Les Deux Antoines (2401m) Sortie du 6 avril 2017

Sortie réalisée le 6 avril 2017.

ACCÈS et ITINÉRAIRE : Consulter le topo

Au départ des Échines dessus, variante d'itinéraire pour le début de cette randonnée, via le sentier de l'ancien canal du Charmeur situé entre le torrent du Charbonnet et le Fort du Truc.

Conditions météo

Très beau temps avec une température de 7,5°C au sommet à 14h45, vent modéré.

Récit de la sortie

  • Distance : 12km
  • D+ : 1082m

Pour cette randonnée aux Deux Antoines, le parcours a été volontairement allongé pour tester un sentier nommé "Ancien canal du Charmeur". Situé sur la rive droite du vallon du Charbonnet, ce sentier permet d’effectuer une liaison entre le torrent et le Fort du Truc.

Partant des Échines dessus, je prends en plein centre du hameau le sentier qui monte au nord-ouest. Une fois un chemin atteint au point coté 1449m, il ne reste plus qu’à le suivre en direction du torrent du Charbonnet.

C’est au niveau du 3ème lacet après le torrent que débute l’ancien canal du Charmeur, sentier globalement peu pentu. Le suivre n’est pas toujours évident, la végétation tend à envahir son tracé.

La fréquentation semble quasi nulle aujourd’hui, pourtant ce sentier s’avère très ancien : il est clairement mentionné sur la carte de l’état major (1820 - 1866) - même si celle-ci n’a pas la précision des cartes IGN actuelles - soit bien avant la construction du Fort du Truc à la fin du XIXème siècle.

Au final, ce petit détour est bien sympa, on arrive directement au Fort du Truc pour récupérer le sentier du Fort de la Platte.

Ce n’est qu’après le Fort de la Platte que les premiers névés apparaissent. Je les contourne autant que possible puis chausse les raquettes vers l’altitude 2100m, car la neige transformée en profondeur ne porte absolument pas sans les raquettes.

L’approche s’effectue sur des pentes très modérées jusqu’au pied de la face sud-est des Deux Antoines, puis celle-ci se raidit brutalement. Le parcours sur la face m’amène par hasard au pied d’une brèche.

Après une courte tentative dans cette brèche, l’absence de visibilité vers l’amont me fait rebrousser chemin pour finalement choisir le contournement de la barre rocheuse.

Sage décision puisqu’en passant au niveau de la sortie de la brèche, j’aperçois des blocs et un gros bouchon de neige qui rendent toute sortie impossible.

Une fois la barre rocheuse contournée, le terrain est complètement sec jusqu’au sommet et je termine l’ascension par l’arête sud-est qui ne comporte aucune difficulté.

Pour info, le sommet du Mont Blanc apparaît timidement au-dessus d’une crête, entre la Pointe de la Terrasse et l’Aiguille de Praina.

Après environ une heure au sommet avec d’excellentes conditions atmosphériques, il est temps de mettre les voiles !

Mouillée en surface, la neige brille lors du retour. À chaque pas, les raquettes projettent de grandes gerbes de neige qui, lorsqu’elles retombent en se dispersant, produisent un son semblable aux gerbes d’eau provoquées par le passage d’une coque de bateau sur la mer.

Et de cela, je m’en amuse jusqu’à retrouver la terre ferme.

Dernière modification : 29 juin 2017