Traversée du désert des Agriates par le sentier littoral

Difficulté :
Moyen
Dénivelé :
300m
Durée :
3 jours et plus

Une randonnée qui allie marche, découverte et baignades. À réaliser sur deux ou trois jours en semi-autonomie. – Auteur :

Accès

À St-Florent, rejoindre le pont du petit fleuve Aliso et s’engager sur la route du camping "Kaliste".

Se garer au niveau de l’école de voile.

On peut trouver une place un peu plus loin mais c’est aléatoire.

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

  • Cartes IGN : TOP25 4348OT et 4249OT

Dénivelé : au gré des montées/descentes, environ 100 mètres par jour. Un petit peu plus pour la troisième étape Ghignu/Ostriconi qui quitte le bord de mer et propose l’ascension d’un col en terrain sableux.

Distance : environ 35 kilomètres (à vérifier par ceux qui maitrisent les cartes informatiques). Le sentier suit le littoral c’est donc sinueux.

Difficulté : le passage à gué, la distance, la chaleur, le portage en font parfois assez pour que cela ne soit pas facile.

Période favorable : toute l’année avec des paramètres variables : Durant les chaleurs de l’été la marche sera plus pénible (mais faisable). Les pailliers sont fermés fin octobre, le camping de Saleccia en activité réduite début octobre.

  • En mode rando cool, se baigner est le grand intérêt de cette randonnée (l’eau est chaude de juin à novembre).
  • En été, le sentier est interdit les jours de grand vent.

Où dormir ?

  • Le bivouac est interdit
  • Nuit 1 : camping à Saleccia (tente ou bungalow)
  • Nuit 2 : Paillers de Ghignu (matelas nécessaire et réservation obligatoire en ligne)
  • Nuit 3 : camping de l’Ostriconi (bungalow ou tente)

Gestion de l’eau : C’est le gros point de logistique à prendre en compte. Il y a des sources sur le parcours mais souvent à sec en été. Je conseille de purifier leur eau. Vers la plage de Lotu, j’ai vu une sorte de resto où on peut se ravitailler, mais saisonnier. Le camping de Saleccia a de l’eau potable et il y a une petite épicerie. Il y a un forage aux Pailliers de Ghighu (eau non contrôlée à purifier). Lorsque les Paillers sont fermés, je pense que les sanitaires le sont aussi.

Sens de l’itinéraire : Je conseille de parcourir cet itinéraire dans le sens St-Florent >> Ostriconi. On passe ainsi du moins au plus sauvage avec beaucoup de baignades les deux premiers jours. La troisième journée sera la plus forte en dimension rando, et la moins propice à la baignade.

J1 : St-Florent >> Saleccia 5hoo de marche environ.

La première difficulté sera de trouver le départ du sentier. On démarre sur la petite route de l’école de voile puis par une piste dans le maquis. On rejoint le sentier du littoral au niveau de l’Anse de Fornali.

Le sentier est sans difficulté jusqu’à la traversée à gué de Fiume Santu. Là je conseille fortement de poser les sacs et de faire tâter le terrain par un éclaireur. Il faut traverser au niveau des piquets avec le sac sur la tête car on a de l’eau à la taille. Planquez vos portables, l’eau de mer ne pardonne pas. Lors de notre traversée nous avons essayé de traverser plus en amont et nous nous sommes malheureusement enfoncés dans les algues. Tremper son sac à dos au départ d’une rando de trois jours est dur à encaisser...

On passe la pointe de Punta Mortella et sa tour, puis on arrive à la plage de Loto (navettes bateau depuis St-Florent). La plage est belle mais très fréquentée en été. On trouvera une paillote le long du sentier (ravitaillement en été). Pour Saleccia, je conseille de prendre le sentier du littoral, plus joli, mais deux fois plus long que le sentier direct, et la traversée de la plage sera un peu pénible dans le sable avec les sacs à dos.

Camping de Saleccia : on y vient en voiture par une piste moyenne de 13km. Bar sympa avec bière à la pression et petite échoppe pour ravitaillement. L’eau est potable. Douches.

J2 : petite étape de Saleccia à Ghignu avec de magnifiques endroits pour se baigner. Comme il n’y a que 2h30 de marche il faut en profiter.

Le sentier démarre à l’extrémité de la plage et se poursuit agréablement jusqu’à Ghighu. Un passage en sable pénible vers la fin.

Paillers de Ghignu : On y vient également par une piste mais en 4x4 taillés pour l’aventure. Sanitaires et douches. Eau non contrôlée. Douches. Pas de ravitaillement. Réservation obligatoire par internet. 12€ la nuit. J’ai vu quelques matelas dans certaines baraques, mais on est censé amener le sien. Petite plage sympa pour se baigner. les paillers n°9 et 10 sont proches des sanitaires et de la mer. Quelques taureaux en liberté entre la mer et les paillers. Ce sont de petites bêtes mais il parait qu’il vaut mieux ne pas trop s’approcher.

J3 : Ghighu >> Ostriconi. 6hoo de marche environ.

C’est l’étape la plus sauvage avec de très beaux endroits et d’autres plus austères où l’on trouve la dimension du "désert". La côte de granite rappelle des coins de l’océan. Pour se baigner, l’accès est plus difficile et je conseille de se prémunir de chaussures protectrices.

L’Anse de Malfacu est particulière avec sa petite forêt d’eucalyptus, ainsi que l’ascension - un peu pénible car terrain sableux- d’un col vers le Monte Orlandu, avant la descente en ambiance aride vers la cala di Vana (baignade à nouveau facile). On trouvera un changement dans la nature des roches. Le granite devient plus compact en descendant vers la côte.

À partir de ce point, on évolue presque toujours dans le sable et je conseille de quitter la piste finale (qui amène très loin vers la route) pour la plage de l’Ostriconi. Une facile traversée de gué permet de rejoindre à travers champs le camping de l’Ostriconi (bar/restaurant/piscine).

Retour à St Florent

Il y a une navette pour le retour à St Florent (3 rotations par jours en été, jusqu’au 15/20 septembre environ).

Dernière modification : 16 mai 2018
Pinerole (1951m) par la forêt de Forca

A propos

Auteur de ce topo :

Site web : test-materiel-outdoor

Les Monts du Forez ont usé mes premiers godillots, puis les Pyrénées (Balaitous 1er 3000). Les calanques et le Verdon ont occupé tous mes WE des années 90 avec les boucans de Marseille ;-) Et puis sont venues la passion de l'image avec des vidéos... et les tests de matériel.

Topo publié le 10 septembre 2016

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

  • par Le 10 septembre 2016 à 12h56

    T’as pas dû tester des duvets pour hivernales...
    C’est très beau !

  • par Le 10 septembre 2016 à 14h09

    Salut Alain !
    Non en effet ! La chaleur de ce début septembre caniculaire a été le plus difficile, et ce, malgré la baignade. J’avais un sac un peu lourd pour cause de tente/matelas/duvet et 3 litres d’eau. Mais heureux d’avoir effectué cette petite traversée dépaysante.

  • par Le 17 septembre 2016 à 07h36

    Salut Paul, çà change des hauts sommets alpins, mais çà a son charme.

  • par Le 17 septembre 2016 à 09h48

    Bonjour Thierry,
    Oui c’est une rando dépaysante.

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !