Mont Gioberney (3351m) arête Nord-Est Sortie du 29 août 2017

Pour la carte et l’itinéraire détaillé, veuillez consulter le topo

Auteurs : , (Avertissements et Droits d'auteur)

Magnifique sommet que nous n'avons pas pu atteindre suite à une erreur d'orientation, mais, qui restera néanmoins un immense souvenir, et me donnera l'occasion de revenir dans cet endroit mythique qu'est le Vallon de la Pilatte.

Conditions météo

Beau temps, ciel clair, température idéale.

Récit de la sortie

Il y a deux jours, nous avons vu le Grand Pic de la Meije de très près, du sommet Est du Râteau.

Mais aujourd’hui, l’objectif, plus modeste, est le Mont Gioberney.

L’idée, c’est d’amortir le long voyage qui nous a conduit dans cette impressionnante Vallée du Vénéon dans laquelle je ne m’étais jamais rendu.

Le Refuge de Temple Ecrins fermé, nous avons dû renoncer à gravir le Pic Coolidge, mais il ne bougera pas, et 2018 lui sera consacré !

Mais la découverte du Vallon de la Pilatte où s’écoule le fameux Torrent du Vénéon qui a donné son nom à toute la vallée, son impressionnant glacier et son refuge est un émerveillement.

La grande masse rocheuse des Bans domine ce fond de vallée, mais de beaux sommets alentours comme les Pointes de la Pilatte ou celle des Boeufs Rouges luttent pour exister.

Quand on se retourne, on ne peut qu’admirer et se taire, face aux géants de ce massif que sont la Barre des Ecrins, son Dôme de Neige, ou plus au nord, la Meije et le Râteau.

Le Refuge de la Pilatte est très agréable et le réveil à 5h00 du matin n’est pas si difficile.

Pour une première incursion dans ce Vallon de la Pilatte, l’ascension du Mont Gioberney par sa voie normale a eu logiquement notre préférence.

Après avoir gravi le Râteau, il est possible que nous l’ayons un peu snobé, et la préparation de l’itinéraire nous a un peu échappé.

Nous avons compris notre erreur bien trop tard !!! celle-ci a été effectuée dès le début de l’ascension, vers l’altitude 2700m, où nous aurions dû laisser l’arête et la contourner par la gauche pour rejoindre les restes du Glacier du Gioberney.

Mais nous avons poursuivi bien involontairement, et un peu aveuglément, l’arête rocheuse, ascension minérale nécessitant l’utilisation fréquente des mains, chose qui est loin de me déplaire.

Alors, au bout de multiples efforts acharnés, arrivés en face de l’impressionnant bastion sommital Nord-Est du Mont Gioberney, nous nous sommes dit que ça allait être difficile, compliqué, et même impossible.

Notamment par rapport à un matériel non adapté pour cette escalade rocheuse dépassant le niveau III.

Alors, à 75m du sommet, nous avons dû reconnaître notre erreur, et rebrousser chemin.

On ne pouvait pas se risquer dans cette escalade engagée, et la raison l’a rapidement emportée.

Une analyse de notre erreur a été effectuée sereinement pendant toute la descente, et je pense qu’il est toujours bon d’apprendre de celle-ci.

Néanmoins, même si je ne cocherai pas ce Gioberney sur mes "tablettes" aujourd’hui, ce fût une course sublime dont je garderai longtemps en mémoire les images splendides.

Ce Vallon de la Pilatte est réellement placé à un endroit éminemment stratégique pour celui qui aime les grandes courses dans ce massif si sauvage des Ecrins.

Je reviendrai...

Dernière modification : 31 août 2017