Topo de référence

Pour découvrir la carte, l’itinéraire et les infos détaillées, veuillez consulter le topo de référence

Conditions météo

Très beau, un peu de vent au sommet, bienvenu en cet épisode caniculaire

Récit de la sortie

La chaleur frappe en cette fin juin.

Il faut trouver des randonnées proches pour ne par perdre sur la route de précieuses minutes de fraîcheur. Ou des randonnées courtes.

Le Grand Delmas n’est qu’à 60 Km et son ascension est courte. C’est l’occasion de le gravir par son arête nord-ouest, dite La Grazonnière.

Arête nord-ouest, celle qui reste le plus longtemps à l’ombre, ce qui est appréciable car le départ est assez raide.

Départ à 8h00 avec un Mistral bien présent et pas chaudet.

La sente, bien marquée m’amène à la fontaine Froide. Elle coule goutte à goutte et je calcule qu’il me faudrait une heure pour remplir mon bidon.

A près les rochers qui dominent la fontaine plus de sente bien marquée.

A gauche , A droite ? Je prends à droite où il me semble voir des traces de passage.

Montée dans la hêtraie puis arrivés dans un alpage en contrebas de la crête.

Au niveau d’un gros rocher, visible sur les photos du topo, je prends à gauche, dans un pierrier et gagne la crête que je suis jusqu’au sommet.

J’observe les 3 Becs. J’estime à une cinquantaine le nombre de randonneurs qui sont dans les pentes du pas de Siarra ou du Veyou.
Pour les trois becs, c’est presque personne. A croire que la chaleur a détourné les randonneurs vers les lieux de baignade.

Au Grand Delmas, deux autres randonneurs vont arriver.

Après 1 heure passée au sommet, le vent m’a refroidi. Il est encore tôt et je descend par l’arête sud-est, gravie avec Johnny en 2013.

L’arête est belle. Les alpages sont très verts mais me semblent pleins de mauvaises herbes. La bergerie est déserte.

Descente par la piste d’alpage jusqu’ au point coté 914. Ensuite, je prends un sente à droite qui évite de redescendre à la cote 849.

Dans ce versant le vent ne se fait plus sentier et la température monte, monte.

J’arrive au croisement avec la D 156 sous une chaleur épouvantable.

Au moment ou je débouche, une voiture passe.
Inconsciemment je tends le pouce, la voiture s’arrête.

Le retour au col du Gourdon ne sera pas trop pénible.

Troisième ascension, chaque fois par un itinéraire différent.

La prochaine, si je peux, se fera une fin d’après-midi, pour assister au coucher du soleil...mais pas en période de canicule.

Dernière modification : 6 juillet 2015

A propos

Auteur de cette sortie :

Randonnée réalisée le 28 juin 2015

Publiée le 6 juillet 2015

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !