Wildsee (910m) par Seibelseckle ‒ Nordschwarzwald

Sortie réalisée le 12 novembre 2016.

ACCÈS et ITINÉRAIRE : Consulter le topo

Ambiance hivernale au Wildsee.

Conditions météo

Ciel couvert, puis un épais brouillard en fin de randonnée. Température de 0,5°C au Wildsee à 15h15, vent nul.

Récit de la sortie

Scénario de fin de randonnée quelque peu chamboulé avec l’arrivée d’une perturbation plus tôt que prévu. De coucher du soleil, je n’en aurai point.

À la place, un brouillard de plus en plus dense, qui me laisse pour seul horizon les sapins au bord du chemin. Pourtant, la moindre percée du soleil aurait suffi à sublimer toutes ces pentes de forêts enneigées.

Pas grave ! J’ai vu mon Karsee préféré dans un décor de neige, ça c’est déjà extra et plutôt inhabituel avant la mi-novembre.

Concernant le parcours, je peine un peu à trouver le départ du sentier sur la gauche du chemin qui descend de Seibelseckle. Comme la flèche au sol le signalant est recouverte de neige, je vais, je viens, mais ne trouve rien.

Puis je m’engage entre 2 rangées de sapins, pas vraiment convaincu d’être sur le bon chemin. Connaissant toutefois le cap qu’il me faut suivre, j’atteins sans encombre le point de passage du Kesselbach. Au bord de ce ruisseau, penser à s’arrêter pour voir le pin remarquable nommé Harfentanne.

Après avoir quitté Hinterlangenbach, je retrouve la neige en quantité au niveau du panneau "Harzwaldwegle". Dans cette forêt magnifiquement enneigée, je prends beaucoup de clichés pendant la montée mais la plupart d’entre eux seront inexploitables pour cause de buée.

Je passe le panneau "Ehemalige Falzhütte" et enclenche la descente. Puis, me souvenant d’une personne (commentaire sur topo) qui avait manqué la bifurcation pour le sentier d’accès au Wildsee, je pense à prendre une photo de ladite bifurcation.

Une photo est souvent plus efficace qu’un long discours, même si en Forêt Noire, une bifurcation au milieu des sapins ressemble à mille autres bifurcations au milieu d’autres sapins !

Voilà enfin le Wildsee, lac sur lequel plane une atmosphère si particulière, sauvage à souhait.

Lorsque j’arrive sur la crête (Westweg), je comprends 2 choses : la première, que c’est définitivement plié pour une quelconque éclaircie au soleil couchant et la seconde, qu’il faut presser un peu le pas si je souhaite apercevoir le lac au point de vue du Wildseeblick.

Lac aperçu de justesse, la crête est entièrement prise dans le brouillard 2 minutes plus tard.

Traversée du Seekopf, la visibilité réduit. J’opte alors pour un raccourci qui évite le grand tour via la Darmstädter Hütte. Sur la gauche (ouest), un court sentier quasi rectiligne (en pointillés noirs sur la carte) fait la liaison avec le Torfweg, au niveau de la Holzhütte.

En prenant à droite après la cabane, je récupère rapidement le Westweg au carrefour du vieux téléski tout rouillé.

Il fait presque nuit lors de mon arrivée à Seibelseckle, sous le halo des projecteurs de la petite et unique piste du Schwarzkopf qui a pu ouvrir précocement et pour quelques jours seulement.

Dernière modification : 29 juin 2017