Pour imprimer ce topo, utilisez la fonction d'impression de votre navigateur, ou cliquez sur .

rando6994

Auteur : Julien
Source : https://www.altituderando.com/rando6994

Un 3000 riche en diversité.

Accès

Non renseigné

Itinéraire

Horaires

Contexte

Jeudi 07 août, je monte me garer au Plan Lachat pour un départ pas trop tard le lendemain matin en direction du Grand Galibier (des orages et de la pluie sont annoncés à partir du lendemain après-midi).

Montée

Départ matinal avec lever de soleil sur le massif du Grand Galibier, les Aiguilles d’Arves et de l’Epaisseur au fur et à mesure de l’ascension.
Le sentier est évident et monte progressivement, idéal pour se mettre en jambes.

Arrivé au lac des Cerces, je prends le temps de profiter des jeux de miroir avec les sommets qui peu à peu s’habillent de la lumière du soleil naissant. 3 tentes de bivouac sont présentes, hormis ça il n’y a personne à cette heure encore matinale.

Le sentier serpente ensuite dans le vallon jusqu’au col de la Ponsonnière où je me fais cueillir par le vent et par le soleil.
À signaler la présence d’un troupeau de moutons et d’un patou très consciencieux que j’ai préféré observer de loin en contournant le troupeau.

Après le col, la marche continue sur la crête de façon évidente dans une pente qui reste relativement débonnaire jusqu’au Lac Blanc.

Après le lac Blanc, le sentier devient plus raide mais l’effort est récompensé par la présence de plusieurs bouquetins pas particulièrement farouches.

Quelques névés apparaissent ensuite jusqu’au col Termier que l’on rejoint facilement.

À partir du col, le sentier devient intermittent, entrecoupé de gros blocs à escalader en essayant de toujours suivre la marque bleue et les cairns. Le cheminement est plutôt bien balisé et la géographie des lieux permet même de faire des petits écarts du chemin pour se faire plaisir sur des gros blocs.

Après être passé sous le sommet Est, la sente remonte au niveau de la brèche où arrive le couloir de la Clapière. A cet endroit il faut bien rester sous la brèche côté sud (présence d’un névé) pour ensuite attaquer les derniers mètres d’ascension. Pour ma part j’ai en effet tiré tout droit sur la crête depuis le dessus du couloir de la Clapière ce qui m’a obligé à escalader (et désescalader) un gendarme.

Arrivé au sommet, je suis seul avec un point de vue à 360° (seul le sommet Est cache un peu la vue). Malheureusement encore une fois cet été, le point de vue est bouché à l’horizon par les nuages qui s’accumulent. Le Mont-Blanc est invisible, la Vanoise se cache, le Thabor est assailli par les nuages. Les Ecrins restent cependant bien visibles, tout comme l’Oisans et les Aiguilles d’Arves.

La descente

Même itinéraire, sauf que je suis redescendu dans la combe directement au lac Termier avant de remonter quelques mètres pour rejoindre le col homonyme.

Conclusion

J’étais un peu circonspect à entreprendre cette randonnée en raison de sa localisation et de son nom qui m’évoque toujours la foule et la circulation.
Bilan : je pense que c’est une des plus belles randos que j’ai pu faire, je n’ai pas vu le temps passer, j’ai été témoin de scènes splendides (lever de soleil, lac et reflets, panoramas, bouquetins) et la fin de l’ascension en escalade facile m’a comblé !

Vidéo de la sortie

Avertissement : En montagne, chacun est responsable de sa sécurité. Les randonnées se font par conséquent sous votre propre responsabilité. L'auteur de ce topo, le site duquel il est issu ainsi que leurs différents contributeurs ne peuvent pas garantir l’exactitude ni l'exhaustivité des indications qui y sont contenues. Ces renseignements ne peuvent en aucun cas engager leurs responsabilités de quelque manière que ce soit. [Voir : www.altituderando.com/Avertissements]