Sortie du 9 mai 2017 par Alexandre Le "Sarrasin" du Villaret des Brévières, boucle du Chevril à Nantcruet

Encore beaucoup de neige entre le torrent du Nant Cruet et la Chavonne du Carroley. Variante de retour improvisée via le bois de la Balme, pour cause d'absence d'équipement.

Vous consultez actuellement une sortie. Pour découvrir la carte, l’itinéraire et les infos détaillées, rendez-vous sur le topo de référence.

Topo de référence

Pour découvrir la carte, l’itinéraire et les infos détaillées, veuillez consulter le topo de référence

Conditions météo

Très ensoleillé (quelques cumulus), température de 12 à 14°C sur le parcours, vent faible à modéré.

Récit de la sortie

Les faits les plus marquants de cette randonnée :

1) Pendant une halte au hameau des Brévières, alors que je me retourne pour attraper mon sac à dos, je croise le regard d’une petite vipère aspic (50cm environ).

Pourtant réputée très craintive, à se cacher dans les herbes ou sous les rochers, celle-ci évolue tranquillement à découvert sur une dalle de lauzes.

Assez surpris de la voir si proche, et plus encore lorsqu’elle prend la direction du sac à dos. Elle est au fait de ma présence et devrait normalement s’éloigner. Mais non, elle trace !

Un excès de curiosité, probablement. Car vu son gabarit, je doute qu’elle ait élaboré une stratégie consistant à se planquer dans mon sac pour ensuite m’engloutir en pleine forêt.

Aussi mignonne qu’elle soit, je me lève brusquement pour lui signifier que nous ne ferons pas la randonnée ensemble. Ses réflexes retrouvés, elle rebrousse chemin et j’en profite pour lui tirer le portrait !

Pour rappel, la vipère aspic est une espèce protégée, elle ne montre aucune agressivité tant qu’elle ne se sent pas menacée.

2) Au milieu de l’après-midi et pendant plus de 2 heures, les coulées se succèdent sans répit sur les glaciers du Mont Pourri, avec une fréquence d’une coulée toutes les 10 à 15 minutes en moyenne.

Si ces coulées sont habituelles et de faible envergure, elles se font entendre dans toute la vallée par résonance.

Bon nombre d’entre elles dévalent latéralement les glaciers (celui de la Martin notamment) et chutent comme des cascades au passage de barres rocheuses qui peuvent atteindre plus de 50 mètres de hauteur par endroits.

Le phénomène est amplifié par les chutes de neige de la fin avril. Cette couche n’ayant aucune adhérence avec le manteau sous-jacent, la hausse des températures purge les pentes avec une facilité déconcertante.

3) En arrivant au point de franchissement du torrent du Nant Cruet, le contraste est saisissant entre les 2 rives. Je m’attendais à trouver de la neige sur la rive gauche du torrent - puisque orientée au nord - mais pas une telle quantité.

Impossible de repérer le tracé du sentier, aucune trace de passage (sauf de chamois) et mon équipement est rudimentaire. Chaussures légères et sac à dos, point barre.

Dès les premiers pas, de dérapages en rattrapages, c’est du grand n’importe quoi. De fait, je me rends compte que sur les 30 premiers mètres de cette traversée menant à la Chavonne du Carroley, le risque qu’une glissade se termine au fond du torrent n’est pas négligeable. Et comme cette option ne me tente pas, je préfère en rester là.

Pas grave ! Il y a un plan B et des portions de sentiers restent à découvrir. Retour au hameau Nancruet puis à la passerelle sur le torrent. Immédiatement après la passerelle, un sentier descend la rive gauche du torrent en longeant des barres rocheuses.

Le sentier s’écarte ensuite du torrent et traverse le bois de la Balme, poursuivant la descente jusqu’à l’altitude 1750m. Puis en en prenant la direction "Villaret des Brévières", un sentier s’élève en direction d’Orsière en passant par Nazonde.

Au panneau d’Orsière (1980m), il faut encore monter à la Davie (2060m) pour récupérer l’itinéraire du topo.

Dernière modification : 24 août 2017

A propos

Auteur de cette sortie :

Randonnée réalisée le 9 mai 2017

Publiée le 5 juin 2017

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

  • par Le 6 juin 2017 à 19h04

    Bonjour Alexandre.
    Bravo pour ton sang froid avec la vipère.
    Et au final, tu en as tiré un très beau portrait.
    Sur la photo #2, j’ai l’impression que le Hameau des Brévières n’est pas le vrai mais une représentation sous forme de maquette. Cette illusion doit venir de la mise au point, ou alors du vert incroyable de l’Isère, ou peut-être un peu des 2 ?... En tout cas c’est vraiment marrant comme impression ;o)

  • par Le 7 juin 2017 à 21h30

    Bonjour ViveLaMontagne, il s’agit bien du hameau des Brévières. C’est un effet "miniature" qui évoque les décors pour les trains électriques, le terme "maquette" est très pertinent !

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !