Cime du Diable (2685m) par le refuge des Merveilles

Difficulté :
Moyen
Dénivelé :
630m
Durée :
1 jour

Un beau sommet qui domine la ligne de crête séparant la Vallée des Merveilles du Vallon de la Gordolasque.

Accès

Départ du Refuge des Merveilles (alt. départ 2.130 m).
Pour rejoindre le Refuge des Merveilles voir le topo "Lacs et Rochers gravés de la Vallée des Merveilles".

Les infos essentielles

  • Carte IGN 1/25000° 3841 OT Vallée de la Roya - Vallée des Merveilles
  • Dénivelées : + 630 m, - 1.330 m
  • Temps de marche : 2 h 30 de montée, 4 h 30 de descente jusqu’au Lac des Mesches.

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

A proximité du Refuge des Merveilles et d’accès relativement aisé, la Cime du Diable offre une vue superbe sur une large partie du Parc National du Mercantour.

Conditions : beau temps froid (- 6° au départ), brumes de plus en plus épaisses en cours de journée.

Itinéraire

Du Refuge, on prend S (panneaux) le sentier (GR 52 marques blanches et rouges) qui monte en direction du Lac Fourca (2.165 m) puis s’oriente SW dans un environnement très minéral vers le Lac du Trem et le Lac de la Muta.

On atteint les minuscules Lacs du Diable au pied de l’étroit vallon fermé par le Pas du Trem (2.480 m) qui sépare la Cime du Diable (2.685 m) de la Cime du Trem.

On laisse alors le GR 52 qui poursuit S vers le Pas de Raus pour le sentier, toujours bien marqué, qui monte en lacets faciles vers le Pas du Trem.
De ce Col, qui offre une vue magnifique sur l’immense cirque minéral des Verrairiers et permet de rejoindre le Vallon de Gordolasque (sente visible mais pas d’indications), on emprunte S le sentier qui escalade la rude face NE de la Cime du Diable.

On atteint un petit plateau déversant sur la face S puis, après une courte traversée, on rejoint le sommet par un sentier escarpé en courts lacets.

Nota : sans être "difficile", l’itinéraire conduisant au sommet à partir du Pas du Trem est ardu et présente quelques passages "exposés" réclamant de l’attention.

Du sommet on bénéficie d’une vue exceptionnelle sur les lacs de la Vallée des Merveilles, les vallons austères et encaissés qui l’entourent et les cimes déchiquetées de Chagiasse (2.521 m) de Durmiose (2.438 m), des Verrairiers (2.567 m) ainsi que sur le Mont Bego (2.872 m).

Retour par le même itinéraire jusqu’au Refuge. Reprendre ensuite le sentier ou la piste qui descendent le Vallon de la Minière pour rejoindre le Parking du Lac des Mesches.

Post-scriptum en forme de "coup de gueule" :

Certainement "victime" de son succès, le Refuge des Merveilles (CAF) nous a "offert" (demi-pension 37,50 euros tout de même !) un service minimum (accueil "limite", repas - bouillon "gras", saucisses/lentilles, micro-morceau de fromage, coupelle de fruits au sirop -, petit déjeuner "misérable", confort sommaire - froid et humidité, etc) frôlant l’indigence !
Compte tenu des prix pratiqués, le CAF ferait bien de prendre exemple sur les refuges suisses et italiens (y compris ceux de haute-altitude - Cf le gardien du Refuge des Vignettes - 3.158 m - préparant les "pancakes" au petit-déjeuner à 5 h 00 du matin) qui offrent confort (couettes douillettes le plus souvent), repas copieux et de qualité....et accueil chaleureux.

Dernière modification : 30 octobre 2018
Mont Bégo (2872m)

A propos

Auteur de ce topo :

Topo publié le 18 octobre 2009

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

  • par Le 18 octobre 2009 à 18h04

    Hormis tes belles photos et ton superbe séjour, je vois que tu as "craqué" pour ce sympatique refuge ... Reviens vite en Savoie ! Bisous

  • par prunetLe 2 novembre 2014 à 09h41

    il n’y a pas que celui la de refuge qui se foutent de la ’gueule ’ des randonneurs même en Savoie je veux me fâcher avec personne ok mais faut dire la vérité et c’est vrai en Italie (quoique le refuge pour le VISO il y a quelques années abominable le mot est faible, espère sincèrement que cela a changé) et en Suisse super autre façon de voir le business en montagne peut être certains gardien devraient ils passer la main , je reconnais se farcir( certains touristes randonneurs) pas tout rose tous les jours mais ils ont choisis mais la montagne est tellement belle partout qu’on est prêt a faire sacrifice mais pour des forts en montagne qui font des randos super longue avec beaucoup dénivelé un peu light certains refuge merci bonne montagne a tous christian

  • par Le 2 novembre 2014 à 14h38

    d’autres refuges, et des français, sont très accueillants. Le refuge des Merveilles est limite une "usine", donc peut-être pas le meilleur exemple pour en tirer des conclusions générales pour l’ensemble des refuges du CAF. Dans mon coin de montagne, les refuges de Rabuons et de la Cougourde réservent un accueil très sympa (voir le topo sur le Ténibre où j’en parle), avec des repas très adaptés à la clientèle de randonneurs (copieux, élaborés, variés, pique-nique en quantité...). Le refuge de l’Estrop a également de bons retours.

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !