Crépon de Montoulivert (1914m) en circuit par les Glières et le col de Spée

Difficulté :
Difficile
Dénivelé :
530m
Durée :
1 jour

Ce sommet est l'extrémité nord et le point culminant de la montagne des Frêtes, long chaînon séparant le plateau des Glières et la combe de Champ Laitier. Son ascension, quasiment hors sentier et sans balisage, à travers un terrain rocheux et en bonne partie boisé, requiert beaucoup de persévérance. Quant à la descente sur le col de Spée, elle met les nerfs à rude épreuve. Un terrain d'aventure à deux pas du site touristique des Glières. Les magnifiques pelouses sommitales et la vue au sommet récompensent largement les efforts fournis, mais on comprend aussi pourquoi ce sommet est peu fréquenté. – Auteur :

Accès

De Thorens-Glières, prendre la D55 jusqu’au plateau des Glières. Stationner au terminus de la route, près du monument de la Résistance.

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Carte : IGN Top 25 3430 ET : LA CLUSAZ/ LE GRAND-BORNAND

Altitude départ : 1450m arrivée : 1914m min : 1380m

Horaire total : 8h30. Tenir compte de la recherche de l’itinéraire qui peut allonger le temps de parcours.

Conditions requises : terrain sec et bonne visibilité, à proscrire absolument en cas de brouillard.

Sources : C2C et CAF.

Itinéraire

Au bout de la route goudronnée, prendre le sentier de Champ Laitier (2 départs possibles). À l’entrée dans la forêt et alors que le sentier entame une descente, le quitter pour suivre à droite une sente bien marquée au début. Passer en lisière d’une prairie, puis entrer en forêt et suivre les traces de sentier disponibles en gardant la direction nord-est. On tombe sur un large chemin avec un balisage que l’on suit à droite, puis on poursuit sur le sentier qui le prolonge.

Ensuite, on suit les traces de sentier au mieux à travers la forêt, en gardant la direction nord-est et sans trop s’éloigner de la crête ; celle-ci est peu marquée au début mais se précise par la suite. On trouve toujours une trace de sentier, parfois très peu marquée et difficile à suivre, mais on ne sait pas si c’est la seule... La progression n’est pas rapide, il faut être patient.

Pour ma part, je suis parti trop à gauche de la crête après le point coté 1669, et je voyais à droite des barres rocheuses de plus en plus hautes qui bloquaient l’accès à la crête ; en revenant sur mes pas, j’ai trouvé une trace qui partait en pleine pente et franchissait facilement les ressauts rocheux pour arriver sur la crête à proximité du point coté 1757. J’ai pu ensuite rejoindre facilement le premier sommet à 1818m, d’où l’on voit en partie la suite du parcours.

La suite de la crête est plus dégagée et facile à suivre, car la végétation est plus clairsemée. On trouve un balisage vert sur fond blanc qui aide à franchir une zone de lapiaz chaotique ; je ne sais pas si c’est un balisage de randonnée, ou de parcelle forestière, ou de réserve de chasse, mais il se révèle bien utile. On passe sur plusieurs avant-sommets et on arrive dans les vastes pelouses sommitales qui amènent au point culminant, au bord de la falaise nord, offrant un joli panorama sur le massif des Bornes.

Descente  :

  • Soit par le même itinéraire en revenant sur ses pas, si on les retrouve ! C’est évidemment très long.
  • Soit par l’arête nord et le col de Spée, plus court mais difficile et pénible (cotation galère++, sans traces ni balisage) : on suit l’arête au début, puis rapidement on se retrouve bloqué par une barre rocheuse ; il faut alors partir à gauche dans le versant nord-ouest et descendre dans des pentes herbeuses très raides et un peu glissantes entrecoupées de petites barres faciles à franchir. Quand le versant NW devient impraticable, on revient à droite sur l’arête et on poursuit la descente dans un terrain très accidenté où il faut chercher sans cesse son itinéraire.

On continue ainsi en naviguant entre l’arête N et le versant NW. Vers le bas, alors qu’on approche du col de Spée, le versant NW devient totalement impraticable, il faut alors partir franchement à droite, franchir l’arête NW et basculer dans le versant NE du Crépon, dominant la combe dite du "Creux des Sarrazins" : on trouve des clôtures, et des traces qui ramènent au fond de la combe, sur le sentier qui descend du col de Spée, à quelques mètres du portail du col.

Pour info., il m’a fallu 1h45 pour effectuer cette descente, qui représente 230m de dénivelée ! J’ai juré, pesté, et cru par moments que j’allais y passer la nuit !

Ensuite, on suit tranquillement le sentier qui descend sur le refuge de Spée, puis on revient aux Glières en suivant la direction du monument national de la Résistance. Il faut environ 1h30 du refuge de Spée au parking des Glières ; le retour se fait sur des larges pistes d’alpage bien reposantes, même s’il faut remonter un peu.

Dernière modification : 16 mai 2018
Tête de l’Arpettaz (1840m) - Tête Ronde (1864m) - Tête Noire (1839m), en traversée d’Ablon à Dran

A propos

Auteur de ce topo :

Topo publié le 17 septembre 2013

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !