Pour imprimer ce topo, utilisez la fonction d'impression de votre navigateur, ou cliquez sur .

rando13512

Auteur : valverco
Source : https://www.altituderando.com/rando13512

Je reviens sur ce parcours pour 3 raisons. La première pour tenir un engagement et pour la crédibilité du topo, la deuxième, parce que j’adore ces parcours sauvages, et la troisième, pour faire découvrir cet itinéraire.

Accès

Non renseigné

Itinéraire

Traversée du Sommet du Platary par les Faïsses du Géant et le Pas du Pertuis

Le ciel est bien dégagé ce matin au-dessus de la Gare de Clelles.

8h40, nous franchissons la Voie Ferrée et nous nous dirigeons à gauche vers la table de pique-nique esseulée. Un passage dans la végétation permet de prendre pied sur le chemin balisé que nous suivons vers le sud-est. Il s’oriente vers le sud en tournant à droite et remonte jusqu’à une bifurcation à Mailletère. Nous quittons le balisage qui se poursuit à gauche vers Jouvène, pour continuer en face un bon chemin traversant les prairies, la vue est superbe sur le Mont Aiguille.

Notre chemin pénètre sous les pins, puis il arrive sur une petite plate-forme vers le petit ruisseau canalisé, où plusieurs tentes sont plantées à l’orée du bois. Un gars un peu bizarre et loufoque en sort, avec une tasse de café dans une main. Il m’invite et insiste pour que je vienne boire un café, mais comme je remarque qu’il a l’air d’avoir chargé la mule, je refuse son invitation. C’est à ce moment là qu’il repère ma coéquipière du jour, et qu’il s’empresse de la rejoindre au bord du ruisseau en train de tomber une couche de vêtement.

Bref, nous laissons notre gai luron très bizarre, puis prenons à gauche, où la patte d’oie se présente. Nous prenons le chemin de droite montant, plus haut il tourne à gauche et arrive sur une petite clairière où on a l’impression que le chemin s’arrête là. Mais il n’en est rien, à droite un petit sentier nous attend, il part de suite sur la gauche, traverse 2 lits de ruisseaux et remonte vers une belle arête boisée. La vue sur le Trièves est fantastique.

À partir d’ici, le sentier déploie ses lacets, d’abord des petits, puis des larges revenant toujours vers les Faïsses du Géant. La vue partielle sur le Mont Aiguille, le Grand Veymont et un peu la barrière du Vercors, le Goutaroux et le Rocher du Baconnet est splendide. Plus nous montons, plus la vue s’ouvre à nous. Nous distinguons la Chartreuse plus au nord et le Taillefer au nord-est.

10h00, nous posons le pied sur mon chemin vers 1330m d’altitude. Je remarque que les 2 gros cairns ont disparu. Le chemin a subit des travaux il est recouvert de blocs. Nous prenons à droite vers l’itinéraire de l’Arche des Cabornes et remontons la piste 5 minutes jusqu’à une vaste plate-forme. Le chemin terreux se poursuit après.
Nous revenons sur nos pas, passons l’emplacement qui nous a permis d’atteindre la piste, et poursuivons au sud. Je passe la patte d’oie, puis cherche mon cairn posé sur la souche. Au bout de 500 mètres, il faut se rendre à l’évidence, comme les travaux demandent d’élargir la piste, ils ont tellement gratté les bords qu’ils ont fait tomber ma souche et le cairn posé dessus avec.

Je reviens sur la patte d’oie, et prend la branche de droite. Le chemin est envahi par la végétation, j’arrive à le suivre une dizaine de minutes, puis il disparait. Dans cette pente boisée, je décide de descendre pour essayer de tomber sur la sente qui démarre de la piste. Au bout de quelques dizaines de mètres de dénivelé descendu, je tombe sur ma trace. Oui mais ce n’est pas fini, je suis têtu et aimerai savoir d’où elle débute de ma gauche, sur la piste c’est sûr mais d’où. Alors me voilà parti à gauche suivi de ma coéquipière.

10h50, au-dessus de ma piste, nous remarquons sur un arbre écrit à la peinture rouge les mots suivants « projet piste ». Voilà le nouveau repère. Nous prenons alors cette bonne trace, elle effectue sa traversée vers le sud, franchie une arête boisée et tombe sur un vieux chemin montant quelque peu envahi par la végétation. Nous le prenons à droite, il remonte nord-ouest 150m et arrive devant une souche où est posé le petit cairn. La remontée en traversée s’avère un peu délicate, les nombreux petits cairns ont en parti disparus.

11h30, nous montons la petite rampe permettant de poser le pied sur la crête au même endroit cité dans le topo.

11h50, nous gagnons le Sommet du Platary, où 2 randonneuses nous interpellent pour des conseils. Elles me disent connaitre Altituderando, elles connaissent mon pseudo. L’une est de Voiron, l’autre de St-Jean d’Hérans. S’ajoute à la discussion un photographe solitaire du secteur. J’en profite pour leurs passer un bonjour si tous ce beau monde lit ces lignes. Après un bon débat d’une trentaine de minutes et quelques photos, nous descendons son arête sud-ouest, notre but et de trouver le Pas du Pertuis. La pente est raide, d’abord à découvert, puis une sente longe le rebord du ravin et pénètre en forêt. L’itinéraire est superbe. Nous arrivons sur un large col boisé, mon altimètre me donne l’indication nécessaire. Je remarque de suite cette trace au niveau d’une borne marquée du n°1.

13h00, dans cette pente boisée une fois de plus, le sentier passe sous la roche vers le nord d’abord, puis descend en pleine pente vers l’est, puis sud momentanément, il effectue la jonction avec le sentier balisé reliant Esparron à Chabulière. Un petit panneau en bois cloué sur l’arbre indique le Pas du Pertuis.

Arrivé à Chabulière, je sors ma vieille carte top 25, et suis le chemin à gauche. Un peu plus loin nous arrivons dans le coude d’une piste, je prend à gauche, remonte de belles prairies puis arrive à l’orée du bois à l’est de Mariot sur l’IGN. Ici de nombreuses billes de bois sont entassées, un chemin monte à gauche dans la pente et se dirige vers le Serre de Chabulion. A droite, une nouvelle route est tracée. Elle monte vers l’ouest, puis nord-ouest vers Beauregard, puis nord vers la Combe Annatier, elle s’arrête sur une grande plate-forme vers le point IGN 1060. Un chemin descend alors nord-est en pleine pente, je remarque vers l’altitude de 950m ce petit sentier partant à gauche que nous ne prenons pas allez, savoir pourquoi.

14h15, il serait grand temps de se poser pour casser la croûte. Nous longeons une belle prairie, nous nous posons à l’ombre de ses arbres la bordant avec comme panorama le Dévoluy s’il vous plaît !

Nous rentrons par des chemins et descendons trop tôt, trop bas, nous arrivons sous un viaduc proche de la D.1075, il s’avère que c’est celui au nord-ouest de la Fourche point IGN 820. Tans pis, nous rentrons par la route sous un soleil de plomb.

16h00, devant la Gare de Clelles, le ciel est toujours bien dégagé, nous prenons la route satisfait quand même, même si la fin du parcours n’était pas très plaisante. Mais nous n’oublions pas notre mousse habituelle, arrêt obligatoire au Seinépy.

Avertissement : En montagne, chacun est responsable de sa sécurité. Les randonnées se font par conséquent sous votre propre responsabilité. L'auteur de ce topo, le site duquel il est issu ainsi que leurs différents contributeurs ne peuvent pas garantir l’exactitude ni l'exhaustivité des indications qui y sont contenues. Ces renseignements ne peuvent en aucun cas engager leurs responsabilités de quelque manière que ce soit. [Voir : www.altituderando.com/Avertissements]