Pour imprimer ce topo, utilisez la fonction d'impression de votre navigateur, ou cliquez sur .

rando13728

Auteur : valverco
Source : https://www.altituderando.com/rando13728

Randonnée sauvage, même si le départ du site de la Carrière de l’Infernet n’est pas très esthétique, cette randonnée aérienne par la suite et en terrain d’aventure, demande d’avoir le pied sûr pour franchir les cours passages exposés.

Accès

Non renseigné

Itinéraire

8h45 nous pénétrons dans la Carrière de l’Infernet, un chemin se présente de suite après le Mémorial, puis un deuxième un panneau en interdit l’accès au public. Nous prenons le premier, il est large et une clôture le sépare du site. Il passe au-dessus du monument du Maquis de l’Oisans et monte nord en dominant la carrière. Nous pénétrons sous la forêt, un 4x4 est garé, 2 gars de l’ONF sont là s’occupant à leurs travaux forestiers. Ils nous renseignent sur l’état des chemins et des difficultés que nous risquons de rencontrés.

Nous poursuivons avertis sur ce large chemin, la montée est un peu raide, ses lacets sont bien utiles. Le chemin stoppe sa course au bord du torrent, nous repérons de suite ce sentier à droite grimpant sur la croupe boisée. Il arrive de suite devant une petite et charmante cabane où l’entrée est libre, 2 couches avec matelas. Le sentier continu au-dessus, est dessine ses lacets en revenant sur le rebord du ravin où coule le Ruisseau de Vaudaine. Il sort dans une zone semi-boisée sous la roche, là se présente une croupe herbeuse et raide où les petits cailloux roulent sous les semelles. Plus haut sous les pentes du Pic de la Fare, un passage demande de l’attention.

Le sentier franchit 2 combes dont une asséchée, puis arrive sur une petite dalle de roches cristallines où dévale en cascade le torrent issu du Ravin du Grand Sorbier. Les lacets se poursuivent dans une zone semi-boisée entre la Combe de Mirebel et le Ravin du Grand Sorbier le secteur est sauvage à souhait.

11h00 nous sortons dans l’alpage, les hautes herbes recouvrent partiellement le sentier, mais le tracé se distingue quand même. Il remonte en larges lacets, et rejoint la Cabane de Vaudaine. Comme il est encore tôt, nous allons essayer de repérer le sentier montant vers les cols de la Passure et de la Petite Vaudaine que nous apercevons là-haut. Mais le temps nous manque, pour aller plus haut, nous revenons à la cabane pour casser la croûte.

12h30 je sors la petite table et la pose devant l’entrée de la cabane, face à la Cime de Cornillon et du Grand Galbert. Derrière la cabane un évier est installé, l’eau y coule abondamment pour s’y rafraîchir avant d’entamer la descente avec prudence.

Voilà une randonnée sauvage, où nous n’avons croisés personne mis à part les employés de l’ONF au-dessus de la carrière. En passant sur la route, en venant du Bourg d’Oisans, on a du mal à imaginer un sentier s’introduisant dans cette combe. Merci Nadine de m’avoir guidé vers cette charmante cabane au milieu de nulle-part.

Avertissement : En montagne, chacun est responsable de sa sécurité. Les randonnées se font par conséquent sous votre propre responsabilité. L'auteur de ce topo, le site duquel il est issu ainsi que leurs différents contributeurs ne peuvent pas garantir l’exactitude ni l'exhaustivité des indications qui y sont contenues. Ces renseignements ne peuvent en aucun cas engager leurs responsabilités de quelque manière que ce soit. [Voir : www.altituderando.com/Avertissements]