Bivouac interdit à la Pra !

Le 22 juillet à 14h30

La mairie de Revel vient d’interdire tout bivouac sur l’alpage de la Pra !. Pour consulter l’arrété : http://www.revel-belledonne.com/sites/default/files/ar_2018-114_interdiction_bivouac_et_feux_alpage_revel.pdf

La raison invoquée, c’est la protection des zones humides. Alors que le périmétre d’interdiction correspond aux zones de surpaturage du troupeau, il ne doit plus rester grand chose à protéger ! Les bivouaqueurs à la Pra ne génaient pas grand monde, pourquoi cette interdiction ? Va-t-on vers une interdiction progressive du bivouac en montagne ? La montagne est un espace de liberté et doit le rester !

Réponses

  • par Le 22 juillet à 15h58

    Bon il faut dire aussi qu’en Juillet/Août, cette zone (facilement accessible pour presque tout le monde) ressemble d’avantage à un camping municipal qu’à une zone montagne. Avec une quantité de déchets inacceptable.

    Sachons nous modérer et il y aura moins d’interdits ...

  • par Le 22 juillet à 16h26

    Tout à fait d’accord avec Antoine, commençons par respecter les lieux plutôt que de tout transformer en champ de foire, quant aux zones humides il me semble que la zone du lac Merlat , entre autre, correspond particulièrement à cette définition.

  • par Le 22 juillet à 17h30

    Face à l’inquiétante accélération du phénomène de disparition des espèces animales et végétales, l’objectif du réseau Natura2000 (mentionné dans l’arrêté) était de stopper l’érosion de la biodiversité. Les zones humides sont particulièrement sensibles au piétinement. Cette charte environnementale s’est d’abord heurtée aux velléités locales de poursuite d’activités telles que la pêche et la chasse dans les zones protégées. Des activités qui ne sont pourtant pas de nature à préserver le milieu naturel.
    D’ailleurs, un arrêt de la Cour de justice européenne a condamné la France pour avoir affirmé que la pêche et la chasse n’étaient pas des activités perturbantes. Je rejoins Billy sur un point : deux poids deux mesures, même si l’on considère aujourd’hui que le tourisme de masse a un impact écologique inquiétant. Si tous les acteurs de la société étaient responsables et conscients de la nuisance de leurs actes on ne serait pas obligé d’interdire. C’est la multiplicité des activités humaines qui posent problèmes, chacun se renvoyant la responsabilité.

  • par Le 23 juillet à 08h22

    Moi, je suis choqué de cette arrété municipal. Qu’il y ait quelques week-end d’affluence et quelques randonneurs incorrects à la Pra, sans doute. Et qu’il faille protéger les zones humides, comme le bas du lac Merlat, évidemment. Mais pourquoi interdire toute la prairie, devant le refuge ?. Comme dit Billy, c’est une zone parcourue tous les jours par les moutons, les quelques plantes qui restent sont celles qui ont su s’adapter au surpaturage. Alors, une ou deux tentes de plus pendant une nuit ! Ce qui m’inquiète, c’est que sous couvert d’écologie, on restreint la liberté du randonneur, alors que l’immense majorité est respectueuse. Belledonne, pour moi, c’est la liberté dans la nature sauvage. Toucher à la liberté du bivouac, c’est changer le caractère du massif.

  • par Le 23 juillet à 10h27

    "Le bivouac est définit comme suit : installation d’une tente légère de 19h à 09h du matin, utilisation d’un réchaud, enlèvement de tout les déchets."
    A croire que les pratiquants du "camping sauvage" sont eux dispensés d’enlèvement de leurs déchets...
    Et sinon concrètement, si on n’a déjà pas les moyens pour faire respecter les lois déjà existantes, notamment sur les dépôts de déchets, à quoi bon prendre un nouvel arrêté...
    Qui viendra le faire respecter à cet endroit ?

  • par Le 23 juillet à 22h05

    La vraie liberté c’est de faire fi des territoires et des lois qui y sont rattachées.

    Mais sinon pour être plus terre à terre, entre 19h et 7h rien n’interdit de camper. Avant l’heure, avant de planter sa tente, il faut trouver à s’occuper, mais en montagne ce n’est pas trop dur. Et après l’heure on est déjà sur les sentiers, car comme tout le monde le sait, en montagne on se lève tôt.

  • par Le 29 juillet à 16h51

    Nous vivons une époque où les interdits deviennent la norme et finissent par ne plus servir à rien, sinon à encore plus déresponsabiliser les gens qui le sont déja bien assez par les médias et les politiques.
    C’est l’éducation qui fait que les gens comprennent ce qu’il est raisonnable de faire ou de ne pas faire, mais quand on constate dans l’état où est la notre, on comprend que cela devienne difficile d’éviter les comportements idiots.
    Il y avait soit disant fin juin un arrêtè interdisant l’utilisation du GR pour descendre du plateau de Bure, parole d’un mec monté depuis Superdévoluy en BAGNOLE jusqu’à la sortie du dit passage (2490 m) pour me dire cela (bonjour la protection de l’environnement avec le gasoil).
    Je lui ai répondu que je ne l’avais pas vu et que si je l’avais vu je serai passé quand même. Je me suis même offert la joie de lui demander si le hors sentier entre la Tête de Claudel et celle de Girbault était interdit par un a.m
    Là, pas de réponse ...

  • par Le 29 juillet à 23h34

    Haha ! Bien vu Johnny, en citant la Tête de Claudel, tu mets le doigt sur les ambivalences qu’il peut y avoir entre l’impérieuse nécessité de préservation et notre goût commun pour la liberté.
    Les motivations politiques sont souvent conditionnées par des intérêts moins avouables. Se faire réélire aux prochaines élections en favorisant l’électorat local. Alors je te le donne en mille, avec une population rurale en grande partie composée de chasseurs et d’éleveurs, la préservation de l’environnement ne viendra pas les émoustiller !
    Quant à la politique nationale du territoire, elle aura tôt fait de fléchir sous le poids des lobbys.
    Il ne nous reste plus qu’à espérer que la prochaine génération, mieux éduquée, ou plutôt mieux sensibilisée, (je préfère ce terme) sera plus apte à relever les défis qui s’annoncent. J’ai passé une année de mon temps à sensibiliser les gamins dans les écoles ; parler des plastiques qui souillent les océans, de l’homo détritus (nous) qui croule sous les déchets etc…
    De futurs éco citoyens responsables et plus respectueux ? Certains le seront car la nécessité fait loi.
    La « vraie » liberté, c’est de connaitre la longueur de nos chaînes en souhaitant que les randonneurs ne soient pas la seule variable d’ajustement. Si elle peut nécessiter de nager à contre-courant, on ne peut en changer le sens, il faut composer avec lui.

  • par Le 30 juillet à 12h36

    Les sentiers interdits, les bivouacs interdits, c’est la tendance naturelle du maire pour se couvrir. Il suffit qu’un caillou tombe sur un sentier pour que le principe de précaution sévisse avec un A.M d’interdiction. Et un éleveur qui rale, et on interdit la bivouac. Un maire, ça subit des pressions de toutes parts, des chasseurs, des éleveurs, des propriétaires, des pécheurs, tous des locaux, qui sont évidemment écoutés. Il faut que les randonneurs, les locaux et les autres, soient plus présents, se fassent écouter, défendent leurs intérets et fassent pression, comme les autres parties impliquées . La montagne vit de plus en plus du tourisme de randonnée, donc les randonneurs ont des arguments. Et électoralement, contrairement aux idées reçues, il y a plus de randonneurs que de chasseurs et d’éleveurs dans la majorité des villages de montagne. En particulier dans Belledonne, la pratique majoritaire de la montagne, c’est celle des rurbains !

  • par Daniel.Le 30 juillet à 15h27

    Pour ceux qui râlent contre cet interdit de bivouac (sur une zone en particulier) relisez le 1er commentaire, celui d’Antoine.

  • par Le 30 juillet à 17h41

    Croyez-vous réllement que les c(...) qui laissent leur déchets en pleine nature vont respecter un arrêté municipal ?!
    Je peux comprendre des restrictions liées à des motifs de protection de l’environnement, mais je ne vois pas pourquoi on limiterait ma (notre) liberté pour des comportements répréhensibles.
    Par ailleurs, d’un point de vue totalement pragmatique, je ne vois pas l’aspect dissuassif d’un arrêté municipal qui n’entraîne qu’une légère amende, alors que la loi déjà en vigueur est bien plus sévère. Reste à la faire appliquer, le plus dur...

  • par Le 23 novembre à 09h36

    Sur la Pra et d’autres problèmes d’interdictions dans Belledonne, j’invite tous les randonneurs à consulter ce nouveau site https://www.vigilance-belledonne.fr/ Plein d’informations et une présentation équilibrée des problèmes de cohabitation.

  • par Daniel.Le 23 novembre à 15h44

    @ jeny. Traduite en français, ça donne quoi ?

  • par Le 24 novembre à 00h38

    A marmmotte38,
    Excellent site sur Belledonne, je viens de passer la soirée (enfin une partie !) à le lire. Je me le garde !
    Merci pour l’info.

Chargement en cours Chargement en cours...
Nouvelle réponse
Nous vous conseillons de vous connecter !

Cochez cette case si vous voulez que votre message soit simplement envoyé par e-mail à l'auteur du sujet. Pratique pour échanger son adresse e-mail, téléphone, etc.

Veuillez patienter ...