Le Grand Arc (2484m), grande traversée des crêtes, par l’Ebaudiaz.

Difficulté :
Difficile
Dénivelé :
1500m
Durée :
1 jour
La carte

Auteur : (Avertissements et Droits d'auteur)

Une longue bambée d'un bout à l'autre des crêtes dominant la vallée de l'Isère, depuis la Maurienne jusqu'à la Tarentaise... Avec, au menu, le Petit Arc, le Grand Arc, la Tuile, la Dent du Corbeau, la Grande Lanche... Panorama garanti tout le long sur les deux versants, séparés par le fil du parcours sur une esthétique ligne herbeuse...

Accès

Albertville - Notre-Dame-des-Millières, Pommaray, monter la route étroite et défoncée jusqu’au terminus au chalet de l’Ebaudiaz, parking réduit.

Eté 2015 : Un effondrement a croqué la moitié du goudron vers l’altitude 1400m. Un itinéraire alternatif est possible de Grignon, beaucoup plus long avec des passages non goudronnés. Il est également possible de monter vers le chalet de la Tuile de Sainte-Hélène-sur-Isère et Bonvillard par une piste qu’on peut aussi rejoindre de la route de l’Ebaudiaz.

Itinéraire

  • Altitude départ : 1620m.
  • Altitude sommet : 2484m.
  • Durée : 8h.
  • Carte : IGN TOP25 3432ET Albertville.

Période

Praticable en conditions estivales, lorsque les névés ont totalement libéré l’itinéraire sur la crête, notamment le versant est du Grand Arc. En général, à partir de mi-juin. Terrain sec fortement souhaitable en raison des nombreux dévers herbeux raides. Bonne visibilité également souhaitable pour ne pas perdre les sentes parfois peu marquées et non balisées, et également pour profiter du panorama...

Difficulté

Mise à part la longueur de l’itinéraire en dents de scie sur la crête, il n’y a guère de difficultés techniques, si ce n’est les raides descentes du Grand Arc et de la Dent du Corbeau, où il faudra parfois mettre un peu les mains. Il y a cependant un certain nombre de passages faciles mais exposés demandant un peu d’attention, souvent des sentiers étroits traversant des dévers raides, souvent de l’herbe, parfois quelques dalles.

Itinéraire

Montée au Petit Arc

Du chalet de l’Ébaudiaz, partir vers le sud sur un sentier traversant l’alpage puis la forêt horizontalement. Il s’élève pour franchir une crête, puis redescend tranquillement vers le chalet de la Tuile.

Poursuivre horizontalement sur des sentes peu marquées vers le sud-ouest, en direction de l’extrémité de l’alpage. Derrière la crête, prendre le sentier traversant à flanc en légère descente, au début dans la forêt puis dans les vernes (souvent boueux). Puis, du fond de la combe, une petite montée conduit à un petit chalet isolé.

Juste après le haut de la montée derrière le chalet, quitter le sentier principal et bifurquer à gauche sur une sente montant dans les vernes et les fougères. Elle tend à se perdre en débouchant sur l’alpage de myrtilles et de rhododendrons, mais on peut facilement poursuivre à vue vers le sud. On atteint un replat parsemé de quelques petits lacs. Poursuivre au plus facile sur des sentes à vaches en direction d’une légère croupe permettant de rejoindre la crête ouest du Petit Arc où on rattrape un bon sentier.

La montée au Petit Arc se fait sans difficultés sur ce sentier, sur la crête large mais parfois raide.

Parcours de la crête jusqu’à la Grande Lanche

Prendre la trace en direction du Grand Arc. Elle descend un peu dans le versant sud, et par une traversée un peu exposée dans un dévers terreux coupé de quelques dalles. Puis elle rejoint la crête et la remonte, raide mais sans difficultés particulières, jusqu’au sommet.

Descendre du Grand Arc sur une trace suivant la crête nord-est, qui rapidement descend dans la raide caillasse un peu scabreuse du versant est. Sur le haut, les cairns n’indiquent pas toujours l’option la plus facile. La trace repart ensuite, étroite, dans une longue traversée parfois exposée vers le nord pour rattraper la crête.

Poursuivre la trace sur la crête. Ce parcours ne présente pas de grosses difficultés, si ce n’est quelques passages où le sentier domine de raides pentes d’herbes exposées sur le versant ouest. On chemine ainsi longuement de bosse en bosse, toujours proche du fil.

Au col derrière le sommet de la Tuile, un sentier permet de s’échapper de la crête en descendant à l’ouest vers le chalet de la Tuile. À partir de ce col, le sentier est balisé de flèches jaunes.

Poursuivre sur la crête. Après une bonne descente, on aborde une section plus fine de la crête que le sentier contourne par le flanc est. Il y a une petite dalle exposée à franchir, ainsi qu’une courte descente un peu délicate lorsque le sentier bascule en flanc ouest pour descendre sur le col de Charvan, où un autre sentier permet de descendre vers le chalet de la Tuile.

Une raide montée sur la crête permet d’atteindre la Dent du Corbeau. Derrière, la descente proche du fil est raide, aérienne et un peu exposée, mais sans grosses difficultés en s’aidant un peu des mains. On aborde ensuite une longue section assez plate, herbeuse et débonnaire, en direction de la Grande Lanche, dernière proéminence de la crête. Juste avant, un sentier permet de s’échapper vers l’ouest directement sur le chalet de l’Ébaudiaz.

Descente

Descendre la crête vers le nord. Le premier ressaut un peu scabreux peut se contourner par une trace en versant est. La descente se poursuit le long de la crête, assez raide mais sans difficultés. Puis la crête s’évase juste avant le retour en forêt. Il ne faudra alors pas rater la bifurcation vers la gauche pour prendre le chemin revenant tranquillement vers le chalet de l’Ébaudiaz.

Détail de la sortie du 9 septembre 2015

Le Grand Arc manquait encore à ma collection, et cette petite boucle me trottait dans la tête depuis un certain moment. En transit dans la région, on y improvise une sortie par cette belle journée d’arrière saison... Un peu brumeuse certes, avec éventuellement des cumulus qui risquaient de masquer le soleil et le panorama, malgré la météo qui se voulait rassurante...

"Route barrée"... Bon, on ne montera pas au chalet de l’Ébaudiaz, on se gare à l’épingle précédente vers 1300m, ne connaissant pas la praticabilité de la piste jusqu’au chalet de la Tuile... Il est déjà 11h passé, et la balade sera rallongée d’au moins une heure... Ce n’est pas grave, me voilà parti pour une sortie "coucher de soleil" comme à mon habitude, et il y a de multiples moyens de raccourcir la boucle si je prends vraiment trop de retard...

Après une longuette piste à remonter en direction du chalet de la Tuile, une grande traversée de forêts et d’alpages en direction des crêtes du Petit Arc... On ne prend guère d’altitude dans le long parcours à flanc de montagne, mais c’est joli et varié, alternant forêts, vernes, alpages, chalets, rhodos... Et finalement, une raide montée les le Petit Arc avec le paysage qui s’ouvre de tous côtés... Le Grand Arc est atteint vers 14h. Grande pause casse-croûte, alors que les cumulus se font de plus en plus envahissants, avec une fâcheuse tendance à me boucher la vue sitôt que je sors l’appareil photo...

15h, c’est parti pour la longue traversée des crêtes... Le vent d’ouest souffle parfois des nuées me plongeant dans le brouillard, mais le parcours sur la crête est heureusement évident. Beaucoup d’arrêts en chemin pour attendre des trouées de soleil et pouvoir faire des photos... Ainsi, les photos sont un peu trompeuses, une bonne partie du parcours s’est déroulée dans l’ombre et les nuées...

La crête monte et descend, mais le parcours n’est jamais pénible sur un sentier assez "roulant"... On se promène de bosse en bosse et on avale de la distance... On profite des trouées entre les cumulus pour voir le panorama, hélas assez embrumé...

18h sans se presser, on arrive à la Dent du Corbeau pour la deuxième grande pause de la journée... Longue et vaine attente dans l’espoir de voir les nuages s’ouvrir et révéler l’intégralité de la crête en enfilade jusqu’au Grand Arc...

19h, après une descente raide et aérienne du sommet, on poursuit la crête, maintenant débonnaire... Les couleurs se réchauffent, les cumulus cèdent du terrain... Arrivée à la Grande Lanche dans une magnifique lumière vespérale...

Dernière partie de crête au coucher de soleil... Retour tranquille à l’Ébaudiaz, puis longue descente à pied de la route avec la nuit pour retrouver mon point de départ...

Dernière modification : 16 mai 2018

La carte du topo « Le Grand Arc (2484m), grande traversée des crêtes, par l’Ebaudiaz. »

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours