Pointe Feuillette (1881m) par le Col de Tournerond Sortie du 21 avril 2015

Pour la carte et l’itinéraire détaillé, veuillez consulter le topo

Auteur : (Avertissements et Droits d'auteur)

Conditions météo

Grand Beau - 20°C environ

Récit de la sortie

Préambule

Initialement prévue pour la veille, cette sortie fut réalisée le 21 Avril 2015 pour profiter pleinement du panorama qu’offre la Pointe Feuillette.

En effet, à mon arrivée le 20 Avril 2015, dans le secteur de Lus-la-Croix-Haute, le temps était des plus maussades et les nuages omniprésents dès 1700 mètres d’altitude n’étaient pas des plus motivants.

Sachant, que la météo prévoyait une journée magnifique pour le lendemain, je décidais de patienter un peu pour la Pointe Feuillette et de mettre à profit cette première journée grisâtre en essayant d’aller photographier quelques autochtones en forêts.

Bilan de cette prospection : 7 chamois vus dans la brume (photos peu esthétiques) + un cadavre de sanglier retrouvé prédaté par les loups (nombreuses crottes sur la scène de crime - Lieu tenu secret pour respecter la tranquillité de nos amis canidés) .

  • Pour les naturalistes en herbe, les photos de cette prédation sont visibles ICI.

Le soir, nous irons dormir avec Galice vers le parking Saboyer, au fin fond du vallon de la Jarjatte, où nous verrons une belle chevrette surprise par notre présence tardive.

La sortie

C’est après une belle nuit, bercés par le chant des chouettes de Tengmalm et nos rêves d’apercevoir un jour un loup, que nous entamons cette belle randonnée au départ des Amayères.

Montée paisible jusqu’au vallon de Tachemule avant de prendre la direction du col de Jajène. Là, les crocus étaient en pleine effervescence, tandis, qu’au loin, maitre Goupil chassait quelques petits rongeurs dans l’alpage.

Le parcours de crête qui s’en suivit fut d’une exceptionnelle beauté. Il faut bien avouer que le panorama offert par cette randonnée, sur toute la barrière ouest du Dévoluy, vaut largement son pesant de nougat !

Pause casse-croûte, proche du sommet, avec une vue à faire des envieux. Petite sieste bien méritée puis c’est déjà le moment de redescendre de ce surprenant promontoire pour rejoindre les Amayères par les belles gorges de Vallauris.

Le soir, nous irons repasser une autre nuit dans le vallon de la Jarjatte afin d’apprécier une fois encore le chant des chouettes de Tengmalm.

  • Et pour les naturalistes en herbe, la vocalise de cette chouette c’est ICI
Dernière modification : 24 avril 2015