Crêt de Chalam (1540m) Sortie du 31 octobre 2015

Pour la carte et l’itinéraire détaillé, veuillez consulter le topo

Auteur : (Avertissements et Droits d'auteur)

Histoire, Géographie, Vie Montagnarde et Panorama Original entre Alpes et Jura.

Conditions météo

Beau temps ensoleillé c’est l’été indien en cette veille de Toussaint.

Récit de la sortie

La route est comme décrite dans le topo. assez étroite, le goudron est caché par les feuilles mortes et après le replat où je vais me garer on aperçoit la piste caillouteuse. La montée jusqu’au Crêt se fait dans un silence quasi "monacal" - on longe la Montagne des Moines - à peine troublée par le murmure du ruisseau.

Un peu plus loin je fais un petit détour pour voir la cascade des Etrès en aller/retour, puis revenu sur le chemin, je traverse son ruisseau sur une passerelle qui donne accès au chalet du Petit Mannet (900m). Je "grappille" dans le jardinet une petite tomate cerise qui s’est confite avec les premières gelées, un peu plus haut je passe devant un petit puits d’une source tarie à cette époque et aussitôt après devant les ruines de Grand Mannet (970m). Les angles de murs et appuis de fenêtres sont en pierres taillées ce qui indiquerait que les personnes y habitaient à l’année car maisons moins sommaires qu’un chalet d’alpage.

Le chemin devient bien pentu mais nous fait gagner de l’altitude assez rapidement ; au débouché de la clairière on aperçoit le sommet, des rondins de bois fixés au sol "facilitent" la progression — à voir, je ne les trouve pas très utiles. Sur la cime il y a 2 tables d’orientation avec leurs bancs et le banc de la "paix", la vue panoramique à 360° est originale avec en premier demi-cercle : la haute chaîne du Jura du Colomby de Gex au cirque de Roche Franche et, en arrière-plan, les massifs du Mont blanc, de la Vanoise, de la Chartreuse, puis en second demi-cercle du Grand colombier, plateau du Retord, Beaujolais, au massif Jurassien.

La descente vers le site de La Borne Du Lion s’effectue par un sentier assez gras et boueux — les marcheurs en ont créé un parallèle pour éviter de glisser (ou de se crotter). Cet endroit est chargé d’histoire, maquis, frontière, vie rurale et tourisme. Au chalet Romans Petit — du nom du chef de réseau — ancien poste de commandement, et malheureusement hôpital de campagne, il y a des panneaux de lecture qui relatent tous ces faits historiques, des monuments aux morts et aussi plus "convivial et pratique" des tables et bancs sous abri.

La borne se trouve en contrebas, même si elle ne délimite plus les 3 empires (son ancien nom) Savoie, Royaume d’Espagne et France, elle est la limite entre les départements de l’Ain et du Jura. On peut descendre plein Est pour rejoindre le sentier de descente, mais j’ai préféré profiter du soleil et faire une boucle supplémentaire.

Je suis allé vers la stèle du Maquis et ai poursuivi sur le GR/GTJ, belle piste en terre très fréquentée par les "vététistes" et après 5 min de montée on passe par le col du Crêt du Merle (frère jumeau du Crêt de Chalam à 15 min de là).
Une descente en pente douce nous conduit au lieu-dit Les Closettes en une vingtaine de minutes, via Le Moine, il y a 3 chalets et celui au centre avec ses 4 fenêtres au rez-de-« chaussée » et les 4 autres à l’étage est une ancienne école, cette bâtisse devait être très lumineuse.

Cette école a fonctionné de 1888 à 1920 accueillant jusqu’à 40 enfants, dont certains se déplaçaient à l’aide des cercles (forme de raquettes à neige).
Sur la face opposée à la route, en plus de 4 autres fenêtres à l’étage, il y en a 2 en bas avec 2 portes d’entrée, qui donnent sur une « petite » cour de récréation (quoique toute la montagne était leur cour), une petite niche au mur qui devait abriter une lampe ou bien la cloche pour les inviter à rentrer.

Je fais demi-tour, à l’arrière du chalet voisin — en cours de rénovation — et constate qu’une date de construction contemporaine à l’école est gravée au dessus de la porte, je descends dans la combe suivante par un chemin au centre des prés, parvenu presque en bas on distingue le chemin à droite, à l’horizontal et à flanc de montagne. On passe au dessus du ravin qui surplombe le ruisseau, c’est pas le moment de marcher sur ses lacets.

Au bout on arrive au moulin de Magras (1210m), en contrebas du site de la Borne au lion, on le contourne par un chemin de caillebotis puis c’est la descente sur Chézery, d’abord par un chemin en lacets, puis par une piste assez large et l’on rejoint la route goudronnée.

Du hameau de Noirecombe part un sentier qui nous conduit au pont de Chézery qui était la ligne de démarcation dès 1940 entre la zone libre et celle occupée par les Allemands. On passe les "Services Techniques" lieu de l’ancienne gare du tram, son ancienne voie passe à gauche de la route D14, où il subsiste des poteaux bétons, souches des poteaux bois qui soutenaient les lignes aériennes, encore un peu de Bitume à Forens et on retrouve la chemin du départ et son véhicule.

Dernière modification : 1er novembre 2015