Sortie du 2 septembre 2017 par Agarock et Gégé56 Le Longet ou Tête de Rissace (2965m) par l’Ubaye

Sommet situé sur la crête frontière Queyras / Ubaye, facile techniquement, permettant d'obtenir un incroyable panorama sur les impressionnants sommets rocheux de l'Eissassa et du Péouvou.

Vous consultez actuellement une sortie. Pour découvrir la carte, l’itinéraire et les infos détaillées, rendez-vous sur le topo de référence.

Topo de référence

Pour découvrir la carte, l’itinéraire et les infos détaillées, veuillez consulter le topo de référence

Publicité

  • Tentes de rando
  • Sacs de couchage
  • Chaussures de rando
  • Sacs à dos

Conditions météo

Température fraîche et vent glacial, ciel mitigé avec brouillard dense sur les plus hauts sommets alentour.

Récit de la sortie

Le froid est revenu en ce tout début septembre en Haute Ubaye et le ciel n’est pas engageant.

Mais on est venu pour profiter de la montagne, alors on va y aller quand même.

La Tête de Rissace est un bon compromis : pas un gros dénivelé, pas une altitude trop importante, ça devrait passer !

Toujours un plaisir de rejoindre le petit village de Maljasset, et le sentier menant au Plan de Parrouart est très roulant.

Une pause "carte IGN" est nécessaire pour repérer le cairn indicateur de la montée vers la cabane de Tiéoure.

Mais le ciel est bien bouché et cette ascension ne permet pas pour l’instant, de jouir pleinement de la vue promise, notamment sur l’impressionnante barrière rocheuse du Péouvou, dans les nuages.

Alors, on monte dans l’alpage, et le dénivelé défile dans les pentes herbeuses jusqu’à l’arête du Rissace.

Le sommet est vite atteint et la vue sur le Queyras et le petit village de Ceillac, illuminé de soleil, contraste avec le côté brumeux de l’Ubaye.

Tout à coup, j’hallucine !

Un puissant rayon de soleil surgit de nulle part, fait briller de mille feux la face nord du Rocher de l’Eissassa !!! jamais vu ce côté-ci de cette montagne.

On dirait la barrière rocheuse des Aiguilles de Chambeyron vue depuis les Lacs de Marinet, mais, en miniature...

Une grande similitude dans les formes avec son sommet bien placé en son centre.

Quelle beauté !!!

Et son caractère infranchissable me donne une raison de plus de le gravir, celui-ci se trouvant déjà bien placé dans mes objectifs montagneux de court terme.

De l’autre côté, la monstrueuse face sud du Péouvou vient aussi de se libérer de ses brumes, mais néanmoins, conserve son caractère sombre et austère.

Voilà un autre objectif intéressant !

Il est vrai que je n’ai encore que très peu exploité la rive droite de l’Ubaye.

La Roche Noire fait également partie des objectifs à atteindre, et il va bien falloir que je revienne pour m’y atteler.

En attendant, la Tête de Rissace vient d’être éliminée de la liste, et j’en garderai un grand souvenir, car située de façon stratégique et idéale entre Queyras et Ubaye.

Dernière modification : 12 août 2018

A propos

Auteurs de cette sortie : ,

Randonnée réalisée le 2 septembre 2017

Publiée le 4 septembre 2017

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

  • par Le 4 septembre 2017 à 13h23

    Salut Cyril.
    Je suis d’accord avec toi, le Rocher de l’Eissassa est très beau et impressionnant sur tes photos. J’aime tout particulièrement tes photos #16 et #21. Et c’est vrai que la vue sur le Péouvou est pas mal aussi dans le même genre.
    Ce n’est pas étonnant quand on regarde la carte car ce sommet du Longet est particulièrement bien placé entre l’Eissassa et le Péouvou pour les admirer tous les deux.
    Personnellement, ça ne me donne pas du tout envie de gravir ces 2 beaux sommets. Mais nous n’avons pas les mêmes aspirations ;o) Par contre tes photos me donnent très envie de faire la même sortie un jour pour bénéficier de ces mêmes points de vue sur ces 2 sommets. Merci donc pour tes photos !!!

  • par Le 9 septembre 2017 à 18h49

    Merci ! C’est toujours un enchantement de marcher (ou escalader) en montagne, mais c’est vrai que j’ai autant de plaisir à gravir un sommet par des pentes débonnaires que d’en atteindre un autre sur des terrains plus chaotiques. J’aime l’idée de devoir adapter mon allure, mes efforts et mes souffrances physiques aux difficultés très variées que proposent les sommets montagneux. Mais arrivera sûrement un jour où mon corps ne supportera plus les rudes ascensions rocheuses, les pentes glacées de 45 degrés ou les fastidieuses descentes en pierriers, à ce moment là, l’adaptation portera beaucoup plus sur mes terrains de jeu .

  • par nanouLe 9 septembre 2017 à 20h28

    tres beaux paysages ,la solitude du lieu semble garantie en ce mois de septembre et changement brutal le givre est là

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !