Pour imprimer ce topo, utilisez la fonction d'impression de votre navigateur, ou cliquez sur .

Cime du Pied de Barry (2637m) et Petit Roux (3034m) par Lanchâtra

Auteur : Marcadau
Source : https://www.altituderando.com/Cime-du-Pied-de-Barry-2637m-et-Petit-Roux-3034m-par-Lanchatra

Le Petit Roux, bastion ponctuant l'arête Nord-Est de la Roche de la Muzelle, est peu fréquenté et si méconnu que l'IGN ne daigne pas même en préciser l'altitude. Sa culminance et son profil élégant en font pourtant un authentique sommet, bien individualisé et dont l'ascension, au terme d'un superbe parcours de crête, se révèle enthousiasmante. En option, un retour en boucle par les vallons de Chapeau Roux, de la Pisse et de Villeneuve, réservant un festival de cascades et de flots tumultueux. Pas de doute, nous sommes en Oisans...

Accès

Du Bourg-d’Oisans, emprunter la D1091 en direction de Briançon puis, au niveau du barrage du Clapier, prendre à droite la route de la vallée du Vénéon, c’est à dire la D530, direction Vénosc / Saint-Christophe-en-Oisans.
Passer le Bourg-d’Arud et stationner sur le parking aménagé environ 1km après le barrage du Plan du Lac, face au vallon de Lanchâtra et à la cascade de la Pisse, en rive droite du Vénéon. Le parking est aménagé tout près d’une passerelle permettant de franchir cette rivière.

Pour l’option consistant à effectuer une boucle (descente par les vallons du Chapeau Roux et de Villeneuve), on pourra préférer stationner un peu en aval, sur le parking du barrage du Plan du Lac.

Les infos essentielles

Précisions sur la difficulté

Itinéraire

Ascension du Petit Roux :

Du parking du Plan du Lac (1186m) emprunter la longue passerelle franchissant le Vénéon, et prendre le chemin de Lanchâtra (panneau indicateur).

En cas de stationnement en aval, au niveau du barrage du Plan du Lac (1173m), prendre la piste longeant, sur 1km environ, la rive gauche du Vénéon, en direction du hameau de Lanchâtra (panneau indicateur puis balises jaunes).

Les deux itinéraires se rejoignent à l’intersection de La Fiole (1299m), d’où part le sentier qui pénètre dans le vallon de Lanchâtra (panneau indicateur).

À Lanchâtra, nouvelle intersection : prendre le sentier de droite, en direction du col de la Coche de Lanchâtra (panneau indicateur).

Ce sentier traverse un secteur boisé puis affronte une première barre rocheuse en s’insinuant habilement, mais au prix de quelques raidillons, entre les ressauts. Le passage le plus exposé est sécurisé par un câble.

Après une accalmie verdoyante se présente une seconde barre rocheuse. Bis repetita : brusques raidillons et second passage câblé. Il faut être attentif au tracé, par endroits discret et chichement balisé.

Réorienté Sud-Est, le sentier débouche, vers 2070m, sur un replat herbeux que domine la Cime de la Coche.

Il poursuit à flanc de coteau pour contourner cette montagne, et l’on comprend alors pourquoi il est figuré en pointillés sur la carte IGN Top25 : cela commence par le franchissement de deux ravins abrupts où le ruissellement des eaux et le passage des troupeaux l’ont mis à mal (secteur de la Draye de la Sey). S’ensuit la traversée, moins dangereuse mais parfois impressionnante, de pentes approchant les 50°.

Enfin, on arrive au col de la Coche de Lanchâtra, d’où se dévoile la suite de l’itinéraire : un évident et splendide parcours de crête.

Celle-ci est parfois effilée et aérienne, surtout entre les points cotés 2301m et 2331m. Elle s’élargit ensuite à l’approche de la cabane des Fréaux. La pente s’accentue alors sensiblement. On longe, à droite, le ravin des Chevalets, avant de parvenir au sommet de la Cime du Pied de Barry (2637m).

De là, après un court faux-plat descendant, poursuivre sur la crête, devenue très dissymétrique (ravin à droite, simple devers à gauche).

On atteint ainsi, vers 2750m, une nouvelle bosse, à laquelle succède une descente d’une vingtaine de mètres.

Cette brèche marque le départ de l’arête Nord du Petit Roux. À partir de là, il faut inventer son itinéraire en esquivant au mieux les ressauts et passages trop exposés (photo 40).

Les premiers escarpements se contournent de préférence par la gauche, puis on chemine un moment sur le fil de l’arête ou en léger contrebas. Dans l’ensemble, les blocs sont assez stables, mais il faut rester attentif et fréquemment mettre les mains.

Après une petite brèche se présente le passage le plus délicat de l’ascension (photos 29 et 30) : un petit mur de 4m à escalader -plutôt par la gauche, selon moi.

La suite est plus simple, mais exige presque constamment l’usage des mains, au moins pour se sécuriser.

On arrive ainsi au bas des pentes finales, où l’arête devient la bordure d’un large berceau évoquant, lorsqu’il est enneigé, une rampe de saut à ski géante.

En début de saison, la neige peut être une aubaine -du moins si elle reste durcie par le gel nocturne- car, en dessous, c’est de la caillasse instable. En cas de neige excessivement ramollie ou d’absence de neige, mieux vaut poursuivre sur l’arête (autrement dit le bord droit, au sens orographique, de la rampe sommitale), faite de gros blocs à peu près fiables.

Les ultimes pentes sont très raides, de l’ordre de 40°.

Le sommet, évidemment dominé par la Roche de la Muzelle, offre un panorama inoubliable sur le massif des Écrins.

Descente par le même itinéraire pour regagner la Cime du Pied de Barry.

Là, on a le choix, pour la descente, entre un simple aller-retour ou un retour permettant d’effectuer une belle boucle.

Option : retour en boucle par les vallons de Chapeau Roux, de la Pisse et de Villeneuve :

Cette variante de descente allonge sensiblement la randonnée : il faut compter environ 5km de plus et 250m de D+ supplémentaires.

De la Cime du Pied de Barry, quitter la crête et plonger dans le versant ouest, en cherchant les pentes les moins raides et en dessinant des lacets, pour atteindre l’échine herbeuse bordant le vallon de Chapeau Roux. On y trouve un sentier qui, orienté Nord-Ouest puis Sud, descend doucement vers le torrent du même nom.

Traverser ce torrent puis un vaste espace quasiment plat pour rejoindre, en contrebas du lac de la Muzelle (secteur des Tourbières), le GR 54.

Celui-ci dévale la rive gauche du torrent du Chapeau Roux pour gagner le bas du Clot de Selat et ses belles cascades. Il longe ensuite la rive gauche du torrent de la Pisse puis du tumultueux torrent de Villeneuve.

Quelques centaines de mètres après avoir pénétré en forêt, on parvient à l’intersection du Cerisier, dans le secteur du Pleynet. Quitter alors le GR pour prendre, à droite (sud), le chemin balisé de Laffreyte (poteau indicateur).

Ce sentier forestier traverse le torrent de Villeneuve (passerelle) et se réoriente alors vers le Nord-Est puis le Nord. Après le hameau de Laffreyte, il dévale en lacets le coteau et rejoint la D530 à la cote 970m environ.

Ne reste alors qu’à remonter cette route sur environ 2km (et près de 200m de D+... pas les plus agréables...) pour regagner le parking du barrage du Plan du Lac.

Avertissement : En montagne, chacun est responsable de sa sécurité. Les randonnées se font par conséquent sous votre propre responsabilité. L'auteur de ce topo, le site duquel il est issu ainsi que leurs différents contributeurs ne peuvent pas garantir l’exactitude ni l'exhaustivité des indications qui y sont contenues. Ces renseignements ne peuvent en aucun cas engager leurs responsabilités de quelque manière que ce soit. [Voir : www.altituderando.com/Avertissements]