Aiguille Grise de Varan (2544m)

Difficulté :
Difficile
Dénivelé :
1100m
Durée :
1 jour

De la rando bien " dré d'en l'pentu ". Un peu d'escalade sans matériel spécifique, enfin une jolie rando comme je les aime. – Auteur :

Accès

Départ  : normalement le départ se fait du parking du Coudray (1112 m), on a triché et monté en 4x4 jusque vers 1450 m à une vingtaine de minutes du refuge de Varan.

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Carte IGN : 3530 ET Samoëns.

Temps : 4h45 l’A/R (pause ½ heure).

Dénivelé : 1110 m environ (à ajouter 340 m au départ du Coudray).

Difficulté : en partie terminale on a besoin des pieds et aussi des mains pour progresser. Il faut donc mieux maîtriser un minimum de technique d’escalade. D’autant plus que cette sortie se fait en A/R par le même itinéraire. Pour ceux pas trop sûrs d’eux, un morceau de corde de 15 à 20 m pourra leur rendre service, sous réserve que l’un d’eux au moins sache grimper seul pour accrocher la corde (points d’assurage en place).

En premier lieu, monter au refuge de Varan. Ce sera la partie la moins montante bien qu’il n’y ait pas beaucoup d’endroit de récup.

Au refuge, traverser la terrasse et gagner le bassin derrière les chalets. Un panneau vous indique la direction du Col de Barmerousse en 2 h 00. Ne vous y fiez pas trop, vous devriez mettre bien moins longtemps pour parvenir à ce col.

Dans cette montée au col, bien soutenue du bas jusqu’en haut, nous avons fait une petite variante, un peu plus technique mais bien plus sympa que le classique chemin bien tracé de très nombreux points rouges. Au fait, ne cherchez pas cet itinéraire sur la carte IGN, il n’y a qu’une vague trace de sente en partie basse puis plus rien, mais sur le terrain, vous ne pouvez vous perdre.

Donc, concernant notre variante, il faut prendre la seconde sente virant à droite (à la première il y a un vieux panneau indiquant Frioland à peine visible), alors que les points de peinture rouge sont sur la sente principale qui serpente dans le sens de la pente.

Cette seconde sente débute par une traversée à flanc avant d’obliquer à gauche dans une cheminée où les mains sont souvent bien utiles pour progresser. Pour ceux pas trop sûrs d’eux, rangez vos bâtons dans les sacs. Pour les autres, conservez-les dans une main, çà passe pas trop mal comme çà.

Au sommet de la cheminée, la sente est très peu marquée avant de la retrouver avec un marquage à la peinture jaune pour finalement retrouver le marquage en points rouges.

Au col de Barmerousse les indications suivantes sont peintes sur les rochers : Aiguille de Varan - Platé et Chalets de Varan.

Prendre la direction Aiguille de Varan. Une petite remarque, rien ne vous indique que vous êtes au Col de Barmerousse, mais vous y êtes bien pourtant.

Suivre donc cette sente assez bien marquée jusqu’à la crête puis une vire herbeuse se dirigeant sur votre gauche. En fin de vire, vous pouvez laisser vos bâtons dans un coin, ils ne vous serviront pas pour le reste de la montée.

Vous êtes devant la première cheminée. Elle se monte sans trop de problème, autrement attendre que le plus technicien de la grimpe vous lance la corde.

À la sortie de cette première cheminée, rester sur cette face en obliquant à droite sur une courte distance avant de reprendre à main gauche une seconde cheminée.

Vous êtes presque arrivé au sommet qui se trouve sur votre droite.
Après le classique tour d’horizon, ne reste plus qu’à descendre par le même itinéraire. Pour ceux ne maîtrisant pas la désescalade la corde sera utile, pour les autres çà se descend bien. Personnellement j’ai trouvé la descente plus facile que la montée.

Une fois au col de Barmerousse nous sommes descendus par l’itinéraire normal.

Descente aussi raide que la montée, m’enfin il faut bien regagner la vallée.

Dernière modification : 16 août 2018
Passage du Dérochoir (2220m) - Col de la Portette (2354m) - Chalets de Platé (2032m)

A propos

Auteur de ce topo :

Site web : Le Blog du Mich

Veuf, retraité et heureux de l'être, qui, à chaque occasion parcourt nos belles montagnes, seul ou avec ma compagne. Si je ne suis pas en montagne, c'est que je suis occupé avec mes petits enfants, tâche bien agréable.

Topo publié le 27 août 2008

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !