Mont Pécloz (2197m) par l’arête Nord de Chamosseran Sortie du 7 août 2017

Pour la carte et l’itinéraire détaillé, veuillez consulter le topo

Auteur : (Avertissements et Droits d'auteur)

Conditions météo

Grand beau, un peu brumeux, quelques nuages en soirée.

Récit de la sortie

Un retour en ce lieu après pas mal d’années d’absence... C’est pourtant à mon avis une des plus belles randos du massif, alliant un haut sommet à un parcours de crêtes sauvage et esthétique. Parcours sur le fil d’un juste équilibre à la fois verdoyant d’herbe mais vertigineux au-dessus des pentes, panoramique au-dessus de la vallée d’un côté et des sommets du massif de l’autre, et entre les deux, ce joli fil sur lequel on progresse, avec le juste le bon dosage d’adrénaline sans pour autant rendre le parcours scabreux et délicat...

Départ vers 15h du parking du Nant Fourchu. Montée efficace sur un bon sentier en forêt, et première erreur d’itinéraire, pensant que le sentier balisé "Sous la Fougère" conduirait au col de la Fougère... Le sentier se perd un peu dans une combe sans issue sous la Pointe de Chamosseran, puis heureusement finit par en ressortir par une longue traversée, montant finalement à la Pointe de la Fougère sans passer par le col... Le parcours sera amputé d’une partie des crêtes, mais ce n’est pas grave, la partie la plus esthétique est à venir...

La suite du parcours se fera plus tranquille, profitant de la belle ambiance du lieu et de la vue... Aucune difficulté de parcours, il faut juste faire attention à quelques passages un peu exposés.

18h grande pause au sommet de l’Armenaz... Une petite sieste dans l’herbe en contrebas du sommet, le sommet lui-même étant envahi d’orties en tout genre...

Quelques hésitations quant à poursuivre au sommet du Pécloz, mais ce serait dommage d’ignorer le point culminant juste à portée de pied. On remet donc la machine en marche pour remonter au sommet, court mais intense...

19h30 au sommet... On n’y est pas seul, malgré l’heure tardive... Des nuages se forment à l’ouest, contrariant les perspectives de coucher de soleil. En attendant, des trouées offrent de belles lumières sur les pentes herbeuses de l’Armenaz...

C’est l’heure de descendre. Pas par la crête ouest de rigueur pour la traversée, celle-ci n’étant pas très agréable de par ses pentes terreuses raides et désagréables suivis de lacets en forêt assez inintéressants... Préférence pour le beau vallon et les alpages d’Armenaz, qui hélas ce soir ne resplendira pas dans la lumière du couchant...

Fin de la balade à la nuit tombante vers 21h30. Et merci à mes compagnons d’une descente, qui me proposeront de me soulager de plusieurs kilomètres de route à remonter de nuit pour revenir au parking du Nant Fourchu...

Dernière modification : 8 août 2017