Sortie du 22 août 2017 par sugar mountain Le Rateau d’Aussois (3128m) par le refuge de l’Orgère

Randonnée de deux jours depuis Modane pour découvrir ce classique mauriennais, me permettant ainsi de profiter des différents étages alpins du secteur.

Vous consultez actuellement une sortie. Pour découvrir la carte, l’itinéraire et les infos détaillées, rendez-vous sur le topo de référence.

Topo de référence

Pour découvrir la carte, l’itinéraire et les infos détaillées, veuillez consulter le topo de référence

Conditions météo

Grand beau, plutôt doux.

Récit de la sortie

Ce périple débute de façon peu reluisante, en longeant la D1006 sur 1km depuis la gare. Heureusement, une large voie piétonne évite de côtoyer de trop près les nombreux véhicules qui y circulent.
C’est après avoir traversé la rivière de l’Arc et le quartier de Loutraz que les choses sérieuses commencent : un beau sentier démarre rudement parmi les pins pour gagner les prairies d’Amodon. Le hameau du même nom est alors vite rejoint avec sa chapelle romane du 11ème siècle et sa fontaine rafraîchissante.
A sa sortie démarre un chemin qui grimpe au nord puis à l’ouest, en laissant celui de droite passant par les maisons de Rimollard.

C’est en arrivant à la piste des Côtes à 1530m que deux choix s’imposent pour retrouver le hameau d’Orgère : soit suivre bêtement sa piste carrossable, soit tenter une ascension plus directe par ses pentes sud. Je choisis sans trop d’hésitation la seconde option en prenant un sentier-raccourci qui retrouve rapidement une nouvelle piste. Traversant une large langue d’alpage, il pénètre de nouveau en forêt à la cote 1647m.
C’est là que ma vieille carte indique le départ d’un sentier grimpant directement aux maisons de l’Orgère. Avec le temps et le sans doute le manque de fréquentation, celui-ci n’existe plus, mais la remontée de la croupe est heureusement loin d’être pénible. J’arrive alors sans difficulté au refuge de l’Aiguille Doran à 1835m, constituant la maison la plus basse de ce hameau typique de Maurienne qu’est Orgère.

Un vaste replat herbeux est proposé aux randonneurs pour planter sa tente pour un prix modique de cinq euros si l’on veut profiter de toutes les commodités. Mais étant plutôt adepte des nuits à la belle étoile dans des coins plus intimes, je décide de monter un peu plus haut pour découvrir un véritable havre de paix près de l’une des nombreuses ruines du secteur.
Seuls le cri rauque des Cassenoix, passant rapidement d’un Pin cembro à un autre, et la circulation de quelques trains dans la vallée viennent à peine troubler le silence.

Le lendemain, un départ très matinal m’amène à suivre l’agréable sentier de découverte d’Orgère. Je retrouve ainsi à 2067m celui pénétrant dans le vallon de la Masse. Sa remontée est franchement somptueuse dans cette prégnante pénombre contrastant avec l’Aiguille Doran réchauffée par les premiers rayons du soleil.
Côté faune, j’ai été moins chanceux qu’On pense avec les pieds même si j’ai pu croisé sept chamois ainsi que deux étagnes et leurs petits.

Près de la cote 2722m, j’ai soudain la drôle d’idée de quitter l’admirable sentier gagnant le col de la Masse pour une trace sur la droite, plus directe et raide dans les schistes. Je débouche alors au pied des gros blocs me séparant du sommet du Râteau d’Aussois, qui à première vue ne paraissent guère avenants.
Finalement, ils ne sont pas trop pénibles à remonter parmi les multiples variantes proposées. Et l’arrivée sur l’étroit plateau sommital est plutôt étrange avec ses nombreux cairns disséminés.

Après en avoir pris plein les yeux, surtout près du cairn 3124m offrant une vue admirable sur la vallée de la Maurienne et les massifs environnants, je suis prêt à attaquer une descente d’un peu plus de 2000m de dénivelée jusqu’à Modane.
Pour regagner plus rapidement la vallée, je choisis le même versant qu’à la montée, cette fois en partant du col de la Masse. Le vallon du même nom est alors baigné de soleil et les randonneurs commencent à affluer.

De retour à la cote 2067m, je prend la direction du refuge d’Orgère et son parking blindé de véhicules en cette fin de matinée. J’entame alors la dernière partie de la descente par le sentier du GR 5, parfois raide dans une profonde pinède. Un dernier chemin plutôt casse-pattes dans une combe et c’est l’arrivée à Modane. Il suffit alors de se retourner pour admirer une dernière fois ce beau sommet qui se mérite depuis la vallée.

Dernière modification : 24 août 2017

A propos

Auteur de cette sortie :

Randonnée réalisée le 22 août 2017

Publiée le 25 août 2017

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

  • par Le 25 août 2017 à 17h41

    Bonjour Sugar,
    Décidément le RX100 t’aide à faire quelques merveilles. Je trouve son piqué remarquable. Très belle randonnée qui évoque quelques vieux souvenirs… Et 2000 mètres de D- , chapeau l’artiste. À très bientôt et bonne "Vallouise". À très bientôt

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !