Le Pilat Sortie du 18 mars 2012

Sortie réalisée le 18 mars 2012.

ACCÈS et ITINÉRAIRE : Consulter le topo

Mont Pilat : boucle au départ du Collet de Doizieux : Rocher de Dentillon (996m), Crêt de l'Œillon (1364m), Chaux de Toureyre (1292m).

Conditions météo

Très belle journée, températures douces.

Récit de la sortie

Accès

De la Grand-Croix, village de la Vallée du Gier, on remonte la petite vallée du Dorlay. On passe à St-Paul-en-Jarez et on continue jusqu’à la Terrasse-sur-Dorlay.

Dans le village, prendre une route droite en direction de Doizieux et de la Croix du Collet (panneau). On passe sous la digue du Barrage du Dorlay. Au niveau du barrage, prendre à gauche la direction de la Croix du Collet (panneau).

On se gare sur l’un des grands parking de ce col, appelé aussi Collet de Doizieux à 946 mètres d’altitude.

Carnet de route

  • Carte : IGN TOP25 2933ET
  • Tracé IGN
  • Distance : 14,5 Km
  • Dénivelée : 740m
  • Horaire : 5h00

Proximité du Parcours Tir à l’Arc

La photo de la carte , donne les horaires de présence possible d’archers. L’itinéraire décrit longe le parcours sur 200m. Le danger est limité, les randonneurs et vététistes, sont toujours nombreux sur la route forestière de Neufond qui passe au-dessus. C’est la route en blanc sur la carte, direction "vers Croix de Montvieux".

On peut également descendre la D 63 sur 725m, pour reprendre le sentier avant la source.

DESCRIPTIF

Du Collet de Doizieux au Rocher de Dentillon

Gagner le parking inférieur (sous le lacet) du Collet de Doizieux. La route forestière de Neufond, part vers le nord-est, horizontale. A droite de cette route, un chemin descend, lui aussi, vers le nord-est. (photo)

Prendre ce chemin. Après 200m, on arrive à une bifurcation. (photo) Prendre à droite. Environ 150m plus loin, le chemin effectue un virage à gauche.

Au bout de 30m, une sente part sur la droite. (photo) C’est un raccourci. Le prendre, on revient sur le chemin principal. Prendre à droite, il remonte pour rejoindre la D 63.

Traverser cette départementale (photo) et prendre le chemin en face. A noter que 75m plus bas, on trouve un parking avec un bachat et une source connue pour son eau excellente. De nombreuses personnes, viennent "faire le plein" d’eau de source pour la semaine.

Remonter le chemin, qui rejoint la D 63 à la cote 1050. Toute cette partie (sauf le raccourci) est balisée blanc/jaune.

A la cote 1050, commence une route forestière rejoignant Pélussin. Autrefois ouverte à la circulation, elle est désormais interdite, sauf aux exploitants. Depuis plusieurs années, le revêtement n’est plus entretenu et elle se transforme peu à peu en piste. Prendre cette route, direction Chapelle de la Madeleine et Arboretum Forestier de Dentillon. (photo)

On va passer au-dessus de la chapelle et de sa mare, puis on continue cette route de 4,5km, jusqu’au pied du Rocher de Dentillon. On rencontre quelques croisement avec des pistes forestières, mais le bon itinéraire est évident. C’est celui qui est le plus plat, le plus large et avec des portions asphaltées.

Au pied du Rocher de Dentillon, on trouve un panneau informatif sur l’arboretum. A sa droite, un sentier monte au Rocher et sa cabane rudimentaire. Autrefois, perdue dans la forêt, elle est maintenant visible de loin. Depuis le grand nettoyage de décembre 1999 !

Panorama, table de pique-nique, emplacement pour grillades et table d’orientation. Les panneaux de l’arboretum ont disparu.

Du Rocher de Dentillon au Crêt de l’Œillon

Redescendre sur la route forestière et la remonter vers le sud, en sens inverse de l’aller, sur 175m environ, jusqu’au carrefour de la cote 978.

Prendre la piste de gauche, plein sud. (photo) Elle va contourner le Pic des Trois Dents par le sud. On rencontre plusieurs bifurcations. Toujours prendre la direction du Col du Gratteau, panneaux à chaque intersection.

A la cote 1045, un panneau indique, à droite, Pic des Trois Dents. C’est une option intéressante, qui rallonge le temps de la randonnée. (photo)

Au Col du Gratteau, longer la route vers le nord, jusqu’au chemin qui passe devant l’auberge et arrive au Col de l’Œillon.

Au col, traverser la route et laisser le large sentier qui monte au Collet de l’Œillon. Prendre plus à droite, au nord, un étroit sentier, balisé blanc/jaune et qui monte directement au Crêt de l’Œillon, en suivant le tracé d’une ligne EDF enterrée. (photo) En sortant de la forêt, le sentier contourne la base du chirat sommital par le nord, avant de le traverser.

Du Crêt de l’Œillon au Collet de Doizieux

Descendre au nord. Le sentier traverse le chirat sommital vers l’est, avant de reprendre une direction plein nord. On va suivre la ligne de crête, alternant les passages en forêt et les passages à découvert. Par endroits, souches et troncs couchés, nous rappellent la grande tempête de décembre 1999.

On traverse le Chaux d’Egallet, une éminence peu individualisée, on descend à la Tréve du Loup à 1219m, avant de remonter à la Chaux de Toureyre à 1292m.

Pour la descente finale, on peut suivre le balisage blanc/jaune, un parcours assez sinueux, ou rester sur la crête, parcourue par une sente raide et étroite. Celle-ci, très directe, coupe une piste, puis reprend entre les genêts, toujours raide, jusqu’au Collet de Doizieux.

La randonnée

En cette fin d’hiver, encore une journée douce et ensoleillée annoncée par la météo.

En route donc pour cette cabane de Dentillon, dont j’apprécie le calme et le panorama.

Je vais partir du Collet de Doizieux et passer par la Chapelle de la Madeleine, dont je ne me souviens plus à quoi elle ressemble.

Il y à quelques années, je descendais à Pélussin en vélo et je remontais par la route forestière qui passe devant la chapelle. C’était une route agréable et ombragée, peu fréquentée, idéale en vélo...à la montée. Pas à la descente, le revêtement n’ayant jamais été bien terrible. Mais maintenant, elle n’est plus entretenue et interdite. Son parcours à pied, permet de voir des sources, la chapelle, la mare.

J’arrive à la cabane à l’heure du casse-croûte. Tout est noyé de Soleil. Il n’y a personne, comme d’habitude. La table de pique-nique est pour moi !

Je domine le Rhône, le fleuve de mon enfance et je suis face aux Alpes. Vu d’ici, le grand fleuve ressemble à un long ruban bleu-gris, immobile. Les péniches sont rares. Le transport fluvial mériterait d’être développé. Mais c’est tout pour la route !

L’hiver s’en va et les brumes de vallées, bleutées, commencent à monter. Bientôt, les Alpes ne se montreront que très rarement. Et en général, seul le Mont Blanc arrive à émerger, se confondant avec un nuage, là-bas, dans le lointain.

Au retour, je vais prendre le chemin le plus facile, par le Col du Gratteau. On peut aussi passer par le Pic des Trois Dents. C’est un parcours que je connais bien. Et les Trois Dents, je les ai parcourues le 01 mars.

Au col de l’Œillon je vais prendre le chemin direct jusqu’au crêt du même nom. Je pensais, qu’étant plus haut, les Alpes se verraient mieux. Mais les brumes sont montées. Ah ! Pour la visibilité, rien ne vaut un bon -15°C !

Il me reste à parcourir l’intégralité de la crête jusqu’au Collet de Doizieux et qui passe par la Chaux de Toureyre.

C’est un très beau parcours. Un partie de la végétation sort de l’hiver avec des couleurs qui vont du jaune au roux, flamboyant au Soleil.

Les effets de la grande tempête de 1999, sont encore visibles. Souches, troncs à terre, d’autres encore debout, mais morts d’avoir été cassés par le vent en furie.

Je descends en compagnie d’un Lyonnais qui a fait la "Route des Crêtes". Nous prenons la sente raide qui dévale sur le Collet de Doizieux.

Encore une bien belle journée au Pilat.

Dernière modification : 30 mars 2012