Pour imprimer ce topo, utilisez la fonction d'impression de votre navigateur, ou cliquez sur .

rando13829

Auteur : Mick1018
Source : https://www.altituderando.com/rando13829

Nous sommes montés par le glacier qui vit surement sa dernière décennie et descendus par l'arête sud, ce n'est que de la caillasse ! La reine Meije nous accompagne sur une grosse moitié de l'itinéraire.

Accès

Non renseigné

Itinéraire

Nous sommes arrivés la veille pour un bivouac au parking mais l’endroit ne s’y prête pas vraiment. Rien de plat et le pré tout proche est déjà occupé par les vaches. Le grondement du torrent n’aide pas les "dormeurs sensibles" que nous sommes. Nous n’avons pas fermé l’œil de la nuit et lorsque le réveil sonne à 5h c’est une délivrance, c’est l’heure de se lever ! Ah oui, il fait 5 degrés seulement.

Fatigués, le rythme est soft ce matin. La Meije et le Râteau s’illuminent et donnent un peu de couleur à cette approche encore dans l’ombre.

Nous atteignons le refuge puis le lac et commençons la remontée de ce long vallon. L’ambiance est glaciale : fatigue, itinéraire à l’ombre en grande partie, le sol est givré au niveau du marais et de la glace est présente vers 2700m. Le soleil apparaît enfin ...

Le recul du glacier laisse apparaître des dalles me rappelant celles au niveau de la langue terminale du Glacier Blanc. En montant dessus, la teinte est un peu rose, le soleil est là, le moral remonte en flèche.

Nous nous équipons et progressons un court instant sur un glacier à l’agonie, en glace vive jusqu’au col. Le débit de l’eau de fonte est effrayant, incroyable, c’est triste à voir. Je confirme qu’il n’y a aucune crevasse sur l’itinéraire classique très peu pentu. Les quelques crevasses sont présentes main gauche de l’ascension, une voie plus directe avoisinant les 30°.

Après un ludique parcours d’arête nous arrivons au sommet avec une vue bien dégagée sur le Mont Blanc et la Meije évidemment. L’air est frais, la pause au sommet sera juste pour déjeuner.

La descente par l’arête sud jusqu’au refuge sera très éprouvante. Que de la caillasse. Une sieste de 15min vers le refuge nous permet de nous rebooster pour la descente finale jusqu’au parking. Le vallon est d’ailleurs bien plus chaleureux (au sens propre et au figuré) que ce matin,

Une visite de la Grave, une bonne glace et nous voilà en quête d’un nouvel emplacement de bivouac vers le col du Lautaret. Demain c’est le Grand Galibier par l’arête sud-ouest qui est prévu.

Vidéo

Avertissement : En montagne, chacun est responsable de sa sécurité. Les randonnées se font par conséquent sous votre propre responsabilité. L'auteur de ce topo, le site duquel il est issu ainsi que leurs différents contributeurs ne peuvent pas garantir l’exactitude ni l'exhaustivité des indications qui y sont contenues. Ces renseignements ne peuvent en aucun cas engager leurs responsabilités de quelque manière que ce soit. [Voir : www.altituderando.com/Avertissements]