Pointe de la Blonnière (2369m), l’arête à Marion. Sortie du 8 juillet 2017

Pour la carte et l’itinéraire détaillé, veuillez consulter le topo

Auteur : (Avertissements et Droits d'auteur)

Conditions météo

Beau temps, chaud, se couvrant et tournant à l’orage en soirée (mais on était redescendu).

Récit de la sortie

Départ matinal de Lyon.

Arrivée au Col des Aravis vers 08h40 et mise en route rapide. Pas d’ambigüité, c’est tout droit dans la pente. On arrive au pied de l’arête assez vite tellement ça grimpe raide.

On s’équipe avec baudrier et quincailleries (enfin surtout mon premier de cordée, moi je me fais trainer). On grimpe avec les chaussures de randonnée. Plusieurs cordées sont devant qui nous montrent la voie.

Aucun souci, il y a des spits partout. Y’a qu’à les suivre. Le chef part et je suis. Il tire quelques relais quand il n’a plus de dégaines, sinon c’est à corde tendue. Bonnes prises et équipement béton.

Au final, difficultés modérées. C’est plus impressionnant que difficile. Moins de gaz et bien plus simple que l’arête du doigt à la Pointe Percée, mais belle ambiance et très beau ! Dalles magnifiques sur la fin, qui semblent lisses mais qui se passent très facilement comme une échelle en utilisant les cannelures et les sculptures du rocher splendides.

On atteint le sommet vers 13h00. Plus personne à part 4 gypaètes qui nous survolent. Le Mont Blanc est bien couvert, l’orage est annoncé pour la soirée.

La descente jusqu’au col se fait sans problème, c’est après que ça devient pénible. Cette combe est interminable et usante. C’est raide et pas très stable. Au final la descente est la partie la plus compliquée !

Retour voiture 15h00 et départ pour la fournaise. Déjà 32°C à la Clusaz et bien 36°C à Lyon.

Dernière modification : 11 juillet 2017

Photos « Pointe de la Blonnière (2369m), l’arête à Marion. »

Le Mont Blanc est déjà couvert Départ C’est parti Les cordées précédentes sur l’arête Les cordées précédentes sur l’arête Comme sur une échelle Les cordées précédentes sur l’arête Les sculptures si particulières de la roche Ca se bouche ? La suite sur l’arête proprement Dans le rétro, le Col des Aravis tout en bas Sur l’arête Ca c’est moi Ha ! pas peu fier Votre serviteur... Dalle sommitale, bien plus facile qu’il n’y parait Dans le rétro Le massif du Mont Blanc C’est fini... reste le plus dur, descendre ! L’Etale, pas très engageant sur ce versant Les Aravis vu du collet : Aiguille de Borderan, Pointe des Verres et la Roualle L’arête vue du ’chemin’ de descente