Pour imprimer ce topo, utilisez la fonction d'impression de votre navigateur, ou cliquez sur .

Sommet du Caduc (2650m), Sangraure (2559m) et Mourre de Simance (2511m)

Auteur : Paul
Source : https://www.altituderando.com/Sommet-du-Caduc-2650m-Sangraure-2559m-et-Mourre-de-Simance-2511m

Une traversée exemplaire dans un univers qui offre de multiples possibilités. Rando sur deux jours, qui peut être complétée vers le Cheval Blanc et même plus loin. C'est en hiver avec la neige qu'elle offre sa plus belle dimension.

Accès

De Digne, puis la Javie, rejoindre Prads par la D107, puis prendre la direction de la Favière. On peut continuer jusqu’au Serre (1330m) ; attention aux patous de la bergerie !

Itinéraire

Itinéraire jour 1

Du Serre, prendre le sentier plein Est qui va à la cabane de Chanabaja, le quitter avant la cabane pour rejoindre la crête et le point 2342m où commence l’arête. D’abord en terrain randonnée, bien que rocheuse, elle se déroule ensuite dans un environnement montagne. Elle n’est jamais difficile, sauf conditions de neige. On atteint le sommet du Caduc.

Itinéraire jour 2

Suivre la crête, en fonction de l’enneigement. Au passage des Crêtes de Chabaud, possibilité de contourner par l’Est et de rejoindre la crête avant le Mourre de Simance.

3 décembre

Avec nos sacs de 13 kg, nous partons du Serre vers les 10h00 après les 2 heures de route nécessaires pour rejoindre ce coin sauvagement beau. Nous passons à Canabaja voir les travaux de réfection de la cabane. Bonne nouvelle : la clé est sur la porte et la cabane peut servir d’abri. Carrelage au sol. Merci de respecter les lieux. Sur la crête du Cadun nous trouvons plus de neige et le parcours d’arête qui mène au sommet demandera quelques efforts. Nous atteignons enfin le Caduc à 16h30 et l’ambiance est superbe à 2650m d’altitude !

Nous trouvons un emplacement de bivouac, juste à quelques mètres du sommet. Et nous montons une tente pour PO. Quant à moi je vais tenter un bivouac à la belle avec sursac pour tester un duvet -10°C.

Quelle nuit ! Après les lumières du couchant qui filent à vive allure vers l’opacité, un ciel étoilé comme jamais m’accompagne dans mes essais de collerette. A cause de la position statique inconfortable dans la neige, le repas fut un peu rapide, et insuffisant. Mais la nuit fut quand même confortable avec très peu de vent et des températures plutôt clémentes pour la saison.

4 décembre

Réveil dans un décor motivant pour la balade du jour. Un parcours d’arêtes soutenu jusqu’à la baisse de Chanabaja puis la grande Tête des Couesses de Joyeux et enfin le sommet de Sangraure (2559m). Le tout dans une neige plutôt déstructurée et non portante et quelques zones d’accumulation.

Après le Sangraure, les difficultés augmentent et culminent lors d’un passage très expo de 40m (début des Crêtes de Chabaud dans le sens Nord-Sud). Trop expo en l’état, nous effectuons un contournement par la face est, par une descente pas évidente en neige déjà chaude et glissante, puis par la remontée d’un éperon de schistes gelés que nous gravissons en crampons.
Nous allons jusqu’au Mourre de Simance (2511m), puis nous rebroussons chemin pour descendre une arête O/NO en direction du col point 2059, puis plein sur la cabane du Mourréen (1771)m.

Pour le retour à la Favière, nous avons suivi la route forestière, puis rejoint un sentier balisé jaune.

Avertissement : En montagne, chacun est responsable de sa sécurité. Les randonnées se font par conséquent sous votre propre responsabilité. L'auteur de ce topo, le site duquel il est issu ainsi que leurs différents contributeurs ne peuvent pas garantir l’exactitude ni l'exhaustivité des indications qui y sont contenues. Ces renseignements ne peuvent en aucun cas engager leurs responsabilités de quelque manière que ce soit. [Voir : www.altituderando.com/Avertissements]