Premier jour de randonnée en Cantabrie, Espagne | Camino del Norte de Castro-Urdiales à Oriñon-Jour 9

Le 31 mars à 11h47

Nous sommes un jeune couple qui se consacre à la création de contenu photo et vidéo, ainsi qu’à notre propre musique. Notre contenu est lié aux voyages et aux aventures. Nous sommes des marcheurs passionnés qui aiment la randonnée, le trekking et le camping. Notre objectif est de promouvoir un mode de vie sain, de motiver les gens à marcher davantage et de prendre soin de la nature.

Le jour 9 de notre Camino de Santiago del Norte, nous avons fait une randonnée entre la ville de Castro-Urdiales et le village côtier d’Oriñon.

Cette nuit-là, il pleuvait un peu et l’autoroute qui se trouvait sous notre camping était assez bruyante toute la nuit. Mais nous avons bien dormi et prévoyons parcourir 15 km d’Orinon.

Ce n’est que dans la matinée que nous avons réalisé à quel point l’endroit où nous avons campé était cool, avec la vue sur l’océan et la côte et sans entourage. Nous avons rencontré le magnifique lever de soleil là-bas, pris notre petit-déjeuner, avons tout préparé et étions prêts à partir.

De plus, nous avons compris que nous sommes maintenant dans l’autre province de Cantabrie et que nous avons quitté Viscaya très rapidement sans même nous en rendre compte. Nous l’avons compris par différents indicateurs car c’est ce que vous voyez d’abord sur le chemin.

Nous étions heureux d’être de retour sur la piste et de continuer à marcher et à avancer. Nous avons probablement commencé à 11 heures, donc pas très tôt, mais nous savions que nous devions parcourir la distance que nous avions prévue sans problème.

La première partie du trajet se déroulait le long de l’autoroute sans aucun paysage ou point de vue intéressant. Mais quand nous l’avons traversé par le tunnel, la route a commencé à se rapprocher de la côte et nous avons finalement vu le grand et incomparable océan ! Nous étions si heureux de le voir et de pouvoir nous en approcher à nouveau. Comme vous pouvez le constater, nous avons beaucoup manqué son son, son odeur et son apparence.

La route était en partie sur du gravier, en partie sur de l’asphalte, mais était très facile dans l’ensemble, surtout en comparant nos journées précédentes dans les montagnes. Mais c’était vraiment nécessaire alors, ce jour de détente. Parce que nous ne voulions pas sauter de jours, nous voulions continuer à avancer mais juste moins de distance. Moins vous parcourez de distance, plus vous voyez et sentez l’endroit. Nous essayons toujours de nous en souvenir et de ne pas commencer à courir pour le nombre de kilomètres.

Nous n’avons pas trouvé d’endroit où apposer notre estampille ce jour-là, car toutes les églises étaient fermées et il n’y avait pas d’office de tourisme. La région était assez rurale, comparée à la province de Viscaya, où nous avons vu plus de vieux villages et plus de potagers avec des agriculteurs. Et nous n’avons plus entendu parler l’euskara, seulement l’espagnol. Nous avons goûté les figues les plus délicieuses directement du figuier au bord de la route - elles étaient tellement juteuses et sucrées.
Nous avons rencontré des pèlerins que nous ne connaissions pas parce que nous avons sauté une partie du chemin et que nous ne les avons tout simplement pas rencontrés comme nous l’avions fait lors de notre itinéraire initial.

Le Camino a continué le long de l’océan et nous avons décidé de faire le tour à Las Islares pour aller encore plus près des falaises car la carte nous indiquait un chemin. C’était très pittoresque avec un relief inhabituel, mais à la fin, nous nous sommes tournés dans la mauvaise direction et nous avons eu du mal à trouver le moyen de sortir. Donc, ne pouvait pas recommander à quelqu’un avec un sac à dos de le prendre. Mieux vaut juste le suivre pendant 1 km pour voir la vue et revenir en arrière pour suivre le Camino. Nous sommes fans de faire des rondes et de prendre des alternatives, mais celle-ci n’est pas parfaite du tout. Parfois, il me semblait qu’il n’y avait pas de chemin réel et que nous devions y aller à l’aveuglette.

Nous sommes ensuite sortis sur la plage d’Arenillas, avons mangé la glace car le temps était assez chaud et avons continué jusqu’à Orinon. Presque tout le chemin menant à Orinon passait par l’autoroute, car il n’y avait pas d’autre moyen de s’y rendre. Et nous avons dû faire le grand tour en passant par la zone où la rivière se jette dans l’océan. Mais lorsque nous avons traversé le pont, nous avons emprunté un chemin de terre. La région était unique avec la rivière colorée en turquoise, beaucoup de hérons et des montagnes rocheuses à l’arrière-plan.

Après ces 3 km de belle route, nous sommes arrivés à Orinon, nous nous sommes enregistrés au camping et nous avons même eu le temps d’aller à la plage pour y prendre une collation. Ce rythme de la journée nous attirait davantage et nous voulions continuer notre Camino de cette façon. Moins de km, arrivant tôt sur place et ayant plus de temps pour respirer et profiter des lieux.

 Regardez la vidéo complète ici : https://youtu.be/cTQz3lzy08A
N’oubliez pas de cliquer sur les sous-titres français dans la vidéo.

Nous espèrons que vous avez apprécié notre vidéo ! Laissez-nous un commentaire si vous avez d’autres questions ou souhaitez simplement partager votre expérience. Nous aimerions lire vos commentaires - c’est très important pour nous !

Réponses

Chargement en cours Chargement en cours...
Nouvelle réponse
Nous vous conseillons de vous connecter !

Cochez cette case si vous voulez que votre message soit simplement envoyé par e-mail à l'auteur du sujet. Pratique pour échanger son adresse e-mail, téléphone, etc.

Veuillez patienter ...