Ouille Allegra (3130m) par la Frête Sortie du 24 août 2014

Pour la carte et l’itinéraire détaillé, veuillez consulter le topo

Auteur : (Avertissements et Droits d'auteur)

Un magnifique 3000, relativement "facile" profitant d'une vue exceptionnelle sur les géants de Haute-Maurienne, les plus grands sommets de Vanoise, le Mont Blanc, et avec en toile de fond les Ecrins et les aiguilles d'Arves.

Conditions météo

Beau temps, ciel se voilant en fin de journée.

Récit de la sortie

L’été n’étant pas clément cette année, pas mal d’ascensions que j’avais prévu sont tombés à l’eau. Mais pour ce dimanche, la météo annonce du beau temps du coté de Bessans et de la vallée d’Avérole. Dans ma liste des premiers 3000, j’ai de coté l’Ouille Allegra, un beau sommet pour découvrir le secteur de la Haute-Maurienne.

Au matin, les nuages couvrent déjà les Bauges, la Lauzière et Belledonne, mais je décide quand même de m’enfoncer en Maurienne dont je ne suis pas allé plus loin que Saint-Michel-de-Maurienne. En arrivant vers Modane, les environs sont bien dégagés, ça fait bien plaisir de trouver un peu de beau temps.

Le soleil m’accompagnera jusqu’à Bessans. Je continue à la sortie du village pour aller chercher la petite route qui s’enfonce dans la vallée d’Avérole dominée par l’impressionnante pointe de Charbonnel. Je me gare au grand parking des Vincendières.

Il est passé 12h30 quand je me mets en marche ! C’est tard mais j’ai le soleil avec moi et il n’y a pas de nuage menaçant. Ça promet une belle journée ! Je gagne la piste qui monte à Côte Rouge, puis je prends directement le sentier. Maintenant, c’est l’Ouille d’Arbéron qui fait son apparition, quel beau sommet !

En moins d’une heure, j’atteins Côte Rouge et je continue vers la Frête, tantôt en suivant une sente, tantôt en hors-piste dans l’alpage. De la Frête, je profite de la belle vue plongeante sur Bessans et la vallée de la Maurienne. Puis, je continue vers le sommet de la journée.

Je croise deux personnes sous le petit col du Clapier Vert, puis un groupe d’une dizaine de personnes une centaine de mètres sous le sommet. La personne qui devait être le guide m’indique le chemin. Je lui demande si il y a encore du monde au sommet. Il me répond qu’il n’y a plus personne. Parfait... j’aime trouver un brin de solitude quand je pars seul en montagne.

Je ne suis pas le chemin indiqué et j’attaque droit dans la pente avant de regagner la crête juste sous le sommet. Les derniers mètres... et c’est l’énorme cairn ! Il est 15h15. J’ai encore du temps devant moi.

La vue est resplendissante avec ce grand ciel bleu ! Si la pointe de Charbonnel ne nous quitte pas depuis le début de la montée, l’Albaron, lui ne se dévoile qu’une fois arrivé au sommet. La vue porte jusqu’aux Ecrins, avec la Barre et la Meije, et aux aiguilles d’Arves. Au nord, s’étendent les plus grands sommets de Vanoise, Grande Casse, Grande Motte et Mont Pourri. Le Mont Blanc, aussi, que je n’ai pas l’habitude de voir de ce coté. Et l’aiguille de la Grande Sassière, le plus haut sommet "randonnable" des Alpes avec ses 3747m d’altitude (foulé par Valverco ce jour-là !). Encore un qui figure sur ma liste !

Je reste seul pendant une heure au sommet à contempler la vue, avant d’entamer la descente. Au petit col du Clapier Vert, je prends de l’autre coté et je descends vers le Plan de la Carca. Pause dans les alpages pour profiter encore du magnifique Charbonnel. Passage par la petite crête jusqu’à Côte Rouge. Puis retour vers 18h45 au parking avec le ciel qui s’est légèrement voilé.

Dernière modification : 25 août 2014