Pour imprimer ce topo, utilisez la fonction d'impression de votre navigateur, ou cliquez sur .

La Mortice, sommets Sud (3169m) et Nord (3186m), en traversée par la Tête de Paneyron (2785m)

Auteur : michel
Source : https://www.altituderando.com/La-Mortice-sommets-Sud-3169m-et-Nord-3186m-en-traversee-par-la-Tete-de-Paneyron

Le secteur de Vars se prête idéalement au plaisir de la randonnée alpine. On se hisse d’abord sur une belle crête élancée puis l’aventure se poursuit en se fondant dans un décor où se succèdent, paysages d’alpages, lacs d’altitude et ambiances minérales.

Accès

Les infos essentielles

Précisions sur la difficulté

Itinéraire

Carnet de voyage

Après avoir foulé le sommet de la Tête de Paneyron, je n’ai pu résister à l’indicible plaisir de « promener mes grolles » du côté de la Mortice.

Du col de Vars à la Tête de Paneyron

Quitter le parking du col de Vars et traverser la route. Le trajet commence par une courte descente le long de la D.902.

Prendre une piste à gauche en direction de Pra Gela. Moins d’un kilomètre après l’embranchement, laisser à main droite un chemin et continuer en direction d’un pylône.

Un petit sentier discret contourne une zone marécageuse par son extrémité nord-ouest.

Une courte grimpette permet de retrouver le sentier qui sillonne le long d’une belle croupe herbeuse.

Atteindre la Crête du Vallon des Prises et poursuivre au nord-est en suivant le fil d’une crête qui s’étire sur plus de quatre kilomètres.

Quitter momentanément le sentier, lorsqu’il oblique au sud-est, pour gagner le sommet de la Tête de Paneyron.

De l’Aiguille de Chambeyron au Grand Parpaillon, un vaste paysage se dégage. Dans le lointain, le sommet débonnaire de la Mortice se démarque du relief plus tourmenté des cimes du Queyras.

La crête des Couniets

Reprendre l’itinéraire principal qui s’oriente nord-est, progresser d’une bosse à l’autre le long d’une crête plissée.

Ce cheminement est parfois entrecoupé de replat où se nichent des petites flaques d’une beauté insoupçonnable.

Le lac de l’Etoile est l’un de ces joyaux.

Au point coté (2790m), quitter la crête par une pente d’éboulis assez raide jusqu’au col de Serenne (2674m).

Ascension des pointes Sud et Nord de la Mortice

Du col de Serenne, on peut gagner les deux sommets par un itinéraire d’ascension déjà décrit :
Voir le topo d’Alain : La Mortice, sommet sud (3169m) et nord (3186m),

Du col de Serenne, descente par le Vallon de Serenne et le Vallon du Châtelet

Du col, glisser dans un beau vallon marqué sur sa gauche par des jupes d’éboulis.

Vers 2400m, le Vallon de Serenne se révèle encombré de gros blocs. Ruisseau et sentier se faufilent à travers ce chaos rocheux.

Lorsque la Cabane sous le Rocher est en vue, on retrouve le royaume de l’estive et les fragrances de l’alpage.

Dans l’ombre du Péouvou de Serenne, la pente s’accentue et le sentier devient pierreux.

Rejoindre l’ancien four à chaux en bordure de la D.25.

Anecdotique

Le début du mois de juillet est cadencé par une série d’orages qui se déclenchent le plus souvent en milieu d’après-midi.

Il me semble que ce scénario pourrait se répéter car le temps vire peu à peu à la grisaille et le ciel bleu s’abrite derrière un cortège de nuages menaçants.

Je suis seul et j’avais prévu de revenir par le même itinéraire. Mais une traversée de plus de quatre kilomètres, en crête et sous la menace de l’orage, ne m’enchante guère.

Après l’ascension des deux sommets de la Mortice, je décide de « débrayer » par le Vallon de Serenne. J’ai mon « habit de randonneur » et je pense que malgré mes cheveux longs on ne me prendra pas pour un vagabond !

Je fais du stop sur la petite route qui mène à Maljasset. La seconde voiture qui passe par là s’arrête et me conduit à Saint-Paul-sur-Ubaye.
Il ne me reste plus qu’à remonter sur le col de Vars.

En ce début juillet, les voitures sont rares. Je bougonne un peu, rien à faire ça ne mord pas. Le temps se détériore de plus en plus, alors je décide d’arrêter la première voiture qui se présente.

La chance me sourit encore, le gars pense que je lui fais signe de ralentir à cause des moutons et s’arrête. J’en profite pour lui demander de me ramener au col de Vars, ce qu’il fait sans rechigner ! Lorsque j’arrive au col, une pluie orageuse se déchaîne ...

Avertissement : En montagne, chacun est responsable de sa sécurité. Les randonnées se font par conséquent sous votre propre responsabilité. L'auteur de ce topo, le site duquel il est issu ainsi que leurs différents contributeurs ne peuvent pas garantir l’exactitude ni l'exhaustivité des indications qui y sont contenues. Ces renseignements ne peuvent en aucun cas engager leurs responsabilités de quelque manière que ce soit. [Voir : www.altituderando.com/Avertissements]