Cime des Torches ou Grand Agnelin (2958m)

Difficulté :
Difficile
Dénivelé :
1680m
Durée :
1 jour

Un grand sommet solitaire et très peu fréquenté sur la crête entre Maurienne et Oisans, forcément ça se mérite : longue approche, solitude garantie, panorama exceptionnel, descente interminable, mais ça donne une journée en montagne inoubliable. – Auteur :

Accès

Entraigues (Commune de St-Jean-d’Arves) sur la D926, la route du col de la Croix de Fer.

De St-Jean-de-Maurienne, suivre la route du col de la Croix de Fer. Après le grand tunnel de la Combe Génin, laisser de côté la route qui mène au Villard et à St-Jean-d’Arves et prendre la route de gauche (D926) direction le Chalmieu, Le Mollard, Entraigues.

Peu après, laisser de côté la route du Chalmieu et du Mollard (D80), et continuer sur la D926. Entraigues est le premier hameau après cette intersection.

Se garer à l’entrée du village ou mieux, sur un petit parking un peu après, le long de la D926. Départ possible du Pont des Tours, quelques centaines de mètres après Entraigues.

Précisions sur la difficulté

C’est long.

L’accès au Col de l’Agnelin peut être défendu par un névé jusque tard en saison.

Les infos essentielles

  • Carte IGN :3435ET/TOP25 Valloire - Aiguilles d’Arves - Col du Galibier
  • Altitude minimum : 1279 m
  • Altitude maximum : 2958 m
  • D+ : 1680 m
  • Distance : environ 20 km A/R
  • Horaires : comptez entre 6 et 8 h au moins
  • Balisage : aucun, de vieux panneaux en bois dans le bas

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

De la D926 à l’entrée d’Entraigues, bien repérer une sente qui monte dans les prés en zigzaguant. Peu après, on rejoint une sente qui monte depuis le Pont des Tours (autre départ possible). On arrive rapidement à une grange et on rejoint un chemin plus large qui vient du Poingt et des Chambons (autre départ possible intéressant pour un circuit, voir remarques en fin de topo).

Suivre ce large chemin. Après quelques lacets larges, il arrive au Besset Dessus (1600m). Le chemin file désormais vers le Sud en longeant de grands prés. Ignorer les sentes secondaires. Rester sur le chemin principal. Très vite, il arrive en flanc de la vallée du Torrent de Val Froide ou Torrent de l’Arvette. Il redescend un peu avec quelques passages dans les bois, puis descend plus franchement et arrive au niveau du Torrent du Vallon (1650m) qu’il faut traverser (vieux panneau indicateur en bois indiquant Col de l’Agnelin 3h).

Continuer sur le chemin principal pendant environ 500 m, puis prendre à droite une sente, qui monte dans les bois peu après le point 1691. Le chemin serpente et se rapproche du ravin de Coirnavan puis oblique vers l’Est vers 1930m pour rejoindre la large croupe issue du Plan de la Gouille sur laquelle se trouve le Chalet de Chanin. Après un virage sur la croupe, le sentier, nouvellement tracé, monte raide dans les arcosses et rejoint le Chalet de Chanin (2190m).

Plus d’infos ici sur le Chalet de Chanin.

Remarques : bien suivre le tracé de la carte IGN, ne pas s’engager plus avant dans le ravin de Coirnavan, le chemin pointillé noir sur la carte qui traverse le ravin au point 1954m n’existe plus.

Au-dessus du Chalet, soit en continuant sur la croupe herbeuse et le Plan de la Gouille, soit en partant sur la droite dans les alpages (vagues traces), gagner le point 2529 en haut du ravin du ruisseau de Coirnavan. On se trouve sur l’arête Est peu marquée du Grand Agnelin, qui surplombe les combes encaissées du Ruisseau du Valney au Sud et des Ruisseaux de Coirnavan et du Py au Nord.

Suivre l’arête sur le fil en forte montée tout d’abord lorsqu’elle est large et herbeuse, puis à plat lorsqu’elle s’affine en devenant plus rocheuse. Continuer jusqu’au petit collet où l’arête disparait dans la grande face Est du Grand Agnelin juste après le point 2659. On est alors en vue du Col de l’Agnelin, que peut défendre un large névé jusqu’à tard en saison.

Tirer alors au mieux dans les schistes (vagues traces peu marquées, quelques cairns) jusqu’au Col de l’Agnelin (2769m).

Du Col, il reste un peu moins de 200m de dénivelé dans la face Sud-Est mi-rocheuse, mi-herbeuse pour atteindre le sommet qui, malgré son altitude est herbeux. Sommet de la Cime des Torches / Grand Agnelin (2958m)

Retour par le même itinéraire.

Remarques

J’ai lu qu’il était possible de descendre l’arête Nord du Grand Agnelin jusqu’au Petit Agnelin (2717m) et même jusqu’à la Pointe du Châtel (2202m). De là, rejoindre à vue les chalets du Vallon puis le chemin de montée au moment où il traverse le ruisseau.

Du Petit Agnelin, on peut basculer plein Ouest par des pentes raides sur le Pré de Lore et gagner par des sentes à moutons le chalet homonyme puis le Col d’Ornon. Rejoindre ensuite Les Chambons puis Entraigues par la route.

Sortie de 25 Juillet 2010

Cette Cime des Torches, j’en ai envie depuis longtemps. Sur la carte en relief de la Maurienne, on voit bien que c’est un sommet très individualisé sur la crête entre Maurienne et Oisans. Entre les Aiguilles d’Arves et les Grandes Rousses, juste en face du massif des Écrins, le panorama doit y être exceptionnel.

Ce 25 Juillet, météo France annonce du grand beau. Départ donc de Lyon à 05h20. Arrivés à Entraigues un peu avant 08h00, c’est la douche froide. Il fait froid, c’est tout bouché, les sommets sont décapités, on ne voit rien au dessus de 2400m !

Il en faut plus pour nous décourager. Le beau temps est annoncé, ça va se lever ! En route.

Pas de problème jusqu’au Torrent du Vallon. Le vieux panneau indiquant le Col à encore 3h de marche nous refroidit un peu, mais bon, il y a des orchidées au bord du chemin, ça ne peut qu’aller.

2h plus tard... on n’est pas encore à Chanin. Faut dire qu’on a suivi le tracé noir pointillé de la carte qui monte le long du Torrent du Coirnavan. Après une bonne grimpette agréable dans les bois, le chemin se perd et nous voilà embarqués dans les grandes pentes fleuries de la combe de Coirnavan. On va bien finir par rejoindre ce chalet ! C’est usant, mais nous débouchons sur la croupe bien plus haut que le chalet...

Bref, après une petite pause bien méritée, nous repartons. La suite se déroule sans problème, mais si le plafond nuageux monte en même temps que nous, ça ne se lève toujours pas. Pire, on voit maintenant le sommet et on dirait qu’il a neigé !

Après le collet, nous apercevons le col défendu par une grosse barre de neige. C’est la partie la moins drôle (enfin exception faite du chemin perdu). Heureusement les schistes renferment de nombreux fossiles (des bélemnites notamment) c’est étonnant. Au Col, le vent nous cueille. Ça caille vraiment. On ne voit plus le sommet dans le brouillard. Pas grave, on n’a pas fait tout ça pour rien.

La dernière pente est interminable, mais enfin nous y voilà. Le grand cairn et toute la face Nord sont couverts de givre. Ce n’était pas de la neige, mais ça confirme que la nuit fut froide.

Nous sommes dans la crasse. Pique-nique rapide et on redescend. Vite !

Cette fois nous allons jusqu’au chalet de Chanin et nous prenons le bon chemin qui descend dans les arcosses. Une éclaircie nous dévoile les Aiguilles d’Arves un fugace moment, puis ça se recouvre. Décidément il y a des jours comme ça.

Puis c’est le long, très long, très très long retour vers la voiture. Il faut encore retourner à Lyon !

Dernière modification : 10 août 2018
Crêt d’Ornon (2063m)

A propos

Auteur de ce topo :

Randonnée réalisée le 25 juillet 2010

Topo publié le 22 janvier 2016

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !