Topo de référence

Pour découvrir la carte, l’itinéraire et les infos détaillées, veuillez consulter le topo de référence

Conditions météo

Nuageux, puis de plus en plus clair

Récit de la sortie

Il n’y avait pas grand monde à 8h au départ du parking des Glovettes. Il faut dire que, comme depuis près d’un mois, les sommets sont enveloppés d’une masse cotonneuse qui n’incite pas à aller fricoter avec les cimes. La première montée, en sous-bois, permet de voir que si le Col Vert est plus ou moins dégagé, le Pas de l’Œille semble bien bouché. Tant pis, je me dirige dans sa direction, en passant tout d’abord par la Bergerie de la Fauge afin de rejoindre la Combe Charbonnière.

Dans ce pierrier ardu, c’est tout d’abord un chevreuil qui se manifeste, et déguerpit sous le regard paisible d’une marmotte affalée devant son terrier. La montée se fait plus raide, mais de nombreuses pauses "animalières" s’imposent, un groupe de jeunes bouquetins déambulant juste au-dessus de moi (et faisant par la même occasion tomber de nombreuses pierres). Arrivé en haut de la combe, je vois à quelques mètres le père bouquetin et ses grandes cornes qui, semble-t-il, surveille ses rejetons.

Quelques minutes plus tard, je retrouve le groupe de cabris dans le pierrier menant au Pas de l’Œille. Ils s’amusent, gambadent, et s’ils refusent de se laisser approcher de trop près (pas moins d’une quinzaine de mètres), ils vaquent à leurs occupations sans trop se soucier de ma présence. Deux jeunes mâles testent leur autorité, les bois s’entrechoquent, c’est un véritable spectacle.

Je poursuis ma route vers le Pas de l’Œille. J’atteins les nuages vers 1900 m, et trouve quelques névés sous les pentes finales. Arrivé au pas, la vue est complètement bouchée, à l’exception de celle d’un jeune bouquetin, couché sur un rocher surplombant le Pas. Je me hasarde dans le versant ouest, mais un gros glaçon en bouche l’entrée, et la terre mouillée et glissante ne m’incite pas à tenter la descente dans ces conditions.

Tant pis, je retourne sur mes pas, salue de nouveau les bouquetins, puis me dirige vers le Col Vert, que j’atteins après environ 1h de marche. Au col, la vue est également bouchée, mais c’est le soleil qui règne désormais côté Villard-de-Lans. L’endroit rêvé pour une longue pause, avant de redescendre aux Glovettes via la Cabane de Roybon. Au final, une longue boucle qui, bien qu’inachevée, permet de profiter des beautés printanières du Vercors.

Dernière modification : 12 juin 2016

A propos

Auteur de cette sortie :

Installé depuis 2009 en Chartreuse, je ne me lasse de ces découvertes montagnardes qui éblouissent les yeux et remplissent l'âme.

Randonnée réalisée le 11 juin 2016

Publiée le 12 juin 2016

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !