Abonnez-vous à notre newsletter !

Circuit de Monedeyres (PR 199) - Neck de Queyrières (1177m), mont Chabrier (1230m), Montivernoux (1374m)

Difficulté :
Facile
Dénivelé :
340m
Durée :
3h00

Un circuit au départ de Queyrières, étonnant petit village perché, blotti autour d'un neck, une ancienne cheminée volcanique. Deux autres montagnes volcaniques peuvent être gravies hors circuit. Ces volcans sans cratères dont les dômes semblent posés sur le plateau constituent un paysage unique en Europe. – Auteur :

Accès

Village de Queyrières, accessible d’Yssingeaux par la D152 ou de la D18 qui relie le Pertuis et Saint-Julien-Chapteuil.
Parking et panneau des randonnées à l’intersection de ces deux routes, au nord-est du bourg.
Départ possible du chalet du Domaine nordique du Meygal (liaison de 800m AR).

Publicité

  • Sac de Couchage - Questar HD - (...) PROMO

    295 € 267 €

  • Veste de protection pour l’alpinisme (...)

    700 €

  • Chaussures de Randonnée - Homme - (...)

    209 €

  • Sac à dos de randonnée/trekking homme (...) PROMO

    280 € 240 €

Précisions sur la difficulté

  • La classification "Facile" ne concerne que le PR199, les sommets sont plus difficiles
  • Deux traversées de la peu fréquentée D18
  • Entre la Roche et Queyrières un sentier est très boueux, une autre solution est proposée

Les infos essentielles

  • Carte IGN : IGN TOP25 2835 OT Le Puy-en-Velay / Yssingeaux
  • Altitude minimale : 1011 m
  • Altitude maximale : 1287 m
  • Distance : environ 8,7 km
  • Horaires : environ 3h00
  • Balisage
    • jaune
    • quelques balises PR199

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

De Queyrières à Monedeyres

Du parking, gagner le centre du bourg et le traverser en passant devant la mairie et l’église.

Descendre la petite route sous le bourg et, dans la courbe, prendre un chemin à droite, sud-ouest.

Traverser la D18, poursuivre la descente.

À la première maison du hameau de la Chaud, prendre à gauche, sud-est. Maintenir ce cap jusqu’à la sortie du hameau.

Atteindre un carrefour près du hameau du Mas. Tourner à droite, sud-ouest.

500m plus loin, dans un virage, prendre un sentier à gauche, sud, balise du PR.

Descendre traverser la Sumène ; à 1km de sa source elle n’est encore qu’un filet d’eau.

Remonter jusqu’au hameau de Monedeyres.

De Monedeyres à Queyrières

Traverser le hameau vers la gauche, nord ; le four à pain se situe à 50m à droite.

Passer devant "l’église" et la maison de la béate, balise du PR, monter à droite, est. Rejoindre la D152, pancarte Mont Chabrier.

  • "L’église" non consacrée, à une histoire
  • L’écrivain Jules Romains, né au village voisin de Saint-Julien-Chapteuil s’en inspira pour sa pièce Cromedeyre-le-Vieil (1920)

30m plus loin, prendre le chemin de gauche, nord-est, balise du PR.

60m plus loin, monter à droite, est, passer devant un réservoir.

Rejoindre une piste (point A), la suivre à gauche, est, passer devant un captage. Ignorer un chemin agricole à droite, prendre celui de gauche, même cap.

Le chemin s’oriente au nord. Quelques mètres après un captage situé à droite, prendre un sentier à droite, est, cairns.

Parfois peu visible, ce sentier remonte un vallon occupé par un chier (pierrier) long de 600m.

Atteindre la route forestière ouest du Meygal, balise du PR, cote 1272.

Prendre à gauche, nord, sur 50m. Prendre un sentier au départ peu visible, gauche, ouest, marque de balisage, à 10m dans la forêt.

Traverser la D18 à la cote 1266. Monter la piste en face, nord-ouest, trait jaune absent.

Au carrefour de la Banque, prendre à gauche, sud-ouest, balise du PR.

Rejoindre une petite route au hameau de Raffy. Aux maisons, prendre la route du bas.

À la sortie, balise du PR, continuer tout droit, ouest, direction le Pertuis.

Un chemin prolonge la petite route (point B).

Dépasser la maison de la Roche et atteindre le carrefour de la cote 1185, balise du PR.

Descendre à gauche, sud-ouest. Le sentier arrive directement au parking.

  • En août 2019, ce sentier était un abominable bourbier !
  • Dépasser la balise de 30m et descendre à gauche pour revenir à Queyrières, en rouge sur fichier kml

LES SOMMETS

Neck de Queyrières

  • Accès difficile
  • 10’ AR
  • En violet sur fichier kml

Courte ascension qui peut être dangereuse si la roche est humide.

Dans le bourg de Queyrières, franchir le muret entre la fontaine et la mairie.

Suivre la sente et remonter les rochers du versant ouest en s’aidant parfois des mains.

Mont Chabrier

  • Distance : + 1 km AR
  • Dénivelée : + 100 m
  • Accès moyen mais final hors sente
  • Horaire : 30’ AR
  • En marron sur fichier kml

À Monedeyres, une pancarte indique Mont Chabrier. C’est la seule !

Après Monedeyres, à la jonction avec la piste (point A) prendre à droite, sud-ouest.

90m plus loin, cote 1128, remonter à gauche, est, un sentier bordé de murets.

En haut de la côte, prendre à droite, sud-ouest, atteindre le sommet au mieux, pas de sente, pas de ronces, mais chablis pénible, vue limitée.

Montivernoux

  • Distance : + 2 km AR
  • Dénivelée : + 130 m
  • -* Accès difficile
  • Horaire : 1h30 AR
  • Au début, sentiers non cartographiés sur iGN 2019
  • En jaune sur fichier kml

Après le hameau de Raffy, quand un chemin prolonge la petite route (point B), monter le sentier de droite, nord ouest, balisage VTT à contresens.

Dépasser une maison. prendre à droite. Quelques mètres plus loin, dans le bois, prendre à gauche, balisage VTT à contresens.

Atteindre l’intersection avec un chemin montant de la gauche.

Prendre à droite, marques de peintures blanches sur les arbres (limites de parcelles) et muret de pierre.

Remonter en suivant ce muret, tantôt à droite, tantôt à gauche, une sente est parfois visible.

Près de la lisière de la forêt, tirer à gauche pour atteindre le pierrier sans zones de genêts.

Traverser le pierrier vers la droite, est, en passant sous les falaises.

Contourner cette falaise pour remonter un étroit pierrier jusqu’à son origine.

Monter à gauche pour atteindre le sommet des falaises qui réservent un magnifique point de vue du nord-ouest au sud-est.

Plus élevé de quelques mètres, le "vrai" sommet ne présente aucun intérêt, couvert par un bois presque impénétrable.

Dernière modification : 2 septembre 2019
Le Neck de Queyrières (1177m), en boucle par le Pertuis - Suc du Pertuis (1095m) et Suc du Ranc (1256m)

Sensibilisation

Pour une montagne plus propreLe milieu que vous allez traverser durant cette randonnée est fragile. Faites attention à la flore et ne dérangez pas la faune locale. Rapportez vos déchets chez vous et ramassez aussi ceux que vous trouverez. Vous soutiendrez ainsi le mouvement KeepTheMountainsClean

A propos

Auteur de ce topo :

Randonnée réalisée le 31 août

Topo publié le 2 septembre

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Afficher les commentaires précédents (5).
  • par Le 8 septembre à 13h36

    Bien vu le commentaire de la N°12 !!!

    Est-ce là le nec plus ultra des paysages du coin ?

  • par Le 8 septembre à 15h30
  • par Le 8 septembre à 19h43
  • par Le 9 septembre à 08h27

    Bonjour
    Le lien était déjà dans la partie en italique du 2ème paragraphe.

  • par Le 9 septembre à 20h31

    "Nec plus ultra" je ne sais pas, mais c’est au moins le Haut-Neck...(pas pu résister).

    Blague à part elle en jette cette structure. Tout le monde n’a pas ça dans son jardin ! Et la petite croix là-dessus a quelque chose de touchant.

    J’aime beaucoup aussi l’histoire de l’église de Monedeyres. Pour le coup nous voilà presque littéralement dans les querelles de clocher...

    Je suppose que "chier", "cheire" et "chirat" ont la même étymologie ?

  • par Le 9 septembre à 20h43

    Le Haut-Neck, je m’en veux de ne pas l’avoir trouvé !
    Querelles de clocher il y a eu.
    Pour les chiers, il n’est pas évident de trouver une réponse pertinente en interrogeant les moteurs de recherche...
    Chier et chirat ont bien la même étymologie.

  • par Le 16 septembre à 22h20

    @Courtepatte. Puiqu’il semble que tu t’intéresses à l’étymologie, quelques informations au sujet des "chiers".

    ___A.
    D’abord l’étymon est " cheir* ". Entre le 14e siècle (1340) et le 16e (1540), une mutation s’est effectuée : la dipftongue "ei" devient "ie".

    Dans le Dictionnaire d’ancien occitan Auvergnat : Mauriacois et Sanfloran de Philippe Olivier (trouvé dans une bibliothèque allemande ! ),, il est précisé :

    • cheir, chier (pronc. cher). 1. Amas, tas de blocs de pierre "per peyra preza et comprada per los senhors cossols per lodit bastiment de Vidal, alias Deodonat, l liquals peyra era en ung CHER davant l’ostal de Chailada en la Costa" (Comptes des Consuls de Saint-Flour (1384). 2. Tas (de pierres) "lodit jorn fos comprat d’aquel de Bozente 1 CHIER de peyra portada el bastiment (CCons Saint-Flour (1425).
      Synonyme "clapeir".

