Mont Buet (3096m) par Vallorcine (village du Buet) Sortie du 21 avril 2015

Pour la carte et l’itinéraire détaillé, veuillez consulter le topo

Auteur : (Avertissements et Droits d'auteur)

C'est long... C'est haut... C'est beau ! Panorama époustouflant face au Mont Blanc pour aller chercher la blancheur là où elle se trouve dans ces beaux jours printaniers...

Conditions météo

Grand beau, plutôt doux, quelques timides petits cumulus l’après-midi. Neige de printemps, fine couche fraîche au-dessus de 2500m tout juste transformée.

Récit de la sortie

Le Buet... Panorama sans compromis sur tous les massifs environnants, et particulièrement sur les Aiguilles Rouges et le Mont Blanc, à faire en été et hiver... Ayant buté l’année passée avec les raquettes à l’Aiguille de Salenton, je refais une tentative hivernale (ou plutôt printanière) cette année, cette fois à skis...

Météo fantastique, le jour à ne pas rater... Hélas, la vie apporte toujours son lot de contraintes, ce qui m’impose un départ beaucoup trop tardif pour ces conditions printanières, et je ne suis à pied d’œuvre que vers 10h30...

Le village du Buet est déjà en mode printemps, avec pas une seule plaque de neige dans les alentours... La journée est magnifique, les oiseaux brillent et le soleil gazouille (ou l’inverse, je ne me souviens plus)... Quelques touristes, me voyant déambuler dans les prairies recouvertes de crocus chaussures de ski aux pieds, me regardent bizarrement... Visiblement, il va y avoir du portage à faire !

Montée par la cascade de Bérard. Juste un peu plus haut, le passage le plus exposé de la rando sera la traversée d’une étroite passerelle surplombant le torrent, un gros glaçon ne laissant qu’un rebord de 20cm de bois mouillé sur pour poser les pieds 3m au-dessus des rochers, les chaussures de ski n’arrangeant rien à l’affaire...

Après 1h de portage un peu pénible, on finit par pouvoir chausser sur les grands replats vers 1750m. Çà glisse bien sur les premiers plats en neige de névé, alors que d’autres skieurs à l’horaire plus raisonnable terminent leur descente à cette heure là... On aborde les premières pentes en direction de la Pierre à Bérard dans une neige pas encore trop molle. La montée se poursuit dans les raides pentes au dessus. Malgré la neige qui par endroits glisse un peu sous les skis, ça reste plus ou moins correct, mais il est clair que l’heure "moquette" est passée...

On passe sous le col de Salenton vers 15h. Aujourd’hui, ce n’est pas la grande forme, et la multitude d’arrêts photo n’arrange rien à l’affaire. La montée des grandes pentes à gauche du sentier d’été sera particulièrement pénible, malgré une neige plutôt ferme. Cependant, le décor fantastique qui s’ouvre au fur et à mesure de la montée relance la motivation, et le relais radio est atteint vers 16h30. Puis la longue crête vers le sommet... 17h, casse-croûte et sieste, non sans profiter du panorama magique, l’avantage de l’heure tardive étant un superbe éclairage du massif du Mont-Blanc jouant avec de petits cumulus, malgré la brume délavant le décor du côté ouest...

Mais il est clair qu’à cette heure, les pentes au-dessus de la Pierre à Bérard ne sont plus du tout en condition... Inutile de se presser, on profitera du sommet jusque vers 18h30, le temps que le vallon de Bérard plonge dans l’ombre et que le regel commence son travail pour stabiliser la neige...

Descente plutôt agréable sur les pentes sommitales grâce à une fine couche de neige récente. Mais la bonne surprise sera surtout une magnifique neige dans les grandes pentes en direction de Salenton, quasiment "moquette" malgré l’heure tardive, se laissant gentiment skier en beaux virages malgré une très fine couche de regel accompagnant chaque virage d’un bruit de verre pilé...

En dessous, la descente des pentes vers la Pierre à Bérard sera un peu moins bonne, avec une neige plus profonde, heureusement stabilisée par la fraîcheur du soir. On descend tranquillement, en traversées-conversions si il le faut, là où la neige est trop mauvaise, car je suis seul et il se fait tard, il ne faut prendre aucun risque... Mais le lieu est magnifiquement calme, et la descente est beaucoup plus agréable que celle du chaos de dalles rocheuses et de cailloux de la version estivale...

On plonge dans le bas du vallon... Petite séquence "ski de fond" sur les replats avant de déchausser, de traverser difficilement un torrent gonflé par la fonte, et de descendre le sentier à pied dans le calme du soir... Fin de la balade vers 21h.

Dernière modification : 22 avril 2015