Boucle Col de Monjoie (2253m) et Col de Sarvatan (2439m) Sortie du 12 août 2017

Pour la carte et l’itinéraire détaillé, veuillez consulter le topo

Auteur : (Avertissements et Droits d'auteur)

Une sympathique boucle, deux cols, un changement de versant … tout pour plaire !

Conditions météo

Nombreuses brumes mais quelques moments de soleil aussi, bienvenus compte tenu de la température fraîche.

Récit de la sortie

Initialement c’est le Grand Perron des Encombres qui était au programme, mais à quoi bon aller sur un tel belvédère si on n’est pas assuré d’une visibilité parfaite ; alors on se rabat sur la boucle Sarvatan-Monjoie pratiquée déjà plusieurs fois mais inconnue de certains membres de la ’troupe’ du jour.
Notre fils, sa compagne et deux amis à eux font chuter drastiquement la moyenne d’âge du groupe par rapport à d’habitude !
On ne s’est pas précipité pour aller au départ, la météo (peu fiable en ce moment) ayant annoncé une amélioration des conditions au fil des heures ; donc on attaque la montée à 9H30’.

Préférant les montées raides aux descentes raides, nous prenons la boucle en sens inverse du topo.

La lumière est belle au départ et l’ambiance un peu brumeuse ne gâche rien.

Par contre, plus on monte et plus il fait frisquet. Au col de Sarvatan, bonnet, gants et doudoune sont appréciés. La silhouette d’un chamois se dessine sur la crête qui nous surplombe ; il est bien tranquille là-haut.

Compte tenu de la chute de neige de l’avant-veille, et connaissant le parcours, j’appréhende un tout petit peu le passage en versant nord et la redescente avant d’attaquer la remontée au col de Monjoie. On a croisé sous le col de Sarvatan, deux jeunes qui font la boucle dans l’autre sens et qui nous ont fait un peu ’peur’ en nous disant que le sentier de redescente était enneigé et pouvait être très glissant.

Ils ont exagéré ! Ce ne sont que des traces de neige que nous avons et la traversée sur le col de Monjoie se passe sans difficulté aucune.

Compte tenu de la facilité d’accès à ce col, il y a du monde au col ; on se met un peu à l’écart pour le pic-nic.

La brume ne nous lâche pas et nous abandonnons l’idée de monter au Roc Rouge.

Sur la fin de la descente on croise de nombreux cueilleurs de myrtilles : pas sûr qu’il y en ait pour tout le monde !

Bien sûr lorsqu’on arrive aux voitures l’amélioration se confirme … mais on ne va pas remonter aujourd’hui ; à refaire donc !

Dernière modification : 15 août 2017