Pour imprimer ce topo, utilisez la fonction d'impression de votre navigateur, ou cliquez sur .

Dôme de la Lauze (3567m) par le versant sud (vallon de la Selle)

Auteur : Marcadau
Source : https://www.altituderando.com/Dome-de-la-Lauze-3567m-par-le-versant-sud-vallon-de-la-Selle

Ils ne sont pas légion, les sommets de plus de 3500m accessibles aux randonneurs ! Le Dôme de la Lauze en fait partie. Disons le tout net : c'est à peu près son seul intérêt. L'ascension, dont le dernier quart s'effectue dans d'horribles pentes schisteuses, raides et instables, est épuisante. Le sommet lui-même, informe et sombre, placé sous la domination apitoyée du Pic de La Grave, est encore enlaidi par un remonte-pente. Pour comble, il n'offre aucune vue ou presque sur la reine des lieux, la Meije. Pas très vendeur, tout ça... Mais non, allez : le panorama vaut quand même le détour et l'on gardera finalement le souvenir d'une randonnée gratifiante.

Accès

Du Bourg-d’Oisans, emprunter la D1091 en direction de Briançon puis, au niveau du barrage du Clapier, prendre à droite la route de la vallée du Vénéon, c’est à dire la D530, direction Vénosc / Saint-Christophe-en-Oisans.
Traverser le village de Saint-Christophe-en-Oisans et, environ 200m plus loin, prendre à gauche, en tête d’épingle, la route de la Selle.
Stationner sur l’une des aires aménagées au terminus de cette route.

Les infos essentielles

Précisions sur la difficulté

Itinéraire

Du parking, prendre le sentier du refuge de la Selle. À l’intersection de la Croix du Batel, peu après le départ, un panneau indicateur annonce une durée de trois heures. De fait, ce sentier, parfaitement tracé et balisé, évolue en faux plat sur plus de 7km, le long de la rive droite du torrent du Diable. La pente ne se redresse que vers 2300m.

Une fois au refuge, longer son annexe et prendre le sentier non balisé qui s’élève en direction du nord-est.

Vers 2780m, ce sentier traverse une épaule herbeuse puis s’approche du torrent du Col de la Lauze : c’est ici qu’il faut le quitter pour monter droit dans la pente, en rive gauche (orographique) de ce torrent (itinéraire : photo 47).

On trouve peu après une sente plus ou moins marquée, facile à perdre dans la grosse caillasse, mais facile à retrouver car elle ne s’éloigne guère du torrent.

Vers 3000m, alors que la pente se raidit, il faut remonter au mieux un couloir rocheux (nord-nord-est) que domine, sur la droite, une petite pointe.

Les hostilités débutent vraiment à la sortie de ce couloir, vers 3200m, lorsque l’on pénètre dans les éboulis schisteux.

Le sol se dérobe sans cesse sous le pas : le jeu consiste alors à chercher les bouts de rochers affleurants... et à lutter contre une forte envie de faire demi-tour...

Reprendre une orientation nord-nord-est en cherchant la moindre déclivité (mais c’est à peu près pareil partout) et en visant sur la gauche, bien plus haut dans la combe, un petit éperon rocheux de couleur ocre (photo 48).

Cet éperon borde un couloir débouchant enfin sur la large crête. Il ne reste plus alors qu’à parcourir celle-ci pour gagner le sommet du Dôme de la Lauze.

Belle vue, à l’est, sur une enfilade de pics : Pic de La Grave, Pointe Marie-Louise, Pointe Madeleine, Pointe Dosia, pics ouest et est du Râteau. Entre ces derniers apparaît discrètement le sommet de la Meije. Panorama flatteur également au Sud, avec le massif du Soreiller et le groupe de la Gandolière au premier plan, puis la Barre des Ecrins, l’Ailefroide, les Bans, la Pointe du Vallon des Etages, les Rouies, etc...

Descente par le même itinéraire.

Avertissement : En montagne, chacun est responsable de sa sécurité. Les randonnées se font par conséquent sous votre propre responsabilité. L'auteur de ce topo, le site duquel il est issu ainsi que leurs différents contributeurs ne peuvent pas garantir l’exactitude ni l'exhaustivité des indications qui y sont contenues. Ces renseignements ne peuvent en aucun cas engager leurs responsabilités de quelque manière que ce soit. [Voir : www.altituderando.com/Avertissements]