Pour imprimer ce topo, utilisez la fonction d'impression de votre navigateur, ou cliquez sur .

La Tête de la Cavale (2697m) par sa face sud

Auteur : michel
Source : https://www.altituderando.com/La-Tete-de-la-Cavale-2697m-par-sa-face-sud

Le massif du Dévoluy est un magnifique terrain d’aventure qui recèle de nombreux vallons secrets. Lorsque l’on s’élève, l’herbe s’épuise et les sentiers se font plus discrets. Le relief tourmenté et l’omniprésence de la pierraille n’attirent plus que les randonneurs avides d'espaces sauvages et de solitude.

Accès

Du sud : prendre direction Veynes, Col du Festre, Agnieres-en-Dévoluy, Saint-Disdier, D.217

Du Nord : prendre direction Corps, Pellafol, Saint-Disdier, D.217

Au carrefour de Saint-Disdier, bifurquer en suivant la D.217 et après quelques épingles prendre à droite (Petit écriteau). Un parking se trouve à l’entrée du hameau.

Les infos essentielles

Précisions sur la difficulté

Itinéraire

Carnet de voyage

C’est du sommet du Nid que j’ai découvert pour la première fois cette magnifique face sud de la Tête de la Cavale.

« La montagne nous offre le décor ... A nous d’inventer l’histoire qui va avec ! » Nicolas Helmbache

Hameau du Mas à Pierre Baudinard

À la sortie du hameau, prendre un chemin qui s’élève au nord-ouest et passe à proximité de deux petits chalets jusqu’à un abreuvoir.

De l’abreuvoir, continuer plein ouest sur des dalles calcaires, suivre les traces jaunes puis quelques cairns.

Rejoindre une piste vers 1290m, facile à suivre jusqu’au point coté 1485m (poteau indicateur). Laisser à main droite le chemin et prendre sud-ouest en direction de Pierre Oisel et Pierre Baudinard.

Vers le Col de Lapras

Atteindre un collet se trouvant sur la gauche d’un petit mamelon délimitant le Vallon du Mas.

On débouche sur un replat occupé par une vaste pelouse alpine et quelques sapins clairsemés. Après ce répit bucolique, grimper le long d’un vallon bosselé par une succession de petits escarpements.

Vers 2150m, on atteint le bord d’une dépression. Se diriger d’abord vers une cabane pastorale puis obliquer au sud-ouest afin de contourner la combe.

Un passage caillouteux surplombant celle-ci permet d’atteindre le vallon supérieur. Une petite descente de quelques gradins rocheux ouvre l’accès au vallon.

S’élever sur la gauche d’un vallon pierreux, quelques traces longent une rampe herbeuse. Poursuivre au nord-ouest en direction du col de Lapras. (2335m)

Si le Nid et le Rougnou semblent à portée de semelle, lorsque l’on regarde en direction de la Tête de la Cavale, l’impression d’éloignement est tout autre.

Il y a aussi cette dépression au visuel impressionnant. La Combe de la Prison ne facilite pas l’accès aux vallons voisins et les velléités d’ascension dans ce secteur se font plus rares.

Vers le col du Portail

Contourner le Nid sans descendre au fond de la combe, ainsi on ne perd pas le bénéfice de l’altitude élevée du col.
Ne pas trop s’éloigner du pied de la falaise qui ceinture le versant est du Nid. Progresser sur une pente à forte déclivité.

Remonter au nord-ouest en suivant un talweg marqué à droite par une pente d’éboulis.

Je butte sur des barres rocheuses qui forment une couronne quasi-infranchissable. Elles masquent le col qui se révèle tardivement.

Je reste un instant dubitatif, où se trouve le trou de serrure de ce fameux col du Portail  ?

Vers la Tête de la Cavale

Longer les barres rocheuses à l’aspect ruiniforme. Quitter ce passage assez raide en obliquant à l’est. Une sente providentielle permet de traverser des éboulis pentus et de prendre pied sur un versant très sauvage.

Poursuivre sur le grand plan incliné de la face sud de la Tête de la Cavale, la combe en contrebas accentue l’impression de profondeur.

Quelques deux cent mètres de gradins plutôt raides se succèdent dans un couloir de progression relativement étroit.

Dans le final, la pente s’adoucit mais la roche se dégrade et se révèle particulièrement délitée. On sort sur un épaulement assez proche du sommet.

Seul un petit cairn coiffe la Tête de la Cavale, un sommet isolé et presque idéalement dépouillé de tous signes ostensibles d’humanité.

La vue est immense mais on ne peut s’empêcher de scruter l’ Obiou désormais tout proche.

Vers le Bonnet de l’Evêque, somptueuse récompense

Suivre le fil d’une belle arête. La pente est douce et la crête plutôt large, on profite de cet élan d’enthousiasme pour grimper sur une petite bosse peu proéminente : le Bonnet de l’Evêque (2663m).

D’autres échappatoires possibles

Le retour

Du Bonnet de l’Evêque, se lancer dans une pente assez raide.

Le trajet s’oriente d’abord au sud-est (vers la Combe de la Fuvelle) puis s’infléchit plein sud.

Traverser une gigantesque zone d’éboulis pour atteindre le col de la Fuvelle. (2413m)

Du Col, repérer une petite zone herbeuse. Dévaler dans une superbe pente d’éboulis qui tombe sur la Combe de la Prison puis remonter au Col de Lapras.

Descente par l’itinéraire de montée.

Avertissement : En montagne, chacun est responsable de sa sécurité. Les randonnées se font par conséquent sous votre propre responsabilité. L'auteur de ce topo, le site duquel il est issu ainsi que leurs différents contributeurs ne peuvent pas garantir l’exactitude ni l'exhaustivité des indications qui y sont contenues. Ces renseignements ne peuvent en aucun cas engager leurs responsabilités de quelque manière que ce soit. [Voir : www.altituderando.com/Avertissements]