Abonnez-vous à notre newsletter !

Les patous.

Le 18 août à 22h11

Proche d’une des victimes de ce qui vient de se passer à Thorame Basse, je pense qu’une limite vient d’être franchie et qu’il faut sérieusement considérer le probléme.

De retour pour la deuxiéme année consécutive de traversées estivales en Suisse et Italie, le probléme des patous n’existe pas, aurait-t’on un probléme franco français ?

En France un panneau met en garde sur leur présence, en Suisse et Italie, il est demandé de garder son chien en laisse ?

Réponses

  • par bellevieLe 19 août à 08h39

    Bonjour,
    la présence de chien de garde est évidente afin d’accompagner pour un troupeau (bovins ou caprins). Quelque soit la race un chien éduqué à conduire et surveiller un troupeau et un chien dressé ! A l’évidence sur mon massif seul les bergers et propriétaires du troupeau se sont donner le droit d’utiliser la montagne. Donc se "réserve" le droit du sol" et écartent systématiquement les "emmerdeurs" dixit un berger à mon encontre avec un fort accent du midi alors que l’on se trouve en Isere ! (chercher l’erreur). Tout se beau monde sous couvert de l’entretien des alpages par les différents parcs régionaux se munissent de chien agressifs et dangereux afin de faire fuir non seulement les loups (qui ont bon dos) mais aussi tout autre êtres vivants. Nombreuses sont les attaques de promeneurs sur mon secteur (morsures et traumatismes d’attaques ). Attaques je précise hors des parcs et clôtures. Je tiens aussi à signaler l’incivilité de bon nombres de randonneurs du dimanche ! Bref, il serait grand temps que les organismes gérant les espaces naturels prennent consciences de la présence de patous ou autres dans un espace commun qui est la montagne

  • par Le 19 août à 09h20
  • par Le 19 août à 16h04

    Ça devient complètement zinzin cette histoire. Avant quand tu partais en montagne, tu t’intéressais à la météo. Maintenant faut aussi te renseigner sur les patous. Histoire de fou !
    On vous met des panneaux vous avertissant de la présence de ces animaux et vous expliquant le comportement à adopter : quitter les lunettes de soleil, garder les bâtons le long du corps, etc. etc. Et pis quoi encore ?
    Non mais c’est bientôt fini les niaiseries ? Il vous est déjà arrivé de voir fondre sur vous 5 ou 6 de ces fauves ? Vous restez assez clair pour passer en revue tout ce qu’il faut et ne faut pas faire ? Mais c’est qui, qui pond ces couillonnades ?
    Un chien reste un chien et n’a pas à attaquer l’homme. Point barre ! On n’a pas à m’avertir moi un humain en balade dans les alpages, qu’il y a des risques que je me fasse bouffer par un clébard si je ne fais pas tout « comme c’est marqué ». Ho ! On n’est quand même pas dans la brousse. Ohé ! Les nouveaux cadors des alpages, faut redescendre sur Terre, on n’est pas dans le Serengeti, on est dans les Alpes.

    Les attaques de loups (ou plutôt soi-disant « attaques de loups », parce que faut pas nous prendre pour des jambons hein ? Je crois qu’on s’est bien compris n’est-ce pas ?), ayant toujours lieu la nuit, il n’y a aucune raison que de tels chien soient en vadrouille le jour sans aucun dressage et sans aucune surveillance. Comme il n’y a aucune raison que de tels chiens ne suivent aucun dressage et aucune sociabilisation. On a dressé des lions, des tigres, etc. et on ne pourrait pas dresser un Patou ? On nous prend pour des tarabés ou des crétins ?

    Dites plutôt que ça arrange…

    Il faudrait quand même que l’Etat sorte enfin de sa torpeur et règle ce problème. Ah ! Je sais, ça ne va pas être facile avec les « faiseurs de rois » du Sud. Beaucoup moins facile en tous cas que de faire flinguer les bouquetins du Bargy... n’est-ce pas ?

  • par bellevieLe 19 août à 17h49

    Salut
    je partage entièrement ton point de vue. Il faut savoir que des renforts de patous ont été fourni aux propriétaires de troupeau pour faire face à l’invasion "colossale" du "loup" (autre sujet de discussion car à proximité de chez moi un député à proposer de sortie la mitrailleuse (véridique). Donc les renforts fournis gratuitement dans le cadre du "plan loup" ont été largement utilisés par les bergers. D’où les meutes (non pas de loups mais de patous) que l’on peut observer sur le terrain. Triste fait divers de voir arriver 6 à 8 molosses crocs et bave à pleine vitesse pour garder 200 brebis... Finalement le berger maintenant, c’est pour le folklore des offices du tourisme !!!

  • par Le 20 août à 09h22
  • par Le 20 août à 11h05

    Hello,
    Sujet de plus en plus récurant.
    J’adore le coup de gueule de « Nardino »
    On passe vraiment de l’autre côté de la « barrière », les Patou sont réellement dangereux. Ils sont ce que les éleveurs en fond.
    Donc probablement assez peu dressés, et à l’image de beaucoup de bergers (pas tous heureusement et même une minorité mais bien réelle) agressifs, arrogant et impolis (Mouâ j’travaille alors viens par marché sur mon herbe… c’est du vécu, véridique au-dessus de val pelouse/Belledonne).
    Le loup existe c’est sûr, il prélève sur les troupeaux c’est sûr, et c’est dommageable pour les éleveurs (mais ils sont indemnisés même si ça ne remplace pas une bête).
    Mais le loup n’est pas responsable de tous les prélèvements loin s’en faut… Et on revient aux chiens … Et au conflit avec les éleveurs.
    Il faudra attendre un drame pour qu’il y ait une réaction des pouvoirs publics… La situation empire d’année en année, jusqu’à ce que ça « pette », vieille tradition française.
    A un moment que les éleveurs se posent aussi les bonnes questions. Bien évidemment ils peuvent et doivent travailler. Mais certains, beaucoup, deviennent nuisibles… C’est dingue d’en arriver là… A terme ce seront eux les perdant quand un drame arrivera (forcement)…
    Pourquoi en Suisse et en Italie n’y a-t-il pas ces problèmes ou vraiment exceptionnellement ?

    Et malgré tous beaucoup d’éleveurs/Bergers fond super bien leur travails sans qu’il y ait de problèmes, alors comment font-ils et cela devrait servir de modèles à une minorité de barjots !

    Qu’on ne me fasse pas croire qu’il n’y a pas de place en montagne pour les moutons, les loups et les randonneurs qui font vivre l’économie de montagne entre autre, aussi.

    A+

  • par christianLe 20 août à 14h09

    Bonjour
    habitant La Rochette et parcourant Belledonne depuis des années, je suis entièrement d’accord avec la réponse de Patrick73. Il arrive un moment ou il faut arrêter d’enfiler des perles aux randonneurs

  • par Le 3 septembre à 14h18

    Bonjour,
    Je pense aussi que la présence de ces chiens devient un sérieux problème. Mais il faut noter qu’ils ne sont pas tous "tarés". Plusieurs expériences de rencontre, et aucune ne se ressemble.
    Vallon de Rubren (04) : Patous éduqués, et qui nous laissent traverser le troupeau après la fouille de rigueur.
    Bergerie de l’Alpet (04) : Le berger ne sais pas exactement où sont les brebis et encore moins les chiens ; et j’ai failli me faire mordre par un petit chien de berger complètement affolé.
    Cabane des Couniets (05) : 5 patous qui font leur job....
    Vallon de Chabrières (04) : 3 patous moins conciliants, heureusement que nous avons pu contourner le troupeau de très loin.
    Chiran (04) : Patou qui fait son job, et Anatolie super sympa ; élevés par le berger lui-même.
    Lac de lignin (04) : 2 troupeaux, 2 "meutes de chiens" ; la 1ère sans problème, avec un berger qui n’a eu aucune attaque de loup, et la 2ème, incontrôlable, avec plusieurs attaques de loup (& peut-être lynx) à son actif ! Chercher l’erreur.
    Le problème serait donc les bergers qui se voient confier un troupeau avec des chiens qui ne connaissent pas, et donc n’obéissent pas.
    Mais voilà, le constat est qu’avant de partir, on se renseigne sur la météo mais également la présence de troupeaux.... et cela devient usant.

  • par Le 4 septembre à 16h14
  • par Le 4 septembre à 19h17

    @Michel
    Article intéressant, tout à fait d’accord avec toi, il n’y a pas que mouton effectivement !

  • par Greg_Le 5 septembre à 09h12

    Et tout cela sans compter le dérangement de la faune sauvage... On a assisté le mois dernier à une scène assez choquante dans le haut du Vallon de Jasse Bralard. Au petit matin, le troupeau de la Pra est monté jusqu’aux abords de la Grande Vaudaine (c’est nouveau ça...), où il y a une importante colonie de bouquetins. les 4 patous du troupeau se sont amusés à les débusquer, semant la panique. Un grand mâle, terrorisé, a culbuté dans la pente, faisant plusieurs roulé boulé. Sous l’effet du stress, il s’est remis immédiatement debout mais c’est évident qu’il s’est fait mal. A croiser avec le fait qu’on avait également trouvé un cadavre de bouquetin dans le même secteur fin juillet !

  • par rclLe 5 septembre à 09h47

    bonjour
    Entièrement d’accord avec Nardino cela devient infernal de devoir s’informer de la présence des patous en plus de la météo. Sans compter que le seul comportement à adopter et de tourner les talons et de modifier son itinéraire,je vous laisse imaginer ce que cela représente lorsque vous devez redescendre un col.En rando itinérante c’est franchement exécrable.
    A vous faire préférer les City-tour

  • par Le 18 septembre à 20h53

    les patous , ça devient un probleme pire que la meteo ....et je ne vous raconte pas lorsque l on randonne avec un chien !!!!

Chargement en cours Chargement en cours...
Nouvelle réponse
Nous vous conseillons de vous connecter !

Cochez cette case si vous voulez que votre message soit simplement envoyé par e-mail à l'auteur du sujet. Pratique pour échanger son adresse e-mail, téléphone, etc.

Veuillez patienter ...