Abonnez-vous à notre newsletter !

Difficulté des randos sur le site

Pierrot Le 6 septembre à 20h48

Bonjour,
Pourriez-vous m’indiquer si il existe sur ce site un endroit où sont expliqués les critères utilisés pour classer les randos en facile/moyen/difficile ? Je pose la question car je trouve souvent la difficulté annoncée ici assez sous-estimée, en particulier avec les niveaux annoncés "ailleurs" qu’ici. ( D’ailleurs, existe-t-il un niveau "très difficile" ? ) Ou au contraire, chaque rédacteur indique-t-il la difficulté selon ses propres critères ? ( et donc degrés non homogènes selon les auteurs )
Merci

Réponses

  • par Le 6 septembre à 22h58

    Bonsoir,
    Il n’existe pas d’explications concernant les difficultés des randos sur AltitudeRando. Le niveau "très difficile" n’est pas proposé.
    Pour ma part, j’indique le niveau d’un parcours en fonction de ses caractéristiques et des éventuelles difficultés que l’on peut rencontrer et de sa situation géographique. Par exemple, une rando classée "difficile" dans une région collinaire sera "moyenne" pour un itinéraire similaire dans les Alpes.

  • par Le 7 septembre à 09h03

    Bonjour,

    En ce qui me concerne je considère le côté technique : utilisation des mains pour progresser, passages particulièrement exposés, absence de sentier. Le terrain de jeux n’intervient pas. Le dénivelé ou la distance ne font pas basculer une rando de moyenne à difficile ex : le Thabor D+1400m D : 20Km https://www.altituderando.com/Mont-Thabor-3178m-par-Valfrejus-et-le-Lavoir.

    Concernant ta remarque sur le fait que sur ce site les difficultés sont sous estimées je ne suis pas de ton avis et pense le contraire, certaines d’entre elles cataloguées "difficiles" (Bauges secteur que je connais bien) sont classées moyenne voire facile sur un bouquin en ma possession ! Pour rebondir sur la remarque de Jérémy la difficulté n’a pas de rapport avec la localisation géographique, c’est au randonneur connaître ses capacités.

    Si cela est nécessaire il est aussi précisé sur les topos de prendre en considération les conditions météo.

  • par Mick1018Le 7 septembre à 11h06

    Les critères de difficultés et sont subjectifs. Contrairement à ce que tu ressens , ici les cotation sont bien plus souvent sur-estimées, et mieux vaut ça que l’inverse. Le critère de durée ne rentre pas en compte car trop variable. Mais le dénivelé par exemple rentre en compte. 1500m de dénivelé sur sentier facile, non exposé sera souvent classé "difficile" car c’est physiquement dur pour beaucoup, moins souvent tu verras classés "Moyen". Il est vrai que le plus objectif aurait été de laisser de côté la durée, la distance et le dénivelé. Juste classer la randonnée par sa difficulté "technique" avec l’échelle T1 T2 etc (qui prend en compte le terrain, l’orientation, l’exposition). Mais c’est trop tard pour les mises à jour au vu du nombre de topo existant et le sujet à déjà été débattu.

    Pour ma part je met facile quand des enfants peuvent le faire, moyen dès qu’il n’y a pas de difficulté technique et que la distance + dénivelé ne sont pas trop important (moins de 1000D+ par exemple). Donc la plupart de mes topos sont classés difficiles car ils nécessitent une bonne condition physique au minimum.
    L’important est de connaître ses compétences physique et technique, et en lisant les informations des topos vous êtes censé savoir si c’est adapté pour vous. La difficulté reste différente pour chacun.

  • par Le 7 septembre à 11h20

    Hello,

    Voici le lien sur C2C qui présente un bel article sur la cotation rando. C’est parfaitement cohérent avec le doc de la FF Rando
    https://www.camptocamp.org/articles/106859/fr/aide-topoguide-cotations-de-randonnee-pedestre-et-trail

    Je ne crois pas que altituderando l’utilise, et je trouve cela dommage, car ça enlèverai une part de subjectivité dans la définition de la difficulté d’un itinéraire, et ça participerai à l’homogénéité dans le "classement" des itinéraire.

    En tout c’est un souhait que je formule pour le site dans le cadre de ses améliorations continues ! :-)
    A+
    Patrick

  • par Le 7 septembre à 11h28

    C’est un débat récurrent.
    Certains sites ont fait le choix de « saucissonner » les niveaux de difficulté en 5 voire 6 catégories.
    Altituderando a fait le choix de ne pas « singer » ces sites en gardant sa spécificité (3 niveaux). Un paragraphe a été créé pour développer ce thème « précision sur la difficulté ».
    Ce parti pris des créateurs du site a été pérennisé car il serait très compliqué d’ajouter un niveau « très difficile » (actualiser tous les topos).
    Il y a certains ouvrages de référence (éditions manuscrites) qui ne font pas autant de distinctions, mais je pense que la démocratisation de la randonnée a eu pour effet d’adapter les niveaux de difficulté à la variété des randonneurs plus qu’à la variété des terrains.
    Il y a parfois des débats pour modifier tel ou tel niveau, lorsque cela paraît justifié. Toutefois, la montagne n’est pas une science exacte et de nombreux facteurs peuvent modifier le ressenti d’une course.
    Avec un bouquin, on peut facilement appréhender les cotations de l’auteur, c’est plus difficile sur un site en ligne où les rédacteurs sont très disparates.
    En revanche, je pense que l’on pourrait ajouter un paragraphe expliquant de manière générale les niveaux employés et développés ici : https://www.altituderando.com/Systeme-de-cotation-des-randonnees

  • par Le 7 septembre à 17h00

    Oui c’est un débat récurrent, et sans fin !
    Le saucissonnage comme dit Michel est néanmoins ce qui est repris d’une façon globale par plusieurs pays en Europe, dont nous ! (FFR), Suisse, Belgique...
    Tout normé n’est pas forcement une bonne chausse, mais avoir un discours commun sur l’estimation de la difficulté d’un parcours me semble nécessaire.
    Et finalement ce que propose Altituderando avec ses 3 niveaux avec la possibilité de coter sur 5 niveaux revient bien à ce saucissonnage lol... Je ne crois pas qu’il soit actif sur AR ?

  • par Le 7 septembre à 17h14

    Pour les cotations, il y’a la difficulté technique et la difficulté physique. On peut évaluer cette dernière à partir de l indice IBP. Le principal intérêt est de savoir si physiquement la randonnée est dans nos cordes ou pas.

    Exemple : randonnée du refuge Wills aux Houches en passant par le Brevent (GR5) ; à partir de la trace (qu il faut avoir enregistrée en un fichier d extension .gpx), le site va vous dire que l IBP est 186. Ceci ne sert à rien en soi mais sert de comparaison avec d autres tandis que vous avez déjà faites.

    Autre exemple : à partir de Venosc, la montée au lac de la muzelle est environ à 100..

    Que transcrivent ces chiffres : 3 choses je dirais : dénivelées/distance/pentes rencontrées.

    Pour le premier exemple on parlait de 19km, D+ 1400, D- 2200. Pour le second exemple C est plutôt 9 Km, D+ 1200, D- 0.

    Pour la difficulté technique, la carte IGN peut permettre d alerter sur quelques passages (ou absence de passage) mais le récit des gens qui sont déjà passés est déjà plus important.

    Je développerai volontiers mais jusque là mes réponses n ont pas entraînées de question sur ce site.

  • par PierrotLe 9 septembre à 20h27

    Merci pour vos réponses

  • par YvesLe 15 septembre à 12h23

    La difficulté d’une randonnée ne devrait prendre en compte que la difficulté technique (escalade, passages exposés, recherche d’itinéraire, etc.) le dénivelé et la distance sont indiqués sur le topo donc chacun peut juger facilement si la randonnée est à sa portée. Pour certains 800 mètres de dénivelé sont une grosse randonnée alors que d’autres feront le double sans trouver cela énorme

Chargement en cours Chargement en cours...
Nouvelle réponse
Nous vous conseillons de vous connecter !

Cochez cette case si vous voulez que votre message soit simplement envoyé par e-mail à l'auteur du sujet. Pratique pour échanger son adresse e-mail, téléphone, etc.

Veuillez patienter ...