    On trouve "mosteir" (monastère) (1195, 1260, 1268, 1272) mais "mostier" en 1423 (Mauriac).

    De même "sisteir" (1195), "sester" ’(1388), (setier) ; "verdieir" (1195) (verger) ; "pelhissers" (1405), "pelhiseir -(1262), "pelhisser" (1405) (pelletier) ; "teissers" (1195), "teisseir" (1195), "tiseir"" (1275), "teyser" (1455) (tisserand) deviennent :

    "sestier" (1420) ; "verdier" (1420, 1422) ; "pelhissier" (1434), pelissiés (1494) ; "teyssier" (1422).

    ___B.
    Souvenirs de la langue d’Auvergne, Essais sur les idiotismes, Francisque Mege (1861)

    " Cheire. — S. f. On appelle ainsi les champs de lave formée par la surface des coulées volcaniques modernes.
    L’aspect des cheires est très-remarquable ; et, tout d’abord, on est saisi du caractère triste et désolé que présente leur surface inculte où quelques herbes maigres et chétives et des broussailles rabougries, ne peuvent parvenir à cacher entièrement la teinte grisâtre de la lave. Cette surface est loin d’être unie. Elle offre une succession de monticules et de dépressions ; elle est presque toujours hérissée de rocs bizarres, contournés et scorifiés, de pointes, de dents et de cornes, de telle sorte qu’elle donne l’idée d’une mer violemment agitée qu’un phénomène imprévu aurait congelée et pétrifiée subitement.
    Les coulées ou cheires les plus remarquables du département du Puy-de-Dôme, sont : la coulée du Puy de la Vache, qui, en barrant le cours d’un ruisseau, a donné naissance au lac d’Aydat ; c’est cette coulée qui s’étendant jusqu’aux portes de Saint-Amand Tallende, avait valu à cette petite ville le nom qu’elle portait autrefois, celui de Saint-Amand la Cheire.

    — La cheire du Puy de Côme, un des plus grands volcans modernes de la contrée. Cette cheire est la plus étendue, la plus raboteuse, et, sans contredit, la plus curieuse de toutes. C’est sur un de ses points, non loin de Pontgibaud, que l’on rencontre les trous à glace, où la glace se forme au mois de juillet, d’autant plus abondamment que les chaleurs de l’été sont plus vives. C’est dans les mêmes parties de cette "cheire" que se trouvent aussi, près du domaine de Tournebise, les ruines ou vestiges de ce qu’on appelle les Chazalous ou le camp des Sarrasins. La tradition veut que ce lieu ait servi de refuge à une tribu de Sarrasins poursuivie et traquée par les troupes victorieuses de Charles-Martel.

    Citons enfin la cheire non moins intéressante de Brulavé ou de Volvic, dont la lave sortie du cratère de Nugère, est activement exploitée et employée comme pierre de taille, sous le nom de pierre de Volvic. "

    ___C.
    Le "Glossaire de mots particuliers du dialecte d’oc de la commune d’Albert (Puy-de- Dôme)" - 1912 indique comme prononciation pour "chèiro" : tsíro, tchíro

    ___D.
    Dictionnaire étymologique du patois Lyonnais, N. du Puitspelu, 1887-1890

    " CHIRAT (chirà), vleux lyonnais chierrat s. m. Forézien chirat chiratei chirei. — Amas de pierres granitiques désagrégées sous l’action du temps, et qu’on trouve sur nos montagnes. Par extens. toute espèce d’amas de pierres.

    Le pires s’in vant toujours u chirat, les pierres vont toujours au chirat, prov. pour indiquer que les richesses vont aux riches. "

    Origines (?)

    Origine celtique (pour les partisans du celte).
    Irlandais "cam", amas de pierres ; kymrique (dialecte gallois), gaëlique "carn", même sens et tumulus ; anglais. cairn, tumulus.
    Les celtisants ont conclu de la dénomination d’un grand nombre de lieux à un celte cair, pierre, ror, d’où les dérivations précédents, ainsi que le kymrique careg, pierre ; le forézien cher, chier, ser, rocher. De la forme chier est dérivé chierrat (vieux lyonnais). Chierrat s’est réduit à chirat. En Poitou on appelle chirons des tas de pierres énormes au milieu des champs. « La plupart des chirons de notre pays sont des débris de tombeaux ou de monuments celtiques. » (Favre).

    Chirato (chiratô), à Lyon chirater v. n. — Grimper par-dessus les chirats. O faut chiratô par allô à Pilat, il faut passer par-dessus les chirats pour aller au Pilat.

    ___E
    On trouve par ailleurs le sicilien schiarra, coulée de lave refroidie formant des réunions de blocs exactement semblables aux chirats.

    Et quid du Chiran ou du Pas de Chirol ?

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !