Sortie du 4 octobre 2017 par sugar mountain Tête du Vet (2184m) par la Combe des Roberts et le Col Blanc

Topo de référence

Pour découvrir la carte, l’itinéraire et les infos détaillées, veuillez consulter le topo de référence

Conditions météo

Beau mais souvent voilé l’après-midi. Sans vent, doux pour la saison.

Récit de la sortie

9h30 : Le bus reliant La Mure à Chantelouve me dépose à Entraigues dans une ambiance calme et ombragée, à peine troublée par quelques travaux de voirie.
Le départ du sentier de la Combe des Roberts est bien indiquée, mais ça se complique légèrement en remontant le bas du torrent à sec de la Combe de la Drayre où il se perd parmi les blocs. La suite est évidente quand il s’en écarte car il n’existe plus qu’un seul itinéraire sur près de 1000m de dénivelé.
Ce tracé monte tranquillement et devient de plus en plus splendide, où le franchissement facile de barres rocheuses côtoie de belles strates forestières dotées de leur parure d’automne. L’apothéose est atteint lors du franchissement de la Combe des Roberts, dans une ambiance sauvage à souhait.

11h : L’arrivée sur l’alpage du Jas des Agneaux est proche. Mais ayant tout le temps devant moi, ce serait bien dommage de ne pas faire le détour pour contempler une étonnante arche à multiple ouverture, qui semble devenir petit à petit l’une des curiosités locales les plus prisées du Valbonnais. Mais bon, vu que son accès est, parait-il, plutôt hors sentier et escarpé, je ne m’attends pas à voir la foule des grands jours.
Un semblant de cairn vers 1880m m’indique donc de quitter le sentier de la Combe des Roberts pour une trace horizontale le long de pentes herbeuses plutôt raides. Après une première croupe herbeuse, c’est à la seconde qu’il faut être attentif pour repérer en contrebas la roche percée de l’autre côté d’une combe.
Le décor est alors somptueux, voire hypnotique, avec l’Arcanier en toile de fond... Et la descente de 150m de dénivelé vers l’Arche du Vet semble sans difficulté. Ce qui est vrai pour la première partie grâce à des traces de chamois, mais devient un peu plus pénible pour la suite où la pente se raidit, sans toutefois être technique.
Arrivé devant cette merveille géologique, je l’examine sous toutes les coutures avec délectation. Une petite bosse herbeuse à proximité me permet ensuite de m’imprégner de cette solitude, à peine troublée par deux chamois de passage.

12h30 : C’est qu’il faut se retaper la montée par le même itinéraire ! La suite se fait par une faiblesse de la barre rocheuse qui ceinture la Tête du Vet, qui nécessite à peine de sortir les mains de ses poches. Je retrouve alors le sentier en balcon entre la cabane du Vet et le Jas des Agneaux, sur un éperon près de la cote 1951m.
Une dernière remontée plutôt fastidieuse, composée d’herbes et de caillasses, m’amène alors au sommet.

14h : Histoire de profiter des transports en commun, j’opte pour une traversée sur le Périer. Des deux itinéraires balisés proposés, je choisis celui du Pissard aux Aiguilles.
Il faut alors rejoindre le reposant replat herbeux du Jas des Agneaux par une pente herbeuse qui l’est bien moins. C’est de retour en forêt que l’on découvre véritablement le sentier de retour, souvent abîmé par des éboulements à répétition mais heureusement toujours bien tracé. Le seul reproche qu’on peut lui donner est sa monotonie dans ce bois sombre, brièvement rompue par un beau belvédère sur la vallée de la Malsanne où se niche le village du Périer.

16h : Arrivée au hameau des Doras, rassasié par ces couleurs automnales et cette esthétique formation triasique qu’est l’Arche du Vet, le bus me conduit vers d’autres aventures...

Dénivelé cumulé : 1500m.
Pour en savoir plus sur la géologie du secteur, je ne peux que conseiller de consulter ce lien.

Dernière modification : 6 octobre 2017

A propos

Auteur de cette sortie :

Randonnée réalisée le 4 octobre 2017

Publiée le 6 octobre 2017

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Afficher les commentaires précédents (4).
  • par Le 6 octobre 2017 à 18h06

    Ah la voilà l’Arche du Vèt. Je sais qu’il existe un itinéraire en partant de Gragnolet par la Combe de la Pierre du Vèt, mais jamais testé. Belles photos automnales merci Denis.

  • par Le 6 octobre 2017 à 18h27

    Une arche ou deux gentils dragons pétrifiés qui se font la bise ?

  • par Le 6 octobre 2017 à 22h32

    Super, Joëlle, les dragons.........je les vois bien aussi !
    A Denis, j’ai vu aussi cette arche en revenant de la brèche Gary par la Tête du Vet en septembre 2015, je l’ai vue d’en haut mais je n’y suis pas descendue, j’en avais assez ce jour-là........Vos photos avec ces belles couleurs donnent envie d’y retourner !

  • par Le 7 octobre 2017 à 07h01

    Bonjour Sugar,
    Les couleurs d’automne et cette pierre percée ne peuvent que faire regretter de ne pas être en montagne. Cette curieuse encoche pourrait permettre l’encastrement d’une poutre, pas de muret dans le voisinage ? À bientôt

  • par Le 7 octobre 2017 à 18h01

    Merci beaucoup pour vos retours.

    @ valverco : à la base, je voulais monter par ce sentier (qui, parait-il, est bien mal en point), pour ensuite redescendre par celui de la Combe des Roberts. Mais pensant manquer de temps pour récupérer le bus de retour, je me suis abstenu.

    @ galipette et vermatoiz : pour ma part, je vois un centaure avec un drôle de casque pointu embrassant le gros pif d’un géant. Comme quoi l’imagination...

    @ geba38 : "L’intérieur réserve un abri qui a été utilisé et amélioré car on voit des encoches pour fixer des poutres." Je ne fais ici que citer ce qui est écrit en légende sur l’une des photos du lien énuméré à la fin de la sortie. Pour ce qui est de restes de muret ou autres témoignages d’une présence humaine (à part les encoches), je n’ai rien vu.

  • par jeanineLe 9 octobre 2017 à 12h56

    bonjour
    superbes photos d’automne , de ce secteur qui ne doit pas voir beaucoup de randonneurs , sugar je vous felicite vous ètes un vrai écologiste empruntant le bus pour randonner , je pense que vous etes le seul ! vous participez a la sauvegarde de la planête , alors que des" bobos randonneurs" utilisent leur gros 4x4 pour l’approche même dans les zônes interdites et se font "mousser"

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !