Sortie du 29 août 2017 Mont Gioberney (3351m) arête Nord-Est

Magnifique sommet que nous n'avons pas pu atteindre suite à une erreur d'orientation, mais, qui restera néanmoins un immense souvenir, et me donnera l'occasion de revenir dans cet endroit mythique qu'est le Vallon de la Pilatte.

Vous consultez actuellement une sortie. Pour découvrir la carte, l’itinéraire et les infos détaillées, rendez-vous sur le topo de référence.

Topo de référence

Pour découvrir la carte, l’itinéraire et les infos détaillées, veuillez consulter le topo de référence

Publicité

  • Tentes de rando
  • Sacs de couchage
  • Chaussures de rando
  • Sacs à dos

Conditions météo

Beau temps, ciel clair, température idéale.

Récit de la sortie

Il y a deux jours, nous avons vu le Grand Pic de la Meije de très près, du sommet Est du Râteau.

Mais aujourd’hui, l’objectif, plus modeste, est le Mont Gioberney.

L’idée, c’est d’amortir le long voyage qui nous a conduit dans cette impressionnante Vallée du Vénéon dans laquelle je ne m’étais jamais rendu.

Le Refuge de Temple Ecrins fermé, nous avons dû renoncer à gravir le Pic Coolidge, mais il ne bougera pas, et 2018 lui sera consacré !

Mais la découverte du Vallon de la Pilatte où s’écoule le fameux Torrent du Vénéon qui a donné son nom à toute la vallée, son impressionnant glacier et son refuge est un émerveillement.

La grande masse rocheuse des Bans domine ce fond de vallée, mais de beaux sommets alentours comme les Pointes de la Pilatte ou celle des Boeufs Rouges luttent pour exister.

Quand on se retourne, on ne peut qu’admirer et se taire, face aux géants de ce massif que sont la Barre des Ecrins, son Dôme de Neige, ou plus au nord, la Meije et le Râteau.

Le Refuge de la Pilatte est très agréable et le réveil à 5h00 du matin n’est pas si difficile.

Pour une première incursion dans ce Vallon de la Pilatte, l’ascension du Mont Gioberney par sa voie normale a eu logiquement notre préférence.

Après avoir gravi le Râteau, il est possible que nous l’ayons un peu snobé, et la préparation de l’itinéraire nous a un peu échappé.

Nous avons compris notre erreur bien trop tard !!! celle-ci a été effectuée dès le début de l’ascension, vers l’altitude 2700m, où nous aurions dû laisser l’arête et la contourner par la gauche pour rejoindre les restes du Glacier du Gioberney.

Mais nous avons poursuivi bien involontairement, et un peu aveuglément, l’arête rocheuse, ascension minérale nécessitant l’utilisation fréquente des mains, chose qui est loin de me déplaire.

Alors, au bout de multiples efforts acharnés, arrivés en face de l’impressionnant bastion sommital Nord-Est du Mont Gioberney, nous nous sommes dit que ça allait être difficile, compliqué, et même impossible.

Notamment par rapport à un matériel non adapté pour cette escalade rocheuse dépassant le niveau III.

Alors, à 75m du sommet, nous avons dû reconnaître notre erreur, et rebrousser chemin.

On ne pouvait pas se risquer dans cette escalade engagée, et la raison l’a rapidement emportée.

Une analyse de notre erreur a été effectuée sereinement pendant toute la descente, et je pense qu’il est toujours bon d’apprendre de celle-ci.

Néanmoins, même si je ne cocherai pas ce Gioberney sur mes "tablettes" aujourd’hui, ce fût une course sublime dont je garderai longtemps en mémoire les images splendides.

Ce Vallon de la Pilatte est réellement placé à un endroit éminemment stratégique pour celui qui aime les grandes courses dans ce massif si sauvage des Ecrins.

Je reviendrai...

Dernière modification : 15 septembre 2018

A propos

Auteurs de cette sortie : , ,

Randonnée réalisée le 29 août 2017

Publiée le 31 août 2017

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Afficher les commentaires précédents (7).
  • par Le 1er septembre 2017 à 11h29

    Salut Ciryl,
    Si je comprends, vous vous êtes arrêtés au pied du ressaut de 25m en 4 (avec une fissure bien marquée) ? Dommage vous étiez presque arrivés au sommet. Mais c’est vrai qu’il faut un minimum de matos pour assurer ce passage.
    Cette arête NE était encore une bosse de glace dans le début des années 2000. C’était très joli, aérien mais facile. Aujourd’hui, un tas de cailloux qui n’a plus tout à fait le même charme.
    Ta photo sur la face sud de la Meije... qué misère le glacier carré.
    Les Ecrins vont devenir plus vite que l’on le pensait un massif semblable à la Haute Ubaye. A faire en début de saison...
    Bien à toi

  • par Le 1er septembre 2017 à 11h49

    Salut Paul,
    Merci pour ces informations, qui correspondent bien aux données altimétriques de ma montre GPS.
    Avec quelques coinceurs et friends, et une corde adaptée, sûr que nous serions sortis par le haut !
    Mais notre erreur d’itinéraire n’en a pas moins donné une superbe course en montagne. L’arête NE peut être un bel objectif de randonnée-escalade si on redescend par la voie normale, un peu comme le Brec de Chambeyron, en plus facile sans doute...
    Claude

  • par Le 1er septembre 2017 à 14h27

    Bonjour Paul, Cyril
    Ci-joint, une photo des années 80.
    Le ressaut de 25m ne faisait pas 25m !
    https://www.altituderando.com/IMG/jpg/8/f/1/1980-22.jpg

  • par Le 1er septembre 2017 à 19h47

    Merci Alain, Je l’ai connu ainsi et la photo montre bien la belle arête NE de l’époque. En neige en début de saison, puis en glace mais pas méchante, c’était une de mes courses préférées. Aujourd’hui c’est moins intéressant, sans compter que l’arête de la voie normale est devenue assez hideuse (terrain de plus en plus péteux). Quand au ressaut final, on a gagné 25 m de beau granite équipé de 3 pitons. Dans les années 80 c’était un ressaut d’éboulis et de terre, puis ça a commencé à grimper quand j’y suis retourné en 1995. Aujourd’hui c’est le clou de la voie. L’avenir semble être au caillou ;-)

  • par Le 1er septembre 2017 à 19h58

    @ Paul. Je suis allé 2x au Gioberney. La 1ère par le Valgaudemar. L’arrivée au col est extraordinaire car tu découvres subitement le glacier de la Pilatte.
    La seconde par cette arête NE.
    Les 2 fois, la voie normale, du col au sommet était sèche et facile. Comment expliques-tu qu’elle se soit dégradée ?

  • par Le 1er septembre 2017 à 20h52

    Par l’érosion, je ne vois que ça. En 86, lors de mon 1er passage c’était un joli sentier d’altitude. En 93, idem, en 95 et 98, je n’ai pas de souvenir galère. EN 2013, c’était vraiment pas sympa, et jusqu’au col. Il me reste un regret dans le secteur, celui de ne pas avoir gravi la pointe Richardson qui s’enchaine très bien en début de saison après l’arête NE.

  • par Le 1er septembre 2017 à 21h52

    Et en septembre 1978 la voie normale, c’était presque ’à vaches’ !
    Et la traversée, par l’arête sud + la voie normale (course N° 15 du bouquin ’Les 100 Plus Belles Courses’ (Massif des Ecrins) de Rébuffat ; édition 1974 !!!), était même accessible à des quasi néophytes comme ma femme et moi ! Alors, c’est dire !
    Je ne sais pas à quelle époque de l’année la photo d’Alain a été prise, mais le couloir Nord des Bans a bien changé !

  • par Le 1er septembre 2017 à 23h46

    @ Paul. ...Pointe Richarson avec une belle et fine arête de neige jusqu’au sommet et qui est maintenant rocheuse.
    @ Jump. Photo du 01/08/80. Les montagnes croulaient sous la neige. Sur les photos de Cyril, le couloir de terre des Bans n’est pas tentant.

  • par Le 6 septembre 2017 à 12h39

    Bonjour,
    J’étais au Gioberney la semaine dernière. Attention je trouve que c’est un peu exagéré de ne parler que de "restes" de glacier au Gioberney. Celui-ci est crevassé, et il y a de gros trous !
    Pour l’ascension par la VN, ne pas hésiter à remonter entièrement le glacier jusqu’au col ou le cheminement sur l’arête est évident.

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !