Sortie du 15 août 2013 par michel Plateau d’Emparis et ses lacs par le Chazelet

Ce vaste plateau d’alpages, balcon surplombant la vallée de la Romanche, est un formidable belvédère sur les glaciers de la Meije qui s’étendent juste en face.

Vous consultez actuellement une sortie. Pour découvrir la carte, l’itinéraire et les infos détaillées, rendez-vous sur le topo de référence.

Topo de référence

Pour découvrir la carte, l’itinéraire et les infos détaillées, veuillez consulter le topo de référence

Conditions météo

Un temps radieux.

Une des plus belles journées de l’année !

Récit de la sortie

La traversée du plateau d’Emparis constitue une des étapes incontournables du Tour de l’Oisans par le GR54.

Chaque vallon de ce massif est une source d’émerveillement et l’envie de revisiter cette étape en famille devenait de plus en plus pressente.

Le paysage que l’on découvre est un poster « grandeur nature ».
Le plateau d’Emparis, c’est l’archétype de la montagne à vaches avec en plus deux lacs d’altitude de toute beauté.

L’un d’entre eux, le lac Lérié, se trouve près d’un rebord rocheux vertigineux. Le lac Noir, plus en retrait, devient un miroir bleuté où se reflètent les plus belles cimes de l’Oisans.

Départ du Chazelet, assez tôt, pour profiter de la fraicheur matinale. Le sentier serpente en lacets et les premiers rayons de soleil éclairent déjà les puissants glaciers de la Meije.

On atteint bientôt un téléski, pas très joli en été, mais le Chazelet demeure une station familiale à dimension humaine. Ses infrastructures restent modestes, aux antipodes des " usines à ski ".

Un peu plus haut, le plateau est un site classé.

Bien que protégé des assauts de la civilisation, l’endroit semble trop fréquenté pour surprendre un chamois et le caprinae préfère sans doute migrer vers des lieux plus tranquilles.

Indifférentes à notre présence, de nombreuses vaches déambulent ça et là et paissent en toute quiétude.
Il me semble même reconnaître la vache Milka sur fond de pâturage alpin.

On traverse un plateau d’alpages légèrement vallonné. Le lac Lérié , enchâssé au milieu de petits escarpements rocheux, nous fait rapidement oublier tous les efforts consentis pour l’atteindre.

Des paillettes étincelantes brillent à la surface de ses eaux limpides.

Quelques randonneurs plient leur tente, ils viennent de passer la nuit au bord du lac.
Loin des stations à gogo et des hôtels cinq étoiles, ici la nuit se passe à ciel ouvert et les étoiles se comptent par milliards !

Après une petite pause, on continue le périple en se demandant si le second lac pourra soutenir la comparaison. On ne sera pas déçu, même si le lac Noir est très différent du premier.

Les reflets sont à l’honneur, seule une brise d’infortune vient troubler le spectacle.

On quitte ce beau site où les cimes de l’Oisans se découpent sur fond de ciel azuré, puis commence la descente vers les lacs Cristallins qui déclinent en lagunes.

Vers 2275m, une sente oblique au nord-est et permet de boucler l’itinéraire sans descendre vers le Rif Tort.

  • J’avais envie de faire un petit crochet en direction du Gros Têt afin de réaliser quelques clichés du massif des Grandes Rousses et de l’ensemble du plateau. Nous devions donc nous rejoindre au Col du Souchet.

Après la jonction, il ne nous restait plus qu’à descendre sur le Chazelet par l’itinéraire de montée.

Au départ du trajet, un poteau indicateur signalait la présence de troupeaux et recommandait de tenir son chien en laisse.
Pourtant, je fus surpris de voir que la plupart des chiens croisés jusqu’alors trottaient en toute liberté.

C’est probablement ce qui attira mon attention lorsque je vis fondre sur moi un molosse, celui-ci était attaché et semblait vouloir en découdre.
Le puissant canidé, faisant fi de la pente, tractait son maître qui tentait de garder la maîtrise du tandem.

Un instant je pensais avoir reconnu Galice. Mais le temps de l’hésitation suffit à mettre hors de portée le duo improbable.

Le bougre ne réagissait pas à mes appels, dès lors, il ne me restait plus qu’à remonter une bonne partie du sentier en courant !

Certes le monde est petit, mais la rencontre avec Befakali fut tout à fait fortuite. ( Voir le récit du topo associé )

J’ai eu le plaisir de croiser Fabien et son fidèle compagnon Galice, le plus célèbre duo d’AltitudeRando, le Rintintin des montagnes !

Dernière modification : 10 septembre 2013

A propos

Auteur de cette sortie :

Marcher en montagne : "je suis bien là, où je me dois d'être. C'était la question cruciale de la vie. La plus simple et la plus négligée." Sylvain Tesson

Randonnée réalisée le 15 août 2013

Publiée le 10 septembre 2013

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Afficher les commentaires précédents (11).
  • par Le 11 septembre 2013 à 19h49

    Superbes photos et surtout excellent récit de notre rencontre fortuite. Galice quant à elle, est fière comme Artaban d’être comparé à son idole Rintintin ;-)

  • par Le 11 septembre 2013 à 21h23

    C’est quand même marrant ! Le monde est petit !

  • par Le 11 septembre 2013 à 21h43

    Je ne sais pas s’il y a des précédents ?
    En tout cas, ce fut un plaisir de croiser Fabien. Son chien est incroyable, il se roule à la commande et semble joyeux de vivre ! Mais ne dit-on pas, tel chien, tel maître !

  • par Le 11 septembre 2013 à 21h59

    Oui, il me semble qu’il y a eu un précédent avec Alain qui a rencontré un autre auteur (le nom m’échappe) sur un rando dans le Sud.

  • par Le 11 septembre 2013 à 22h22

    Oui Vince c’était marrant et sympa de rencontrer Michel si loin de nos bases....d’aucun dirons qu’il n’y a que les montagnes qui ne se rencontrent pas !

    Pour le précédent, il me semble que c’était avec Agarock à la Sainte Victoire, mais Alain ne manquera ne nous confirmer ça.
    D’ailleurs je me suis souvent dit qu’un jour, peut être, je finirais par rencontrer Alain, tellement son champ d’action est étendu. J’avais aussi pensé à Michel qui aime bien aller dans des coins où je crapahute moi aussi (bien que ces sorties soient bien plus sportives que les miennes en général).

    Concernant le caractère de Galice, c’est joie de vivre et caractère bien trempé ...finalement un peu comme son maitre. Je vous raconte pas la vie qu’elle me fait quand elle me voit votre préparer tout mon barda pour partir en montagne. Sans parler de la vie qu’elle m’a fait après avoir été reconnu par Michel.....tout le long de notre retour en Provence, elle se targuait d’être une vedette, une star...bref elle a pris un peu la grosse tête et depuis elle roule les mécaniques en rando !!!

  • par Le 11 septembre 2013 à 23h06

    Effectivement, j’ai rencontré Agarock au pied de la Ste victoire. Même parking, même jour, même heure, même itinéraire projeté parmi tous ceux qui sont possibles de ce point de départ.

  • par joseLe 3 octobre 2013 à 21h06

    Bonjour,
    pouvez vous me donner la marque de votre appareil de photos s’il vous plait ? Merci

  • par Le 3 octobre 2013 à 22h29

    Bonjour Jose,
    L’appareil que j’ai utilisé pour toutes mes photos (sauf le topo du Mont Rose) est un Panasonic Lumix Lx3.

  • par JoseLe 5 octobre 2013 à 00h13

    Bonjour, merci pour l’information. Parmi les 12 photos, laquelle est celle du Mont Rose ? ...

  • par Le 5 octobre 2013 à 01h00

    Hé c’est pas vraiment le même secteur ! :)
    Je parlais des autres topos bien sûr.
    à bientôt.

  • par JoseLe 5 octobre 2013 à 12h57

    Merci pour l’information. Je n’arrive pas à comprendre comment avec le modele Lx3 vous avez pris la photo "Vue étendue sur les glaciers de l’Oisans". L’ouverture maximale est de 16:9 sur la Lx3 ....

  • par Le 5 octobre 2013 à 13h48

    Le problème en photographie de montagne, c’est qu’il est difficile d’avoir toute la gamme angulaire en se trimbalant une surcharge raisonnable. J’ai donc fait le choix d’un appareil limité en zoom mais très performant et léger. Sous ses airs modestes, le LX3 est en fait un compact haut de gamme. Le grand angle 28mm est assez commun, mais sa focale2 ultra-lumineuse et la taille de son capteur permettent de rivaliser avec un reflex dans certains domaines. AltitudeRando propose un grand nombre de clichés, les photos sont donc compressées. (Perte de définition)
    Les formats sont 4/3 3/2 et 16/9 en effet, les panoramas sont conçus avec un logiciel dédié.

  • par JoseLe 6 octobre 2013 à 12h46

    Merci pour l’information….

    Je embêté, je ne trouve plus la LX3 (car le modèle a été arrêté). Le nouveau LX7 semble avoir une meilleure optique et un capteur plus petit mais plus performant, cependant l’angle d’ouverture est de 24 au lieu de 28 mm. Panasonic est en train de privilégier de plus en plus le piqué réel des photos en détriment des angles d’ouverture. C’est dommage..

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !