la combe. L’arête, elle, est dégagée ; mes jambes sont lourdes, il enchaîne directement sans reprendre son souffle. Je lui emboîte le pas, du moins j’essaye, et me rends à l’évidence, plus jeune, il me distance rapidement.

Seul, sur l’arête qui s’effile, devenant raide, en plein vent, mon appareil numérique pendouillant à mon cou, tapant en balancier contre la roche, ne voyant plus la suite au-delà d’un ressaut rocheux, et plus mon coéquipier de l’instant, j’avoue mon manque d’expérience sur les rochers, je me pose là.

J’ose m’écarter, je l’aperçois à l’aise là-haut sur le sommet où il fait rapidement un aller-retour. Nous descendons ensemble le peu d’arête que j’ai monté, et prenons le chemin du retour. Il me confiera qu’il était limite pour l’exposition.

12h40, sur la croupe dominant le Lac Blanc, avant qu’il ne redescende retrouver son ami, nous restons 5 minutes à discuter. On parle d’AltitudeRando, il me dit connaitre et s’y rendre souvent. Il me dit bien sûr connaitre mon pseudo, et me confie qu’il aimerait bien adhérer prochainement. Sylvain, coureur de trail, va courir l’Echapée Belle, mais l’Intégrale. 144 km et 11400m de dénivelé, je lui souhaite bonne chance et courage pour le mois d’août, et le salue au passage.

Sur les hauteurs du lac, adossé à un gros rocher à l’abri du vent je me pose pour casser la croûte. Face au reliquat du Glacier de Freydane, Laissant le temps passer, des fois que les nuages se dissiperaient pour m’offrir une belle lumière sur le Grand Pic.

C’est trop lent, le soleil est encore trop haut dans le ciel. Je me rends sur le déversoir, que je franchis par des blocs, pour rejoindre sa rive sud-ouest sous la Grande Lance. Je trouverai une plante bizarre, mais étant peu connaisseur et encore moins ramasseur, et cela et certainement interdit je la laisse sur les rochers.

14h10, je laisse derrière moi le verrou, jette un œil une dernière fois sur les trois pics, et dévale en suivant les traces, et les anciennes marques de peintures du GR.

Je croiserai quelques randonneuses et randonneurs montant à cette heure, et quelques traileurs sur le trajet.

15h55, je retrouve le parking de la Souille bondé. Je prendrais bien évidemment ma mousse sur ma terrasse, en pensant à mon échec sur l’arête du Rocher de l’Homme.

Bref, il me tente, mais cette semaine j’ai certainement le dernier tronçon de l’Echapée Belle, Florent est rentré de vacances j’ai aperçu son véhicule ce matin en passant.

Dernière modification : 25 juillet 2017

Sensibilisation

Pour une montagne plus propreLe milieu que vous allez traverser durant cette randonnée est fragile. Faites attention à la flore et ne dérangez pas la faune locale. Rapportez vos déchets chez vous et ramassez aussi ceux que vous trouverez. Vous soutiendrez ainsi le mouvement KeepTheMountainsClean

A propos

Auteur de cette sortie :

"va avec confiance dans la direction de tes rêves, vis la vie que tu as imaginé". "Laisse ton esprit s’évader et tes pieds suivre tes rêves".

Randonnée réalisée le 22 juillet 2017

Publiée le 25 juillet 2017

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

  • par Le 31 juillet 2017 à 23h56

    Belle épopée Patrice ! Et il n’y a pas d’échec en rando, ce sont des expériences.....!

  • par Le 1er août 2017 à 07h41

    Merci Nadine. Ce fut une belle expérience.

  • par Le 1er août 2017 à 09h58

    Bonjour Patrice. C’est effectivement du Séneçon blanchâtre. En revanche, la Joubarbe n’est pas celle indiquée mais la J. des montagnes. @+

  • par Le 1er août 2017 à 13h12

    Merci une fois de plus Nature et montagne je viens de corriger. @ +

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !