Tous les Patous ne sont pas des voyous !

Le 8 avril à 20h53

Chacun d’entre nous a connu des expériences diverses avec les Patous
, certains ont subi des menaces voire des agressions à des niveaux de gravité divers. Pour beaucoup, le Patou est le fléau, le nouveau cauchemar du randonneur, pour de multiples raisons Pourtant, il existe des situations ou des rencontres qui peuvent faire basculer une opinion très arrêtée .Deux anecdotes récentes ont bousculé mes convictions sur le sujet.

En décembre 2018, j’effectue une randonnée dans les Alpes Maritimes (sommet du Grand-Mont). Au cours de la montée, je passe à proximité d’une immense bergerie. Je continue mon chemin et me retourne.J’aperçois alors un Patou à moins de cent mètres, assis sur le bord du chemin et qui m’observe. Je poursuis mon chemin et me retourne encore. Manifestement, le chien me suit tout en restant à distance respectable. Plus tard, je fais une pause casse-croûte car il me reste encore une heure de marche et pas mal de dénivelée. Le chien, me voyant sortir mon sac de bouffe, se rapproche de moi jusqu’au contact. Très paisible et curieux, le chien aura sa part de casse-croûte, Ma surprise et mon étonnement sont à la hauteur de cette rencontre insolite.... énormes !
Quelques minutes plus tard, je reprends ma progression et le chien me précède, un mètre devant moi, comme deux vieux amis de trente ans ! Alors que j’entreprends de grimper un raccourci raide à l’aplomb du sommet , le chien m’observe, s’assoit et semble s’inquiéter de mon itinéraire. Il ne lui manque que la parole. Comprenant son interrogation et interloqué par son attitude, je redescends et poursuis par le sentier balisé. Le Patou reprend la marche devant moi jusqu’au sommet. Au sommet, il s’allonge près de moi, sans réclamer quoi que ce soit, il renifle l’eau minérale que je lui tends dans mes mains en forme de bol (je n’avais pas prévu de gamelle forcément !), il décline toutefois l’apéro ! Ce chien restera avec moi jusqu’au retour à bergerie !

(à suivre)

Réponses

  • par Le 8 avril à 21h38

    Ce matin, je fais une randonnée dans le secteur de Ste-Agnès (06). Arrivé au pied du village, je fais une pause, fidèle à mes habitudes, pour me restaurer, car il me reste encore de nombreuses heures de marche en montagne.

    Je m’installe donc au bord de la route, assis sur un bloc de pierre confortable, face au soleil ! J’entends alors le bruit d’un troupeau de moutons qui semble se diriger vers moi.Le troupeau qui occupe toute la route est encadré par un berger et trois gros Patous. Un côté gauche, un derrière qui ferme la marche avec le berger et un à droite, de mon côté ! Évidemment, en pareilles circonstances, on se pose les inévitables questions quand on a la surprise d’être confronté à ces animaux. Le Patou s’approche, renifle le sol, puis renifle mon sac à dos, me fixe avec ce même regard paisible de l’animal équilibré, bien dans sa tête. ....sa tête est à la même hauteur que la mienne puisque je suis assis. ...le chien est absolument immobile et pour cause. ...il attend des caresses !!! Il en aura à profusion et il semble particulièrement apprécier !!! Tout à coup, j’entends la voix du berger qui m’interpelle très courtoisement : "Monsieur ! Arrêtez de le caresser sinon il ne réintégrera pas le troupeau !! Bonne journée !" Je m’exécute , un peu à regrets, et le chien qui semble avoir compris la situation part en courant rejoindre le troupeau qui s’éloigne et disparaissent au détour d’un virage. Étonnante rencontre !

    Alors, non ! Tous les Patous ne sont pas des voyous !
    Je vous souhaite de telles rencontres !

  • par Le 9 avril à 21h40

    C’est réconfortant de savoir que des patous font la différence entre un prédateur et un randonneur. Ma dernière rencontre avec un chien n’était pas un patou mais un berger d’Anatolie. C’est le chien à la mode qui est un super prédateur pour les loups d’après ce que j’ai pu lire çà et là. J’ai eu un grand moment de solitude lorsqu’il m’a surpris à genoux, lui me surplombant. La rencontre s’est finalement bien terminée parce qu’il ne m’a pas considéré comme un prédateur pour les brebis qui se trouvaient à plus d’une heure de marche.

  • par balouLe 9 avril à 22h00

    au lac des cerces les patous se baignaient dans le lac ils ne m’ont même regarder passer en juillet dernier je passais au dessus d’un lac de montagne tout a coup un énorme berger d’anatolie s’est levé il dormait dans les hautes herbes j’ai commencé a "flipper" et bien non il m’a suivi pendant une heure puis a fait demi tour accompagnant un groupe qui montait

  • par Le 16 avril à 13h46

    Il y a deux ans, lors d’une randonnée de plusieurs jours avec ma copine et ma chienne du côté de la tête de la Frema, versant Italien.

    Nous nous arrêtons pour bivouaquer sur sur un replat herbeux, et commençons à déballer nos affaires pour préparer le repas du soir, quand arrive un grand troupeau de brebis qui redescend vers la vallée. Pas de berger à l’horizon, mais 3 patous. Ceux-ci nous repèrent immédiatement et deux d’entre eux viennent dans notre direction. Notre chienne se met à grogner doucement ce qui n’est pas pour me tranquilliser...

    Finalement, l’un deux s’approche tandis que son compère reste un peu plus loin, renifle la chienne, puis nos sacs de nourriture. Un "non" ferme suffira à l’en désintéresser.

    S’étant assuré que nous n’étions pas une menace, les deux rejoignent le troupeau tout en gardant, de loin, un oeil sur nous, jusqu’à ce que le troupeau se décide à poursuivre sa descente vers la vallée.

  • par Le 17 avril à 14h52

    Bonjour
    Je viens de lire ce sujet, mais c’est plutôt curieux, car à priori tous les patous sont gentils...
    Randonnant depuis longtemps (avant l’arrivée des patous...), je n’avais aucun souci dans tous les hors sentiers (souvent seul la journée) que je faisais. Dorénavant, passant par des hors sentiers comme avant, avec quasi personne de la journée sauf quelques troupeaux, j’ai régulièrement des "soucis" (pour rester gentil) avec ces chiens. Pourtant, bien évidemment, je fais de gros détour pour éviter le troupeau, mais régulièrement malgré que je sois très loin, cela se passe pas trop bien...
    Il faut aussi le dire, mais avec certains troupeaux il n’y a jamais vraiment de souci, mais avec d’autres ...toujours... Il y a donc aussi un problème de "dressage" (si l’on peut dire cela avec des patous).
    Petit exemple en date de cette Automne, pourtant pas vraiment en montagne, mais le long d’une route proche des maisons...
    Nous habitons à environ 900 m d’altitude et il y a quelques champs pour les troupeaux redescendant en automne. Normalement les patous sont toujours dans le parc avec les moutons, mais un matin, un de mes enfants attendant le bus scolaire à l’arrêt au bord de la route et non loin d’un troupeau, a vu débouler à grande vitesse un patou qui a vraiment été plus que menaçant. J’ai entendu de la maison les gros aboiements du chien, j’ai vu arrivé mon fils avec le chien vraiment plus que menaçant juste derrière lui. Heureusement, malgré qu’il tremblait de partout, mon fils n’a jamais couru ( comme je lui avais déjà indiqué en montagne ). Puis un de mes voisins ayant un chien (je ne sais pas la race), le patou c’est arrêté d’un coup pour violemment aller vers lui. Mon fils est resté un peu traumatisé plusieurs jours..
    J’ai fais remonter l’info à la mairie, j’ai eu au téléphone le berger. Ce chien "normalement"... n’aurai jamais du faire cela car il n’était pas encore "élevé" (je ne sais pas comment l’on dit cela) avec le troupeau, et était donc à l’extérieur du parc...
    Bref, tous les patous ?

  • par Le 17 avril à 21h50

    Bonsoir
    D’accord avec toi Laurent, à l’arrivée des premiers patous je n’avais pas vraiment de craintes, mais des deux dernières années j’ai eu quelques mauvaises expériences. Il y a de plus en plus de chiens un peu partout (avec d’autres races également comme le Berger d’Anatolie). Je randonne beaucoup toute l’année et j’évite déjà certains secteur, mais dès que je vois un troupeau, je ne suis plus tranquille ni serein en montagne l’été....

  • par Le 25 avril à 17h50

    2 rencontres avec des Patous dans les Alpes.

    La première. Un Patou m’aboyait a 500 m depuis son troupeau. Je me suis écarté rapidement, et tout en est resté la.

    Deuxième. Un Patou sort de nulle part, aux abords d’une bergerie. Très menaçant, j’ai du faire demi-tour. Et retourner a ma voiture. Trouver un sommet plus loin.

  • par Le 6 mai à 20h12

    Aujourd’hui rando du côté de Sospel (06). Alors que je remonte une minuscule route goudronnée avant de m’enfoncer dans la forêt, un patou sort de nulle part, de la lisière qui borde la route. Il me voit et descend vers moi. Je ne perçois pas ses intentions. Je continue à marcher, range les bâtons dans la main droite discrètement, je regarde droit devant moi et zieute le patou pour deviner sa réaction. Celui-ci me regarde,puis plonge dans le bas côté de la route, apparemment plus intéressé par ce qu’il s’y passe. Il me croise et passe son chemin.Je ne le reverrai pas.

  • par Le 7 mai à 08h18

    C’est un patou qui fait bien son travail.

  • par Le 7 juillet à 15h43

    Bonjour à tous. Il y a-t-il des coins, dans les Alpes, où il n’y a pas de troupeaux de moutons et donc de patous ? J’ai randonné dans le Beaufortain sans croiser un seul mouton. Je me dis qu’il doit bien y avoir d’autres endroits où l’on ne risque pas non d’en croiser ? Je randonne avec ma chienne. Je commence tout juste à me lancer dans l’itinérance, et j’avoue que la peur de me retrouver nez à nez avec l’un de ces chiens me pose bien des soucis dans la programmation de mes randos :-(

  • par Le 7 juillet à 16h06

    Bonjour,
    là où il n’y a que des vaches (et du fromage au lait de vache, genre Beaufort) c’est plus rare de rencontrer des patous, des chiens de travail oui, mais ils sont rarement agressif. Se renseigner auprès des communes et ou fermes peut-être. Ou randonner hors saisons pastorales ...

  • par Le 7 juillet à 16h40

    Je ne peux malheureusement pas randonner hors saisons pastorales. Pour le Beaufortain, effectivement, je n’ai croisé que des troupeaux de vaches, avec des chiens de berger et là, pas de souci, ça passe sans problème. Mais j’aurais bien aimé changer de coin et il doit bien y avoir d’autres " montagnes à vaches" ( ce n’est pas du tout péjoratif ! ;-) ) que le Beaufortain, non ?

  • par Le 5 août à 13h31

    Ce ne sont pas tous des voyous mais c’est encore mieux quand ils ne sont plus là...
    Plusieurs rando en Drôme fin juillet/début août, en plein secteur à moutons.
    En 2017, à la Servelle, on m’avait dit que les éleveurs, découragés, ne mettaient plus les bêtes dans les alpages.
    En 2019, cela se confirme. Plus de troupeaux, plus de patous.
    Secteurs visités : Au-dessus de Volvent, les crêtes de la Lance et en rive gauche aval de l’Ennuye.

  • par Le 15 août à 14h34

    Hello, le Patou, conséquence du loup(?), vaste sujet...

    Je rapporte mes deux dernières expériences avec les Patous, une sympa, of course, et une... pas top du tout...

    L’an dernier vers la mie Aout en redescendant du Signal du Petit Mont Cenis au col de Solière. Vaste troupeau de mouton sous le Mt Froid, et des Patous. L’un (une en fait) remonte en direction du col pour y arriver en même temps que nous et vient chercher des câlins des caresses. Pendant la pause pique-nique la chienne reste avec nous le museau sur nos genoux (pas les miens j’en ai trop peur, mais ceux de mes compagnons du jour) et nous quitte quand nous partons. On a tous halluciné !

    Fin Juillet au-dessus du village d’Avérole en montant par la piste au refuge du même nom. Les brebis sont parquées avec deux Patous dans un enclos que longe la piste qui mène à Plan du Pré. On marche tranquillement quand les deux Patous se jettent contre les grilles de l’enclos en aboyant, montrant les crocs... La trouille... J’en ai tapé un avec mon bâton...Et là la bergère sort furax de sa cahute en me hurlant dessus pour rester polit...

    Je crois qu’il en est des Patous (et autres types de chiens gardien de troupeau) comme des Hommes... Certains sont bien éduqués et ça se passe bien, d’autre sont de vraies teignes dangereuses comme leurs propriétaires.
    Un chien, comme le loup, est un animal intelligent doué d’apprentissage. Ils sont ce qu’on leur a appris à être je pense, l’éducation, ça ne s’invente pas.

    Alors parlons des alpagistes que nous croisons ? Ouh la la je sens la polémiques...
    Ben il y en a des géniaux, accueillant ouvert avec on apprend des tas de choses quand on les voit, quand on les croise, et puis les têtes de nœud que le randonneurs emmerdre...

    Faites la corrélation entre les alpagistes et leurs comportements à notre égards (si tant est qu’on soit respectueux et à l’écoute) et leurs chiens... Moi je trouve que ça colle plutôt bien...

    Pour moi le problème n’est pas le Patou en soit, mais ce que les éleveurs en font !
    Voilà voilà, allez dans un bon mois les moutons redescendent, alors on aura à faire aux chasseurs lol lol lol…

  • par Le 15 août à 15h43

    Je propose de tuer les patous et les bergers pour éviter leur prolifération.
    Hé, hé, désolé, c’était pour blaguer, je me suis mis dans la peau d’un loup qui penserait de la même manière que notre espèce (enfin pas tous).
    Il y avait le grand méchant loup, voilà que le méchant patou lui vole la vedette...
    Le loup est un animal intelligent, capable d’ouvrir une porte lorsqu’on l’enferme, ce que le chien ne peut pas (ou plus) faire, car, même s’il descend du loup, le confort domestique lui a fait perdre de sa superbe ainsi qu’une partie de sa malice et de ses instincts de survie.
    Quant à l’homme, il continue de s’engluer dans l’illusion de sa supériorité en exploitant le milieu naturel sans vergogne et en se demandant pourquoi les patous sont gentils ou méchants... ça l’occupe !

  • par Le 16 août à 06h52

    Je partage totalement l’avis de Patrick73 J’ai moi même vécu ces deux situations ! Le patou adorable et le patou fou furieux !

  • par LUCIENLe 16 août à 08h58

    michel vous en faites partie de ceux qui exploitent le milieu naturel ! est-ce que c’est vous qui en faites l’entretien ?
    bien sûre que non

  • par Le 16 août à 11h02

    Salut lucien !
    D’une certaine manière on participe à "l’entretien" puisque le mouton est subventionné par nos impôts !
    Plutôt qu’un long discours une belle initiative : https://www.aspas-nature.org/reserves-vie-sauvage/vercors-vie-sauvage/
    Et, petit rappel...crotte de bique, le mouton ce n’est pas bon en altitude, là où la flore est la plus sensible.
    Le loup est un animal intelligent... pour l’homme, ça reste à démontrer !
    Plus proche du virus que d’une espèce évoluée en harmonie avec son milieu naturel !
    Allez, on se détend...

Chargement en cours Chargement en cours...
Nouvelle réponse
Nous vous conseillons de vous connecter !

Cochez cette case si vous voulez que votre message soit simplement envoyé par e-mail à l'auteur du sujet. Pratique pour échanger son adresse e-mail, téléphone, etc.

Veuillez patienter ...