Croix de Meyrieu (843m) par Savigny

Difficulté :
Moyen
Dénivelé :
650m
Durée :
1 jour

Montée vers les Croix de Meyrieu par le versant est et retour par la Grande Barme. – Auteur :

Accès

  • D’Aix-les-Bains, se diriger vers la Biolle par la D 1201.
  • Avant de traverser la Biolle, obliquer à gauche en direction de Savigny.
  • Se garer après 100 mètres sur le petit parking vers la croix.

    Coordonnées :

  • 45.745617 N
  • 005.920983 E

Les infos essentielles

  • Carte IGN : TOP25 n° 3332 OT Chambéry – Aix-les-Bains – Lac du Bourget
  • Altitude de départ : 330m
  • Altitude minimum : 321m
  • Altitude maximum : 843m
  • Dénivelée : 650m
  • Distance : 10 km
  • Parcours sur fond de carte :
    — en bleu, à l’aller
    — en jaune, au retour
  • Balisage :
    — aucun au départ
    — panneaux aux intersections et marques jaunes de la Ferme Gigot jusqu’au sommet
    — marques vert fluo pour le sentier de descente
  • Site : Grotte de Savigny.
  • Sortie du 30/10/2018

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

ALLER

Descendre en direction de la montagne jusqu’au Ruisseau de Savigny.

Remonter vers Savigny et dans le village, obliquer à gauche.

Après 200 à 300 mètres, monter à droite sur un chemin récemment goudronné sur 20 mètres. Poursuivre sur le sentier qui le prolonge.

Sur le plateau, un chemin prolonge le sentier jusqu’à retrouver un chemin balisé que l’on suivra à droite.

Après la Ferme Gigot, continuer à gauche. On peut ensuite faire l’aller et retour à la Grotte des Fées en 10 minutes.

Revenir sur le balisage qui mène au panneau « Les Ragères ». Obliquer à droite puis tout de suite à gauche sur le sentier qui monte vers l’Ancienne Croix de Meyrieu.

De l’ancienne croix, on voit bien la Nouvelle Croix de Meyrieu qui est atteinte en peu de temps.

RETOUR

Revenir à l’ancienne Croix de Meyrieu et suivre le chemin de gauche.

Après la première épingle, obliquer à gauche puis, 50 mètres plus loin, continuer tout droit.

Après être descendu environ 500 mètres, au niveau d’un sentier venant de la gauche, suivre celui qui le prolonge vers la droite en descendant droit dans la pente. Des marques vert fluo sont présentes.

Ce sentier rejoint l’extrémité d’un chemin au niveau d’une ancienne carrière.

On peut alors faire l’aller et retour vers la Grande Barme : 60 mètres de dénivelée et 300 mètres de distance.

Revenir au chemin, descendre celui-ci et suivre le premier chemin à droite qui ramène à Savigny.

Dernière modification : 5 novembre 2018
Croix de Meyrieu (843m) par la grotte des Fées

A propos

Auteur de ce topo :

Randonnée réalisée le 30 octobre

Topo publié le 7 novembre

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

  • par Le 13 novembre à 22h02

    Bonsoir Stan.
    Quelques notes résumées relatives à la grande Barme (In : Bulletins de la Société d’anthropologie de Paris, II° Série. Tome 11, 1876. pp. 62-66).

    A Savigny, commune de la Riolle, canton d’Albenz, département de la Savoie, se trouvent plusieurs grottes. L’une, appelée la grande Barme, mesure 82 mètres de long, 8 de haut, 15 de large ; à l’entrée existait jadis une plate-forme que les eaux ont entraînée dans la vallée. Une source prend naissance dans le milieu de la grotte, et se perd à l’orifice sans s’écouler sur les pentes de la montagne. Le sol monte assez rapidement vers le fond de la caverne, la pente est de 15 mètres environ.

    Une tranchée ayant été ouverte, on y trouva une lampe en terre très grossière à quatre becs, et pétrie à la main ... Près de la lampe se trouvaient de très-beaux poinçons en os. La tranchée, poussée à 3m,80, rencontra le tuf, sol primitif de la caverne.

    Outre des traces de foyers (le plus grand avait tenu à l’origine tout l’orifice de la grotte et reposait sur le tuf ou sol primitif. Dans certaines parties, il mesurait une hauteur de 30 centimètres).
    Dans les cendres se trouvaient des bois carbonisés, des cailloux roulés, des ossements d’animaux, ...

    L’entrée de la grotte était défendue par un mur en pierres sèches qui existait encore absolument intact jusqu’au niveau du sol. En le démolissant, on a trouvé dans l’interstice des pierres des poinçons en os, des côtes aiguisées, un très-beau poignard en bronze avec scie muni de ses deux rivets intacts.

    • Description succinte des objets y trouvés.

    Au niveau supérieur, quelques débris de fer, un pilum romain, de la poterie romaine.
    Sous cette première couche, d’innombrables débris d’une poterie souvent grossière, mêlée de quartz et mica, en tous points analogue aux petites poteries lacustres du lac du Bourget. ...
    ....
    Silex. — II n’en a été rencontré que deux de l’époque de la pierre polie, forme couteau très-allongée et très-élégante ; les éclats sont innombrables.

    Des haches en serpentine et des coins très-usés en même matière de moyennes dimensions ont été recueillies.

    Poinçons. — Les poinçons sont très-nombreux, faits avec un art et un fini remarquables. ... De très beaux lissoirs faits avec des andouillers de cerf, entièrement semblables à ceux dont se servent encore de nos jours les Esquimaux et les Lapons pour rabattre les coutures de peau, étaient non moins nombreux.
    Les foyers contenaient, en outre, un grand nombre de cailloux roulés, des pierres dites de fronde et des moulins à broyer le grain, absolument analogues aux pierres à moudre du Mexique et de l’Utah, comme les matériaux en ont donné une reproduction.

    Des milliers de glands remplissaient les foyers ; on en a recueilli près de trois boisseaux.
    Comme métal, sauf le poignard en bronze décrit plus haut et quelques débris informes du même métal, il ne s’est rien trouvé d’important.
    Un très-grand nombre d’ossements humains fracturés se sont rencontrés dans les rejets de cuisine mêlés aux débris d’autres animaux ; une phalange de la main portait, de nombreuses stries transversales faites avec un silex ; la question d’anthropophagie se pose ici sans pouvoir être résolue.
    ...
    Les restes des autres animaux se rapportent aux cerfs, très nombreux, à un cochon plus gros que le cochon de tourbière ... ; le chien, le chevreuil, le mouton, la chèvre.

    La caverne était orientée à l’est. A 300 mètres de la grande Barme et à 20 mètres environ au-dessous, se trouvait une seconde caverne appelée la petite Barme, mesurant 12 mètres de profondeur, 9 de largeur à l’entrée et 4m,50 de haut, orientée comme la grande Barme à l’est. Elle possédait à l’entrée un foyer de 20 centimètres d’épaisseur, de 2 mètres carrés environ, et en tout analogue à ceux de la grande Barme. Bien qu’il n’y ait pas eu de remaniements apparents, les fouilles ont donné peu de résultats. La faune se composait d’ossements de boeuf, de mouton, de cochon, de cheval.
    ...
    A 600 mètres de la grande Barme existait une petite grotte nommée dans le pays la Goulette jaune. Les premières fouilles amenèrent la découverte d’une dalle en calcaire, dressée, et que les ouvriers cassèrent ; on put pénétrer alors dans une grotte haute de 2 mètres, mais remplie par les éboulis tombés par une cheminée ; la grotte fut vidée autant qu’il fut possible ; on y découvrit quatre petits tas d’ossements à 80 centimètres les uns des autres et rangés le long des parois de la caverne. Le danger des éboulements interrompit le travail, mais on put constater que l’on était bien là en présence d’une caverne sépulcrale, qui n’avait jamais été habitée, où ne se trouvaient ni foyers, ni débris de repas.

    Il est plus que probable que la Goulette jaune a servi de nécropole aux habitants de la grande et de la petite Barme ...
    Il est probable que les corps ont été ensevelis dans la Goulette jaune accroupis, et qu’ils ont été ensuite écrasés par les éboulis tombés d’une cheminée qui s’est formée plus tard.
    ...

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !