But Sapiau (1619m) en boucle

Difficulté :
Facile
Dénivelé :
370m
Durée :
demi-journée
La carte

Auteur : (Avertissements et Droits d'auteur)

Très beau belvédère, offrant une vue spectaculaire sur la Vallée de la Drôme. Très praticable en famille, cette boucle en grande partie en alpage, et avec la vision permanente des téléskis de la station, mérite le déplacement.

Accès

EN VOITURE

  • Départ de la randonnée, du parking de Beure.
  • A Sassenage, prendre la D.531 pour la direction de Lans-en-Vercors et Villard-de-Lans. Continuer pour s’engager dans les Gorges de la Bourne, toujours sur la D.531 jusqu’au Pont de la Goule Noire. De ce dernier, prendre à gauche la D.103, et passé St-Julien-en-Vercors, St-Martin-en-Vercors, St-Agnan-en-Vercors. De ce dernier, prendre à gauche la D.518 dans la Vallée de la Vernaison, reliant la Chapelle-en-Vercors au Col de Rousset. Au rond point de ce dernier, prendre à gauche la D.815, c’est la direction du parking de Beure. Immense parking.

Précisions sur la difficulté

  • Aucune difficulté par temps clair.
  • Prudence en cas de brouillard, randonnée facile qui peut se transformer en difficile.
  • Prudence également en cas de vent en rafale, au bord des ravins.

Les infos essentielles

  • Randonnée effectuée le 19/08/2015.
  • Participant : seul.
  • Carte 1 : IGN TOP 25 3236OT VILLARD-DE-LANS-MONT AIGUILLE
  • Carte 2 : IGN TOP 25 3237OT GLANDASSE – COL DE LA CROIX HAUTE
  • Altitude de départ : 1390m
  • Altitude atteinte : 1704m
  • Altitude du But Sapiau : 1619m
  • Horaire : à peu près 3h30/4h00
  • Distance : environ 8.3 km
  • Dénivelé : 370m
  • Positions GPS : du But Sapiau
    • Longitude : 5.417°
    • Latitude : 44.826°
  • Balisage :
    • Jaune/vert puis blanc/rouge du GR.93 puis de nouveau jaune/vert.
    • Panneau indicateur aux points stratégiques.
    • Une courte portion hors sentier mais facile.

Itinéraire

BUT SAPIAU

  • Se rendre à l’est du parking, pour visionner les panneaux indicateurs.

Un bon chemin file vers l’est, en sous-bois, passe à la base du Téléski de l’Echelette, puis commence sa montée. Il s’oriente au sud-est, pour atteindre le Chalet des Ours.

Il sort peu après dans l’alpage, pour se diriger plutôt vers l’est sud-est, sur un bon chemin d’alpage, pour atteindre le lieu-dit « Le Belvédère », au point IGN 1640m.

A partir d’ici, se diriger sud-ouest dans la pente herbeuse, en suivant une bonne trace. On arrive alors sur la crête, au-dessus de la gare d’arrivée du Téléski des Econdus, au point IGN 1704m, point haut de la randonnée.

Suivre la crête vers l’ouest, en descente vers le Pas de l’Echelette. On effectue ainsi, la jonction avec le GR.93 vers 1600m.

Poursuivre en crête vers le point IGN 1586m, puis après plusieurs remontées et descentes, on accède à la dernière bosse de cette crête, la plus à l’ouest, le But Sapiau point IGN 1619m.

RETOUR

Notre GR.93, suit la clôture s’orientant désormais vers le nord, jusqu’au Collet de Sapiau altitude 1510m. Prendre alors la direction du Sommet Télésiege que l’on gagne en peu de temps.

Rejoindre alors l’arrivée du Téléski de la Bergerie, et descendre nord-est, jusqu’à la gare de départ, du Téléski de But Sapiau. Panneau sur la baraque.

Plus bas sur une barrière, un panneau nous indique la marche à suivre. Prendre la direction du Chalet des Ours et Le Belvédère. Une simple trace dans l’alpage, traverse vers l’est, jusqu’au Téléski de l’Abreuvoir. Panneau indicateur.

Notre trace descend dans un vallon peu après, orienté nord-sud. Le prendre à droite vers le sud, et le quitter rapidement, pour remonter à gauche, balisage jaune/vert sur un arbre.

Après une courte traversée en sous-bois, le sentier passe sous le Téléski des Econdus, et se dirige vers la forêt, et retrouve la bifurcation au lieu-dit « Chalet des Ours ».

Le reste est évident, il suffit de redescendre au parking de Beure.

JOURNÉE DU 19 AOUT 2015

A LA RECHERCHE DES FONTAINES ET SOURCES DU VERCORS

Une fois de plus, c’est seul que je me rends sur le parking de départ. Le parking de Beure. Je me souviens, il y a une dizaine d’années, nous étions montés avec ma frangine, jusqu’aux alentours de Pré Peyret, pour y cacher une quinzaine de litres d’eau, en vue d’une traversée du Vercors, prévu au mois de juillet 2004. D’ailleurs le week-end d’après, nous étions montés avec Florent, mon fils et mon neveu, faire la même opération au Pas de l’Aiguille, passage de cette boucle en juillet 2004.

Bref, depuis quelques temps, ou plutôt je dirais depuis quelques années, je suis désireux d’aller découvrir cette fameuse Fontaine de la Plante. Comme la Fontaine Pourrie (purida), la Fontaine Gravianelle, la Fontaine de Bonneveau, la Fontaine du Diable, la Source Mazilier, la Fontaine de Colombette ou autre Fontaine du Marichaume, celle-ci m’attire également.

Je prends le sentier se dirigeant vers le Refuge de Pré Peyret. Juste avant que le GR.93 ne bifurque vers le sud pour rejoindre le refuge, je prends une sente à gauche vers le nord. Mince alors, au lieu de virer au nord-ouest, voilà que j’arrive sur le GR.91 reliant le nord au sud. Je sors ma carte et me rends compte, que je suis sur le point IGN 1618m.

Un peu plus au nord, sur le GR., je repère cette bonne trace qui file à gauche, ouest. Je m’empresse de la suivre, elle arrive assez rapidement sur une bifurcation de traces. J’aperçois en haut à ma gauche, dans un bosquet de pins, un troupeau de moutons profitant de la fraîcheur de son ombre.

Je suis une trace peu visible vers le nord-ouest, puis arrive sur un petit dôme certainement le point IGN 1636m. Je déroule mes pas sur sa large croupe, vers l’ouest-nord-ouest, jusqu’à dominer une longue dépression. Bref, pour m’orienter plus facilement dans ce décor des hauts plateaux, je grimpe sur les hauteurs, pour avoir la vue sur le Grand Veymont. Je sors ma carte, la dirige comme il faut, et, suis convaincu que la Fontaine de la Plante se trouve sur l’autre versant de cette dépression.

Je la contourne par son extrémité nord, et passe sous le minuscule pierrier repéré par photo satellite sur mon ordinateur. Je traverse un bosquet de pins, où je trouverai des vestiges d’un abreuvoir, ai-je conclu. Je sors de ce petit sous-bois, et tombe pile-poil sur un petit ruisseau pierreux (visible par photo satellite), que je remonte une dizaine de mètres pour déboucher sur une résurgence sortant du bas de la colline. Juste le temps de prendre 3 photos, voilà qu’un troupeau accompagné d’un gros patou, arrive du fond du vallon dans ma direction. Je détale aussi sec, sans demander un ticket de sortie.

Me voilà au nord de la dépression, caché derrière un pin. Entre ses branches, je distingue le troupeau qui se rapproche avec le berger et son patou. Je me faufile rapidement entre les pins, 50 mètres vers le nord, et finalement vers le sud. Direction du GR.93, c’est à ce moment que j’aperçois une zone grillagée mais couchée à terre, sensée me signaler brrrr ! 2 gouffres énormes.

Je poursuis vers le sud, et casse la croûte dans un secteur plus tranquille. Je remonte alors vers le lieu-dit « Le Belvédère », pour ne pas rentrer sans topo. D’ailleurs je n’aurais pas pu raconter cette aventure de ce 19 août 2015.

Dernière modification : 16 mai 2018
Pas de Chabrinel - Col du Pison - 2 jours sur les Hauts Plateaux

La carte du topo « But Sapiau (1619m) en boucle »

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours