Pour imprimer ce topo, utilisez la fonction d'impression de votre navigateur, ou cliquez sur .

Pic de Bure (2709m) par la Combe d’Aurouze, descente par la Combe de Mai - Tête de la Cluse (2683m)

Auteur : BA42
Source : https://www.altituderando.com/Pic-de-Bure-2709m-par-la-Combe-d-Aurouze-descente-par-la-Combe-de-Mai

C'est l'un des trois grands sommets du Massif du Dévoluy. Cette montagne est si énorme qu'elle ne peut se limiter au seul Pic de Bure. La métaphore "Vaisseau de Pierre" a été maintes fois utilisée et si le Pic de Bure constitue la proue, la Tête de la Cluse en est la poupe, les deux sommets étant situés aux deux extrémités de la montagne. A l'ascension de la belle Combe d'Aurouze par le GR 94B, on peut, on doit, dévaler les raides éboulis de la Combe de Mai, encore plus belle.

Accès

Les infos essentielles

Précisions sur la difficulté

Itinéraire

Le Plateau de Bure

Ce plateau d’altitude (supérieure à 2500m), est long d’un peu plus de 3,5km pour une largeur de 5 à 600m. Il est couronné par plusieurs sommets :

Ce grand plateau est entaillé par 5 combes principales :

Le Pilier est du Pic de Bure

Haut de 600m, il a été gravi pour la première fois en 1961 par René Desmaison, Yves Pollet-Villard et André Bertrand.

D’autres parois sont fréquentées par les grimpeurs. La Crête des Bergers, à proximité de la Tête de la Cluse, est restée tristement célèbre, avec la mort de Jean Couzy, victime d’un chute de pierre en 1958. Jean Couzy, repose au cimetière de Montmaur, au pied du Massif de Bure.

Les radiotélescopes

Si le Plateau de Bure est un site naturel exceptionnel, l’autre grande curiosité est constituée par les 8 radiotélescopes de l’IRAM (institut de radio astronomie millimétrique), construit de 1985 à 1988, et toujours en expansion.

Les catastrophes du Pic de Bure

En 1999, une benne du téléphérique qui dessert l’observatoire, se détache, suite à un défaut d’entretien. Il n’y aura aucun survivant.

Quelques mois plus tard, un hélicoptère se crashe dans le mauvais temps.

Les gîtes des Sauvas

Matériel

Plateau de Bure

Du parking, prendre plein nord, le sentier (GR 94B) indiqué par un panneau et balisé Jaune/rouge, qui parcourt la première partie de la Combe d’Aurouze. Montée dans une forêt de mélèzes et de hêtres, dont on sort au niveau du Roc des Hirondelles. L’univers devient plus minéral.

Après quelques lacets, on atteint le petit bois où sourd la Fontaine du Vallon, à 1806m. (photo) Ultime oasis de verdure, c’est aussi le point de jonction entre la Combe d’Aurouze et la Combe de Mai.

Résister à la tentation de monter par la Combe de Mai qui présente bonne une trace bien visible. Bonne trace ? Ce n’est qu’illusion ! C’est raide et glissant au possible.

Prendre au Nord-Est, le sentier qui va contourner un éperon et pénétrer dans la partie médiane de la combe. Un peu plus haut, un passage, les Marches, présente un escalier naturel qui permet de franchir une barre rocheuse.

On arrive ainsi dans la troisième partie de la combe, un petit vallon, présentant plusieurs paliers jusqu’à la Selle 2511m, qui sépare la Combe d’Aurouze de la Combe de Bure.

Pic de Bure

De la Selle 2511m, partir plein Est et suivre la sente cairnée jusqu’au sommet.

Panorama exceptionnel ! Presque tous les grands sommets du Massif des Ecrins sont visibles. Mais aussi toutes les Alpes du sud, Viso, Chambeyron, Font Sancte, Mont Ventoux. Les grands frères, l’Obiou et le Grand Ferrand, occupent une place de choix dans ce panorama. Mais aussi le Vercors, Belledonne...

Impressionnante vue plongeante sur les alpages dominés par le Pilier Est.

Observatoire

Du sommet, revenir à la Selle 2511m et prendre au Nord-Ouest, le GR qui atteint l’observatoire à 2564m, sis sur une partie du plateau séparant la Combe Ratin de la Combe de Mai.

Tête de la Cluse

Partir hors sentier, au Sud-Ouest, puis plein Est, pour atteinte la crête un peu au Nord de la Tête de la Cluse. On domine ainsi, la belle Combe de la Cluse, autre itinéraire d’ascension possible.

Par l’arête, on gagne au Sud le sommet marqué par une Croix et qui domine la route du Col du Festre.

Revenir vers l’observatoire et s’engager dans la combe qui s’ouvre au Sud.

Combe de Mai

Suivre la trace dans un premier temps, puis couper par les fins éboulis, repérables à leur couleur plus claire. La trace est raide et glissante et les éboulis, plus agréables.

Retour

A 1806m, on rejoint le petit bois et la Fontaine du Vallon. Ensuite, on redescend l’itinéraire parcouru lors de l’ascension

L’ascension

"Ils me cassent les oreilles" ! Depuis ce matin, et mon départ à l’aube, "ils me cassent les oreilles". "Ils" sont pourtant à plusieurs centaines de mètres. "Ils", ce sont les cerfs qui brament sans discontinuer dans la forêt.

Ce n’est que vers la Fontaine du Vallon que je retrouverai un peu de silence. Et quelques chamois, beaucoup plus discrets.

La Combe d’Aurouze est très belle. Je ne la connaissais pas, pas plus que sa voisine, la Combe de Mai. C’est ma quatrième ascension, après une première par la Combe Ratin (un mois d’août, étouffant), le Vallon Pierra de Saint-Etienne (un 1er novembre, luminosité de rêve) et la Combe de la Cluse (une fin mai, en raquettes en frêne), et avec la descente par la Combe de Mai, cela fera 5 itinéraires différents.

Le versant Sud, possède un avantage indéniable : si on part tôt, alors la montée se fait dans l’ombre jusqu’au plateau. C’est autant de gagné dans la lutte contre la déshydratation.

L’ascension optionnelle de la Tête de la Cluse, permettra de trouver un plus d’intimité qu’au sommet du Pic de Bure et son va-et-vient continuel de randonneurs. Elle permet aussi d’avoir une autre perspective sur le Plateau.

C e grand plateau désertique est extraordinaire. On voit les randonneurs arriver par la Combe d’Aurouze et sembler se dissoudre dans l’immensité.

La Combe de Mai est encore plus belle que la Combe d’Aurouze. Mais la descente, plus raide et donc plus courte est très rapide. Difficile aussi de la descendre lentement. Cette combe, il vaut mieux la descendre que la monter ! Sauf pour quelques "fendus du cailloux", n’est-il pas vrai, Patrice ?

En conclusion une très belle randonnée. Mais dans mon souvenir, il me semble que la Combe Ratin est encore plus belle. Il n’en faut pas plus pour que je me décide à vérifier cette impression dès le lendemain !

La Trilogie du Pic de Bure

Quatre itinéraires différents, dont un déconseillé à la montée. Il existe deux autres itinéraires, très voisins, au départ de Superdévoluy et de la Joue du Loup.

Pour avoir parcouru celui depuis Superdévoluy, je préfère les déconseiller car ils se déroulent au milieu des pistes de ski et des remontées mécaniques.

Avertissement : En montagne, chacun est responsable de sa sécurité. Les randonnées se font par conséquent sous votre propre responsabilité. L'auteur de ce topo, le site duquel il est issu ainsi que leurs différents contributeurs ne peuvent pas garantir l’exactitude ni l'exhaustivité des indications qui y sont contenues. Ces renseignements ne peuvent en aucun cas engager leurs responsabilités de quelque manière que ce soit. [Voir : www.altituderando.com/Avertissements]