Pour imprimer ce topo, utilisez la fonction d'impression de votre navigateur, ou cliquez sur .

rando9190

Auteur : sugar mountain
Source : https://www.altituderando.com/rando9190

Grand écart d'ambiance de part et d'autre du sommet en cette matinée ensoleillée, passant de la solitude totale à la foule dominicale.

Accès

Non renseigné

Itinéraire

Quand on aime on ne compte pas ! C’est peut-être la dixième fois, avec quelques variantes plus ou moins heureuses, que j’arpente avec délectation ces pentes sud-est sauvages au-dessus de Sarcenas, m’amenant à la crête méridionale de la Pinéa. J’ai une prédilection pour ce côté par-rapport à celui, plus austère, de Planfay, où un itinéraire tout aussi confidentiel gagnant l’arête sud a été immortalisé par Antoine Salvi.
La commune de Sarcenas a aussi cet avantage d’être bien desservie par les transports en commun depuis Grenoble, en semaine comme le week-end. Le hameau de Gervais, là où débute les « hostilités », est rapidement rejoint depuis le Pont de Croz, terminus du bus.

Du côté de l’Essadey, j’ai beau avoir foulé maintes fois ses vieux chemins mais encore à ce jour j’ai eu de légers doutes sur le départ de la croupe qui me permet de prendre pied sur l’arête sud au-dessus des Prés de Quaix. Après ce n’est qu’une formalité …
Arrivé au pied de la ceinture rocheuse qui me sépare du plateau sommital incliné de la Pinéa, je choisis la deuxième option du topo pour l’escalader. Je retrouve sans difficulté le couloir heureusement bien sec, pour, à sa sortie, retrouver le plus rapidement possible dans un petit bois la crête sommitale.
Je dérange alors sans le vouloir un chamois au repos derrière un bosquet. Il se déplace d’abord tout doucement en me toisant du regard avant de détaler au moment où, comme d’hab’, je sors l’appareil photo de sa poche.
Je n’en verrai pas d’autres lors de la remontée toujours aussi somptueuse de l’arête... et je me doute bien que les chances d’en rencontrer au sommet sont aussi infimes que d’y voir des danseuses du Crasy Horse en pleine action. Car il y a déjà du monde sur cette étroite cime rocheuse et ça n’arrête pas de monter par la voie normale.

Je prends donc mes jambes à mon cou et je dévale la sente escarpée de l’arête nord. Cette relative tranquillité est de courte durée et la suite jusqu’à l’arrêt de bus du col de Porte est un flux sans discontinuer de randonneurs.
Sans parler de la monotonie de cet itinéraire de descente qui, heureusement, est ponctuée par la belle prairie de Plénom où en cette période c’est la fête à la Jonquille.

Avertissement : En montagne, chacun est responsable de sa sécurité. Les randonnées se font par conséquent sous votre propre responsabilité. L'auteur de ce topo, le site duquel il est issu ainsi que leurs différents contributeurs ne peuvent pas garantir l’exactitude ni l'exhaustivité des indications qui y sont contenues. Ces renseignements ne peuvent en aucun cas engager leurs responsabilités de quelque manière que ce soit. [Voir : www.altituderando.com/Avertissements]